Un enfant yézidi parle de la brutalité de Daesh

0
650

La violence de Daesh représente un grand risque pour l’humanité tout entière. Daesh a des militants armés au Moyen-Orient et dans le monde entier, ce qui montre clairement que c’est une organisation terroriste internationale. 

SHENGAL – La plus grande partie de la lutte contre Daesh a été menée au Moyen-Orient, en particulier en Irak et en Syrie. Pourtant, pendant la montée de Daesh, différentes communautés et minorités religieuses et ethniques ont été victimes de la violence ciblée de Daesh, en particulier le 3 août 2014, la communauté yézidie de la région de Shengal a été massacrée par l’organisation terroriste.

Des années se sont écoulées depuis le massacre, mais le peuple yézidi n’a pas oublié ce jour-là. Des milliers de Yézidis ont été massacrés, des milliers de femmes yézidies ont été enlevées. Quelques centaines de femmes yézidies ont ensuite réussi à fuir le groupe terroriste. Il y a aussi des enfants parmi les personnes libérées.

Mervan Salih, 13 ans, est l’un de ces enfants. Mervan avait 9 ans quand il a été enlevé par Daesh. Il n’a pas oublié ce qui lui est arrivé, il a décrit l’époque où il a été pris en otage par Daesh.

« Quand ils[Daesh] ont commencé l’assaut contre Shengal, nous avons quitté notre village près de Shengal pour rejoindre les montagnes voisines. Avec mon père, ma mère et mon frère, j’ai quitté le village de Solak. Mon autre sœur et mon frère ont réussi à fuir Daesh. Soudain, un véhicule armé s’est arrêté juste devant nous. Ils nous ont demandé qui nous étions, quand ils ont réalisé que nous étions des Yazidis, ils nous ont tous forcés à monter dans les voitures. Ils séparaient les femmes adultes des autres. Ils m’ont emmené avec ma mère et mon frère dans un autre endroit. Ils nous ont réunis dans une école à Tal Afar. Plus tard, ils nous ont emmenés dans une prison appelée Badushe. Il y avait beaucoup de Yazidis captifs, mais pas d’hommes adultes, il n’y avait que des femmes, des filles et des garçons. Ils ont dit qu’ils épouseraient les femmes et ils m’ont emmenée en Syrie.

Sur le chemin de Tal Afar, ma mère a pu s’enfuir. Mon frère aîné m’a dit qu’elle avait réussi à s’enfuir. Je ne savais pas qu’elle s’enfuirait. Nous ne savions pas pourquoi et où nous avons été emmenés. Mais nous avions peur d’eux, donc nous ne pouvions pas parler ou poser des questions. Ils nous battaient constamment. »

Les enfants yézidis enlevés ont été entraînés par Daesh afin de devenir des combattants. Des vidéos de leurs meurtres brutaux ont été diffusées dans les médias, raconte Mervan :

« Ils nous ont forcés à lire le Coran et à prier. Ils nous ont appris à utiliser une arme. Il y avait même des enfants aussi jeunes que 7-8 ans. Il y avait trois centres de formation. Mon cousin et certains de ses amis y étaient aussi. Nous étions forcés de faire tout ce qu’ils nous demandaient. Ils ont décapité quelques personnes sous nos yeux, ils l’ont fait délibérément pour nous intimider. Nous étions terrorisés, mais nous ne pouvions pas dire un mot. Nous n’avions pas d’autre choix que de regarder. Nous ne posions pas souvent de questions. Ils se couvraient toujours le visage. On nous a entraînés dans une bataille, mais on ne nous a pas dit où elle était. J’ai été blessé au combat. Nous étions en première ligne, avant même les vrais chasseurs de Daesh. J’ai été transféré à l’hôpital après avoir été blessé. Après deux mois d’entraînement et de combats, j’ai été vendu comme esclave dans un marché. Nous ne savons jamais à quel prix nous avons été vendus.

Je faisais les travaux forcés pour la personne qui m’avait acheté. Je lui apportais tout ce qu’il désirait. Je ne me souviens pas combien de temps je suis resté là-bas. Puis j’ai été vendu à une autre personne. Ils m’ont fait faire tout leur travail pour eux, j’ai été vendu à 11 personnes au total. Je leur faisais du thé et je nettoyais leur sol. Ils ont continué à me montrer des vidéos de décapitation. La plupart d’entre eux avaient des caméras de surveillance chez eux, nous savions qu’ils ne nous faisaient pas confiance. Je vivais seul dans une chambre séparée, ils m’appelaient quand c’était nécessaire. »

Mervan a été libéré en 2018. En parlant de ces jours sombres sous Daesh, c’était comme si la tragédie se répétait à nouveau, mais il était reconnaissant d’être à nouveau libre.

« Quand je me suis échappé des mains de Daesh, j’ai vécu dans le désert pendant un moment. Puis un combattant des YPG m’a trouvé, il s’est approché de moi et m’a demandé qui j’étais. Je lui ai dit que j’étais un yézidi qui fuyait Daesh. Ils m’ont emmené chez eux, m’ont préparé à manger et m’ont donné des vêtements. Après avoir passé cinq jours avec eux, ils m’ont emmené dans un endroit sûr. Quand j’ai atteint les combattants des YPG, ils m’ont dit qu’ils essaieraient de me réunir avec mes proches. Grâce à eux, je suis aujourd’hui réunie avec ma famille « , a ajouté Mervan.

https://anfenglishmobile.com/features/yazidi-child-speaks-of-isis-brutality-32144

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici