Turquie : Un ex-député incarcéré sanctionné pour sa grève de la faim

0
594

L’ancien député kurde du HDP d’Hakkari, Abdullah Zeydan, arrêté depuis le 4 novembre 2016, a reçu une sanction disciplinaire après avoir annoncé qu’il allait faire une grève de la faim de 10 jours. Zeydan sera banni de certaines activités en prison pendant un mois.

TURQUIE – Détenu le 4 novembre 2016 à la prison de type F d’Edirne avec l’ancien coprésident du HDP, Selahattin Demirtaş, Zeydan a annoncé qu’il allait faire une grève de la faim de 10 jours en solidarité avec la coprésidente du Congrès de la société démocratique (DTK) et députée HDP, Leyla Güven.

Après que Zeydan eut informé l’administration pénitentiaire de sa décision de grève de la faim, la direction de la prison a décidé de lui infliger une sanction disciplinaire. En conséquence, Zeydan se verra interdire de participer à certaines activités en prison pendant un mois.

Bien que la justification de la peine n’ait pas été annoncée, la décision correspondante de l’administration pénitentiaire a été prise en référence à l’article 40/2-g de la loi no 5275 sur l’exécution des peines et des mesures de sécurité. Dans cet article, « faire la grève de la faim » est énuméré parmi les « actes nécessitant l’interdiction de certaines activités ».

« Une exigence légitime et légitime »

Dans sa défense écrite soumise à l’administration pénitentiaire, Abdullah Zeydan a déclaré : « La grève de la faim indéfinie et irréversible entamée par notre député Hakkari en vue de la levée de l’isolement d’Abdullah Öcalan est une revendication légitime et légitime visant à faire appliquer la justice et la loi. »La grève de la faim indéfinie et irréversible entamée par notre député Hakkari en vue de la levée de l’isolement d’Abdullah Öcalan est une revendication légitime et légitime visant à faire appliquer la justice et la loi.

Selon notre Constitution, notre pays est un état de droit. En vertu de nos lois, chacun a le droit de rencontrer sa famille et ses avocats au téléphone ou lors de réunions publiques, même lorsqu’il est condamné. Öcalan est également un condamné et a le droit légal de bénéficier de ces droits. Cependant, il ne peut pas utiliser ses droits constitutionnels et légaux pendant presque trois ans. »

Soulignant que « la levée de l’isolement sur Öcalan contribuerait à la paix et à la fraternité dans le pays », Zeydan a déclaré qu’il avait également entamé une grève de la faim de 10 jours en solidarité avec Güven.

Zeydan a le droit d’interjeter appel devant le Bureau du Procureur chargé de l’exécution, puis devant le tribunal pénal de grande instance. L’avocat de Zeydan, Murat Arksak, a annoncé qu’ils allaient faire appel de cette décision.

Bianet

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici