La Turquie tente de vendre illégalement en Espagne l’huile d’olive pillée à Afrin

0
988

Le journal espagnol Publico alerte les autorités de son pays au sujet des rumeurs selon lesquelles la Turquie tente de vendre l’huile d’olive volée à Afrin à des entreprises espagnoles.


Voici leur article :


La Turquie tente de vendre illégalement en Espagne l’huile d’olive pillée en Syrie


Un député suisse appelle son parlement à ouvrir une enquête pénale sur la vente de ce butin de guerre pour payer des mercenaires islamistes. Le gouvernement turc tente d’introduire illégalement en Espagne par le biais de plusieurs coopératives et sociétés plusieurs milliers de tonnes d’huile d’olive produite à partir des olives pillées par ses mercenaires islamistes à Afrin et dans les municipalités du Rojava occupées à proximité (La Fédération Démocratique de la Syrie du Nord). Une partie de la production aurait peut-être déjà été vendue ou sur le point de l’être avec de faux documents d’attribution d’origine délivrés avec la bénédiction de l’administration turque. Selon un protocole secret publié il y a quelques semaines par l’agence kurde ANF, près du quart des revenus générés par la commercialisation de ce produit servirait à payer les assassins embauchés de l’armée syrienne libre (FSA), les forces mercenaires qu’Erdogan utilise pour soutenir son occupation d’une partie du Rojava.


Le rameau d’olivier cassé


Au cours des premières phases de l’opération militaire turque qui a abouti à la capture d’Afrin – baptisée à juste titre du nom de Rameau d’olivier – les mercenaires de la Turquie ont brûlé plusieurs hectares d’arbres du territoire kurde qu’ils occupent. Bien sûr, c’était quelque chose avant que les islamistes découvrent que la vente d’huile d’olive est plus lucrative que celle du pétrole, en plus d’être beaucoup plus facile à fabriquer et à cacher grâce aux facilités accordées par leurs employeurs turcs et aux accords commerciaux avantageux signés par ce pays avec l’Union européenne. Avant que les Turcs décident de créer un protocole réglementant la distribution de cette olive comme butin de guerre. Les agriculteurs d’Afrin et de sa région ont été pillés, soumis à des taxes exorbitantes ou, selon l’Observatoire syrien des droits humains, obligés de vendre leur production à la moitié du prix du marché.


S’ils parvenaient à introduire de l’huile dans la péninsule, selon les données de l’ANF, cette action fournirait 19 millions d’euros aux islamistes pour continuer avec ses activités criminelles pour le compte de la Turquie, dont le gouvernement tente d’ouvrir ces jours-ci un canal diplomatique désespéré qui lui permet d’envahir d’autres régions du Rojava avec l’approbation des Américains. La voie à suivre pour une nouvelle agression militaire du territoire kurde est devenue beaucoup plus rapide depuis que le président Trump a annoncé son intention de retirer les troupes américaines de la Syrie, une décision interprétée par les Kurdes comme une trahison.


Toute cette huile a été ou sera bientôt produite à partir des olives des récoltes volées aux producteurs locaux expulsés d’Afrin et de sa région par les mercenaires de la Turquie, ainsi que des taxes abusives avec lesquelles ces mercenaires ont évalué le production des quelques agriculteurs qui sont restés dans la région et leurs moyens de subsistance n’ont pas encore été détruits.


Selon le protocole de pillage conçu par le gouvernement turc, l’ASL est obligée de remettre le produit du pillage aux conseils locaux qui servent les intérêts turcs, qui à leur tour transporteraient le produit dans la ville turque d’Hatay, d’où il serait vendu à l’Espagne avant ou après son traitement (ce détail n’est pas mentionné sur papier).


Le document susmentionné ne précise pas qui est l’exportateur ou la contrepartie ibérique de cette opération illégale, mais la manière dont il est supposé que l’huile sera exporté dans notre pays, il est déduit qu’il pourrait y avoir un accord préalable avec une société espagnole pour vendre le produit turc à des prix inférieurs à ceux du marché.

Eviter que les revenus des olives aillent aux Kurdes


Sans mentionner l’Espagne ni mentionner explicitement la destination finale qu’ils comptent donner au produit de leur pillage, même le ministre turc de l’Agriculture, Bekir Pakdemirli, a reconnu il y a quelques semaines que son gouvernement avait l’intention de saisir les olives et l’huile afin de les empêcher de tomber entre les mains des forces kurdes et financer ainsi leurs combattants en les exportant vers un pays tiers. À l’instar de Pakdemirli, plusieurs autres responsables de l’administration turque ont admis que leur gouvernement allait vendre ce butin de guerre, ce qui confère un crédit supplémentaire aux documents fournis par les Kurdes.


Compte tenu de l’ampleur de ces événements, un député suisse, Bernhard Guhl, s’est déjà adressé à deux reprises au Parlement de son pays pour lui demander d’aider à clarifier les détails de l’opération et, surtout, d’exiger qu’il intervienne d’une manière ou d’une autre pour essayer de l’avorter. « Lors de la première de mes interpellations, j’ai demandé des éclaircissements sur ce que le Bundesrat faisait pour empêcher ce vol avec une destination supposée en Espagne », a-t-il assuré à Publicce. Bien sûr, vu le flou de la réponse qu’il a obtenue, Guhl a de nouveau adressé au Parlement suisse le 14 décembre dernier une nouvelle batterie de questions détaillées sur les détails de l’opération de commerce illégal et une demande adressée à son gouvernement d’intercéder auprès des Turcs pour mettre fin à l’occupation de la région kurde Afrin. « Peu importe que la destination finale soit l’Espagne ou l’Allemagne, mais à mon avis, il est très important que le ou les pays où ils sont envoyés ouvrent une enquête criminelle déterminant les sociétés qui traitent les olives ou l’huile volée, vendre tant que la Turquie enfreint la loi », précise le Suisse.


Des sources turques ont confirmé que les revenus du gouvernement Erdogan iraient à la banque publique Ziraat et au service postal turc PTT. Quel pourrait être le volume de l’opération ? Le ministre de l’Agriculture Pakdemir a assuré aux producteurs de son pays, lors de quelques journées consacrées à l’olive organisée le 26 novembre dernier à Akhisar (Turquie), que la production conjointe de la récolte pillée par l’ASL ne dépasserait pas 600 tonnes. Bien entendu, ce qu’il s’est efforcé de faire, c’était de persuader les producteurs turcs que le butin de la guerre n’aurait pas d’influence négative sur le marché national et ne ferait pas baisser les prix de l’huile d’olive.


Même les agriculteurs turcs ont mis en doute la fiabilité de ce chiffre. Selon des informations parues dans le journal Hurriyet, des producteurs turcs ont suggéré que, dans le pire des cas, le vol de la production d’Afrin et d’autres districts de la région kurde de la Syrie, telles que Bulbul, Jindirese, Mabatli, Shera, Rajo et Sheyhhedit il devrait fournir au gouvernement de son pays pas moins de 5 000 tonnes d’huile d’olive. Aux prix courants du marché, les 80 millions de dollars dans lesquels les Kurdes ont calculé le volume total de l’opération illégale équivalent à une gamme de production comprise entre dix et vingt mille tonnes. Selon le protocole de pillage, la récolte des olives devrait être terminée au milieu de ce mois.


Pressoirs d’Afrin


On ne sait pas avec certitude si l’huile d’olive a été transformée ou si son destin hypothétique est celui de l’Espagne. Dès le départ, il n’est pas exclu que l’olive soit immédiatement transférée dans les pressoirs turcs, dotés des technologies les plus modernes, grâce à l’aide économique accordée par l’Union européenne. Bien sûr, pourquoi compliquer ce processus alors qu’il est certain que dans la région, les Kurdes sont volés et qu’ils disposent de la technologie nécessaire pour obtenir une huile de qualité ? Le plus raisonnable des hypothèse est que l’olive soit transformée dans les pressoirs d’Afrin, puisqu’une huile vierge de qualité exportable dans notre pays ne peut être produite qu’à partir d’olives fraîchement récoltées. 24 heures après leur collecte, ils commencent à fermenter et perdent leurs qualités. Avec certitude, ce produit est transporté à Hatay (Turquie), ce qui lui confère la frontière de Jindirese. Selon des sources turques également citées par le journal Hurriyet, à partir de là, elles auraient pourrait être transférées à Bakíroğlu.


En revanche, ce n’est pas la première fois depuis le début du conflit syrien que l’huile Afrin se retrouve dans les entrepôts turcs. Cela s’est également produit à l’automne 2013, lorsque Daesh a totalement assiégé le canton kurde, après que les djihadistes eurent expulsé l’armée syrienne libre des zones d’Idlib et d’Alep, limitrophes de la région. Au plus fort de la récolte de l’olive et vu qu’il était impossible d’exporter, l’embargo islamiste a d’abord amené les huileries d’Afrin à accumuler des milliers et des milliers de bidons d’huile et à faire chuter son prix.


La situation a changé après que la Turquie a donné le feu vert à une entrée et à une sortie limitées de personnes et de produits entre Afrin et son territoire. Une grande partie de l’huile d’olive produite et stockée dans la région kurde pourrait être vendue à des sociétés turques grâce aux relations cordiales entre la Turquie et le PYD résultant du processus de paix entamé par Ankara avec le PKK en mars 2013.


Enquête criminelle


Comme l’a suggéré le député suisse Bernhard Guhl, toute possibilité de déterminer quelles sociétés espagnoles ou européennes pourraient être impliquées dans la fraude implique l’ouverture d’une enquête sur les importations de pétrole en Turquie. Comme l’explique un analyste kurde à Público, l’opération est organisée depuis la Turquie via une coopérative appelée Tarım Kredi Kooperatifleri Birliği, mais à partir de là, « ils utilisent des sociétés interposées », ce qui rend difficile la traçabilité de l’opération. Il est pris pour acquis que cette huile d’olive vierge volée en Syrie sera mélangée à un produit similaire, fabriqué du côté turc, et sera exportée avec un faut document. Cela signifie, à son tour, que l’établissement de son origine pourrait obliger à effectuer des analyses chimiques, des tests organoleptiques ou des dégustation afin de détecter les fraudes dans son emballage, son importation et sa commercialisation ultérieure, une pratique très enracinée parmi certaines entreprises espagnoles du secteur qui n’ont souvent pas hésité à vendre les huiles d’autres pays méditerranéens. Ces protocoles d’analyse et de dégustation permettent de connaître la variété d’olives avec laquelle l’huile a été fabriquée, les caractéristiques de la terre, le microclimat où poussent les arbres ou même les machines avec lesquelles le produit a été fabriqué.


A la question « Savez-vous quelque chose à propos de cette fraude », le directeur de Asoliva (Association espagnole de l’industrie et du commerce d’exportation des huiles d’olive et des huiles d’Orujo) ne répond pas. Bien sûr, l’expert que Publico cherche en vain à consulter, Rafael Pico, représente précisément les intérêts privés des producteurs et de la grande industrie exportatrice du secteur, tout comme celui qui a finalement été ponctué par des scandales de fraude.


Selon Luis Escalante, responsable d’une petite société andalouse appelée Spanish Aurum, il n’est pas déraisonnable du tout que, comme le suggèrent les dénonciations des Kurdes du Rojava, une ou plusieurs sociétés espagnoles tentent actuellement d’importer ce butin à des conditions avantageuses de guerre. «Il y a quelques jours une entreprise exportatrice appelé Ozcelic trading Adana nous a contacté pour offrir l’huile, et la vérité est que ce n’est pas d’habitude », a déclaré Escalante. (…)


« Il n’est pas non plus improbable que des entreprises espagnoles soient impliquées dans ces activités illégales, car dans notre pays, les huiles importées de pays comme la Tunisie, pour être ensuite commercialisées comme leurs produits d’origine tierce. » En fait, plusieurs entreprises espagnoles ont été sanctionnées l’année dernière pour la vente d’huile marocaine aux États-Unis comme s’il s’agissait d’espagnole », ajoute Escalante.


Le picaresque espagnol


Le responsable de cette petite société sévillane connaît bien les rouages ​​du marché du Moyen-Orient, car il négocie avec des pays comme l’Iran depuis vingt ans. Et à son avis, « il est pas surprenant que les Turcs ont eu recours à l’Espagne. En premier lieu, le picaresque est ici habituelle et, deuxièmement, parce que l’Espagne a plus grande production d’huile d’olive dans le monde et est plus difficile à contrôler la fraude dans d’autres pays comme l’Italie. Une bonne partie des importations en provenance de la Méditerranée transitent par Valence, où se trouve le port de référence où la police des douanes devrait concentrer son enquête ».


D’autre part, il y a le fait que la Turquie a signé des accords commerciaux favorables avec l’Union européenne, ce qui simplifierait encore une telle opération. Surtout si l’administration espagnole ignore les alertes, s’intéresse à une autre partie ou, en résumé, à des contrôles peu rigoureux, malgré tous les indices laissant à penser qu’une ou plusieurs entreprises de notre pays pourraient financer indirectement, avec ou sans ses connaissances, les activités d’un groupe de mercenaires islamistes. Selon Escalante, si l’administration espagnole veut vraiment faire son devoir, « Il devrait mettre un zèle particulier pour contrôler tout le produit en provenance de Turquie. Bien sûr, ce qui prévaut ici, c’est le capitalisme sauvage, et ce capitaliste sait souvent anticiper. Peut-être que l’huile turque ne sera même pas emballée en Espagne, tout comme il est arrivé un produit en provenance de Tunisie qui a été vendu aux États-Unis sous le signe de la marchandise espagnole, sans même descendre du navire où il a été chargé à la source. (…)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici