SYRIE : Les pays du Golfe voient la Turquie comme une menace

0
114
Après les remarques de Bolton, Erdogan doit décider entre attaquer les Kurdes et risquer une confrontation avec les troupes américaines ou attendre leur départ.
 
Erdogan écarté alors que Poutine aide Assad à se réintégrer dans le monde arabe
 
Qui décide de la politique américaine en Syrie? Il y a trois semaines, le président américain Trump a annoncé au monde entier qu’il avait décidé de retirer les troupes américaines stationnées dans le nord de la Syrie. Mais il s’avère que la décision précipitée prise par Trump lors d’un appel téléphonique avec son homologue turc, Erdogan, est en train de s’effondrer. La joie d’Ergodan, qui assuma immédiatement le rôle de remplaçant des Américains en Syrie, dura relativement peu de temps. Cette semaine, le conseiller américain à la Sécurité nationale, John Bolton, a annoncé que les États-Unis ne se retireraient de la Syrie qu’après que l’État islamique aurait été complètement déraciné et surtout après que la protection des forces kurdes en Syrie aurait été assurée.
 
Cette déclaration a-t-elle été coordonnée avec Trump ? A-t-il été formulé en consultation avec le Premier ministre Netanyahu, qui s’oppose au retrait américain? On peut supposer que Bolton aime toujours son travail, car s’il avait fait une telle déclaration sans demander à son patron, il serait probablement immédiatement renvoyé sur Twitter. Bolton a également déclaré que les Etats-Unis ne pensaient pas que la Turquie allait entreprendre une action militaire qui ne soit pas entièrement coordonnée et acceptée par Washington – à tout le moins pour éviter de mettre en danger les troupes américaines.
 
Erdogan, en tout cas, a été pris au dépourvu et est devenu furieux . « Ce n’est pas possible pour moi d’avaler ça », a déclaré Erdogan à propos des remarques de Bolton mardi. Le président turc a annulé une réunion à venir avec Bolton, qui a dû se contenter d’une conversation de deux heures avec le conseiller principal d’Erdogan, Ibrahim Kalin, qui s’est terminée sans un accord prévoyant que la Turquie s’abstiendrait d’attaquer les Kurdes. En outre, l’administration turque, qui s’est arrêtée dans l’attaque du nord de la Syrie jusqu’à ce qu’un message de Bolton soit envoyé, a clairement indiqué qu’un assaut contre la région était imminent.
 
Erdogan pensait apparemment que l’article qu’il avait publié dans le New York Times, dans lequel il présentait la Turquie comme « le seul pays doté du pouvoir et de l’engagement nécessaires pour le faire », c’est-à-dire le remplacement des États-Unis en Syrie et la lutte contre le terrorisme, exprime les accords conclus avec Atout. Il a même expliqué comment il voyait le contrôle continu de la Turquie sur le nord de la Syrie. Erdogan a expliqué qu’il avait l’intention d’instituer des conseils locaux pour « aider la population kurde » à gérer ses affaires civiles et de provoquer des élections en Syrie auxquelles ne participeraient que des personnes n’ayant aucun lien avec le terrorisme, c’est-à-dire sans les unités de défense du peuple (YPG) qu’il considère comme des groupes terroristes. Il prétend également « établir une force militaire composée de tous les composantes syriennes (sans les forces kurdes) et anéantir l’État islamique. »
 
Un tel article n’aurait pu être écrit que si Trump avait accepté le plan d’Erdogan, jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il était lui aussi tombé dans le piège (…). Mais Erdogan avait raison sur au moins une chose : « La leçon à tirer de la naissance de ce groupe terroriste en Irak est que les déclarations de victoire prématurées et les actes téméraires qu’ils ont tendance à susciter créent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent. » C’est-à-dire que Trump a commis une erreur en déclarant à la hâte que l’État islamique avait été vaincu. Sinon, pourquoi la Turquie a-t-elle eu besoin d’intervenir pour terminer le travail ? Mais Erdogan n’a pas caché sa satisfaction devant le retrait américain de la Syrie, une action qui, selon lui, lui donnait les mains libres pour attaquer les forces kurdes. Il a maintenant un grave dilemme : faut-il attaquer comme il l’avait prévu ? et risquer ses forces dans une confrontation avec les Américains toujours en Syrie, ou attendre jusqu’à ce qu’ils partent, incapables de savoir à ce moment-là exactement, si cela se produit.
 
Mais à ce stade, la décision turque doit également prendre en compte les actions d’autres pays de la région, notamment l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Égypte et Israël, d’une part, et la Russie et l’Iran, d’autre. Selon un rapport exclusif de David Hearst, rédacteur en chef du site Middle East Eye, les chefs des services de renseignement saoudiens, égyptiens et émiriens, et le chef du Mossad, Yossi Cohen, se sont réunis dans l’une des capitales des États du Golfe pour discuter des l’influence de l’Iran et de la Turquie en Syrie et dans l’ensemble de la région. Hearst cite une source qui aurait déclaré à Cohen que « le pouvoir iranien est fragile. La véritable menace vient de la Turquie ». Selon la source, les autres participants ont accepté et proposé un plan comportant quatre phases parallèles.
 
– Le premier consiste à aider Trump à retirer environ 14 000 soldats américains d’Afghanistan, proposition qui s’est accompagnée d’une réunion diplomatique entre responsables américains et représentants des talibans à Abou Dhabi.
 
– Deuxièmement, le grand bloc sunnite qui a remporté les élections législatives en Irak pour y neutraliser l’influence turque a pris une part active.
 
– Le troisième concerne le rétablissement des liens entre les États du Golfe et le président syrien Bashar Assad et le renvoi de la Syrie dans le championnat arabe, ce qui donnerait à Assad un moyen de se libérer de sa dépendance à l’égard de l’Iran et de l’éloigner de la Turquie. Cette décision a également été accompagnée d’une action diplomatique au cours de laquelle le président soudanais – avec l’accord de l’Arabie saoudite et de la Russie – a effectué sa première visite en Syrie. Le chef des services de renseignement syriens, Ali Mamlouk, s’est rendu en Égypte et les Émirats arabes unis ont rouvert son ambassade à Damas.
 
– Enfin, la quatrième phase consiste à aider les Kurdes à combattre la Turquie et à renforcer leurs liens diplomatiques et économiques avec la région kurde d’Irak. Si ce rapport est fiable, il indique non seulement les mesures envisagées par les États du Golfe, l’Égypte et Israël contre la Turquie, mais également les nouvelles priorités stratégiques dans lesquelles la Turquie – et non l’Iran – est l’objectif.
 
Erdogan n’a pas besoin d’un rapport de journaliste pour savoir qu’il se trouve sur une île dangereuse où le trafic, lourd et hostile, arabe, israélien et américain, circule sauvagement autour de lui. Il ne peut pas non plus entièrement dépendre de son partenaire stratégique russe, qui s’efforce de ramener la Syrie sur le terrain arabe afin de lui donner une légitimité internationale. Cette route est fermée à Erdogan car la Turquie n’est pas membre de la Ligue arabe et se trouve dans une profonde division avec l’Egypte et récemment avec l’Arabie saoudite à propos de l’ affaire Jamal Khashoggi. Lorsqu’il se met en conflit avec les États-Unis au sujet de la sécurité et de l’avenir des Kurdes et que les Syriens considèrent la Turquie comme une puissance occupante étrangère, Erdogan n’a pas beaucoup d’options.
 

Zvi Bar’el, Via Haarezt

Photo via Rudaw 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici