AFRIN, d’un havre de paix à la catastrophe humanitaire

0
687

ROJAVA – AFRIN – Le canton d’Afrin se distingue par sa nature magnifique et sa géographie unique et diverse qui s’étend de la nature montagneuse à la nature de plaine, ce qui lui confère une richesse dans les ressources souterraines et de surface. Il est considéré comme une région agricole, ainsi qu’un incubateur de différentes ethnies, croyances et doctrines, entre Arabes, Kurdes, Musulmans, Yézidis, Zoroastriens, Sunnites et Alévis, qui en fait un modèle unique et miniature de coexistence entre peuples.

En raison de sa nature agricole, la plupart des industries à Afrin étaient agricoles comme l’huile d’olive, le savon, les usines de pyrène ainsi que la mélasse de raisin et de grenade, à l’exception d’un certain nombre d’industries, comme la couture et autres travaux manuels. Beaucoup d’industries relativement modernes comme l’industrie des conserves, le textile ainsi qu’un grand nombre d’ateliers de couture, d’usines et d’usines de fabrication de batteries.

Dans le canton d’Afrin, où les principes et les valeurs de la nation démocratique ont été consolidés par la révolution de Rojava et où la vie est devenue commune à toutes les parties, le peuple s’est organisé sur la base de la vie communautaire. Il s’est protégé pour devenir le refuge sûr pour tous et la gestion par le peuple ont été crées à tous les niveaux organisationnels, économiques, sociaux, militaires et de service.

A la lumière de la guerre actuelle en Syrie en général et du siège imposé à Afrin, Afrin a ouvert ses portes à des milliers de personnes déplacées de différentes régions de Syrie, partageant avec elles la sécurité et la sûreté en plus de ce que leur a offert l’Administration autonome dans une société dominée par la fraternité populaire. L’ administration autonome s’est engagée à répondre à leurs besoins, au contraire de la pratique des trafiquants d’êtres humains, menée par la Turquie pour échanger la vie des personnes déplacées et les utiliser dans des paris politiques avec l’Europe.

Installations de plus de 300 000 réfugiés internes et extérieur de la Syrie

Avec l’intensification du conflit dans les régions syriennes, la province d’Afrin a connu une grande vague de déplacement au début de la crise syrienne. Les familles de la plupart des villages et quartiers d’Alep occidental, Kafrnaha, al-Raqqa, al-Tabqa, al-Bab, Azaz, Deir ez-Zor, Hama et quelques familles de Palestine à Irak.

En 2014, l’administration démocratique autonome a ouvert un camp au nom de Robar dans le village de Basla, dans le district de Sherawa. Il a commencé à accueillir des familles déplacées jusqu’à ce que ses dernières statistiques, selon l’Autorité des affaires sociales et du travail, atteignent plus de 250 familles et près de 3.000 personnes déplacées.

Les personnes déplacées ont été réparties dans tout le canton, où environ 100 familles déplacées vivaient dans la ville d’Afrin, dans le district de Rajo il y avait 25 000 personnes déplacées, dans la région de Janders 50 000 personnes, à Bulbul 10 000 et dans le district de Shara 15 000.

De nombreux projets de services

L’Autorité des affaires sociales et du travail, par l’intermédiaire du Comité de gestion des personnes déplacées appartenant à l’Administration démocratique autonome, a supervisé tous les aspects de, la vie de ces familles dans les camps de Shehba et de Robar, y compris les tentes, l’eau, l’électricité, le point médical et l’ouverture de leurs écoles et la nomination des enseignants en coordination avec le Comité pour l’éducation de la communauté démocratique, ainsi que la distribution périodique et régulière de matériel de secours.

En outre, les possibilités d’emploi étaient assurées par le DAA, selon la profession de chaque personne déplacée, par des ateliers, des ouvriers du bâtiment, l’ouverture de magasins dans la ville d’Afrin.

Les appels des réfugiés n’ont reçu aucune réponse

Afrin a accueilli toutes les personnes déplacées de toutes les villes syriennes et de l’étranger. Malgré l’appel répété des déplacés aux organisations humanitaires pour qu’elles leur envoient l’aide nécessaire, d’autant plus que leur nombre a augmenté jour après jour, avec l’arrivée de l’hiver froid sans moyen de chauffage et la chaleur de l’été, aucune réponse ne leur est parvenue.

Les accords internationaux et l’attaque turque

Après plusieurs menaces proférées par le président turc Recep Tayyip Erdogan sous les yeux du monde entier, l’armée d’occupation turque et ses mercenaires terroristes ont lancé, le 20 janvier 2017, l’attaque la plus lourde par des dizaines d’avions de combat sur la région qui a duré deux mois, jour et nuit.

Les camps de déplacés attaqués

Depuis le début de la révolution de Rojava, l’armée d’occupation turque et ses mercenaires terroristes ont bombardé de temps en temps les villages frontaliers du canton d’Afrin, mais ce sont les camps de déplacés qui ont été la cible de ces attaques et les réfugiés ont été ciblés à plusieurs reprises.

L’agression turque a lancé une attaque féroce contre tout le district d’Afrin sous le nom de « Rameaux d’Olivier« , au cours duquel ils ont pris pour cible le camp de Robar dans le district de Shehba au cours des deux premiers jours, faisant plusieurs blessés parmi les enfants déplacés, provoquant le chaos et la peur parmi les réfugiés et les forçant à se déplacer vers les villages du district de Sherawa pour s’abriter des bombardements barbares.

Dans ce contexte, l’administratrice des affaires sociales et du travail, Arifa Baker, a déclaré que l’administration démocratique autonome a fourni toutes ses ressources et ses services à tous égards à ces personnes déplacées. Elle a confirmé que la plupart des personnes déplacées étaient des citoyens arabes et qu’elles affluaient à Afrin fuyant les pratiques et les violations des bandes de mercenaires soutenues par l’occupation turque.

Arifa a noté que pendant les contacts avec certaines familles des personnes déplacées du camp de Robar dans le canton d’Afrin et après l’occupation turque contre le canton, les tentes des personnes déplacées et leurs biens ont été volés par l’occupant impliquant, à nouveau, le déplacement des résidents sans que leur sort soit à ce jour connu.

Pour sa part, Mohammed Ahmed Hamada de la population de l’ouest d’Alep, et témoin oculaire des bombardements et des déplacements à plusieurs reprises, a été témoin de l’impact des attaques de l’armée d’occupation turque, où, dans la ville d’Afrin, ils jouissaient de la sécurité et de la stabilité.

Pour sa part, Kamel Sardah, qui vit depuis un an et demi dans le camp de Shehba, a remercié le DAA pour ce qu’il offre aujourd’hui aux Syriens, qui résistent avec leur peuple d’Afrin jusqu’à leur retour sur les terres libérées d’Afrin car ils n’acceptent pas la présence turque sur leurs terres. (…)

http://www.hawarnews.com/en/haber/afrin-from-a-safe-haven-to-humanitarian-catastrophe-befalling-on-its-residents-heads-h6218.html

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici