Les grévistes de la faim de Strasbourg seront à la manifestation du 12 janvier à Paris

0
169
STRASBOURG – Les Kurdes en la grève de la faim de Strasbourg qui se joindront à la marche du 12 janvier à Paris ont déclaré : « Le mouvement de libération s’est renforcé grâce à la lutte de femmes kurdes comme la camarade Sara. » Les grévistes ont appelé tout le monde à se joindre aux manifestations.
 
La grève de la faim lancée à Strasbourg le 17 décembre est à son 24e jour. Les grévistes kurdes ont publié un communiqué à l’occasion du 6e anniversaire du l’assassinat de trois femmes kurdes à Paris et ont annoncé qu’ils se joindraient à la marche organisée le 12 janvier à Paris.
 
S’exprimant au nom des grévistes de la faim, Dilek Ocalan a appelé les Kurdes d’Europe à se joindre aux actions.
 
Dilek Ocalan a déclaré qu’il était clair que l’Etat turc et son service de renseignement, le MIT, était derrière le massacre et a poursuivi : « L’attitude de l’Etat français qui ne fait pas la lumière sur le triple meurtre équivaut à une complicité dans la politique de génocide de la Turquie. Avec ce massacre, ils ont essayé de tester notre volonté et notre engagement. Ils ont essayé de nous éloigner de l’amour de Sakine Cansiz pour la lutte, de l’insistance de Rojbin sur la lutte et de l’espoir de Leyla pour l’avenir. Ils voulaient rendre le mouvement de libération des femmes kurdes sans identité. »
 
Le communiqué a souligné que, malgré le but du massacre, la lutte des femmes kurdes avait des échos parmi les femmes du monde entier. « Les camarades de Sara, Rojbin et Leyla ont renforcé la lutte. Leurs amis et partisans ont rendu caduque les frontières. Comme un boomerang, le massacre est revenu et a frappé les auteurs », a-t-il ajouté.
 
Dilek Ocalan a souligné la mentalité génocidaire de l’Etat fasciste turc et a poursuivi :
 
« Ils ont rasé nos villes, ils ont brûlé notre jeunesse dans les sous-sols, ils ont mutilé les corps de nos combattantes femmes, ils ont détruit nos cimetières, ils ont bombardé nos guérilleros avec des tonnes d’explosifs, ils ont transformé le pays en une grande prison et a essayé de semer les graines de la peur dans le cœur des gens. Et maintenant, ils prévoient de supprimer la demande la plus humaine et la plus démocratique de notre peuple par le biais de l’oppression. Pourtant, ils ne réussiront pas. Parce qu’au sein de ce mouvement, il y a des camarades comme Sakine Cansiz qui ont craché au visage du bourreau, il y a l’esprit de Hayri Durmuş qui a dit « Je suis redevable à mon peuple » alors même que son corps fondait sous la mort, il y a l’esprit de Kemal Pir qui a déclaré : « Nous aimons la vie à en mourir ». Des dizaines de milliers de combattants hommes et femmes ont transformé les montagnes du Kurdistan en une forteresse de la résistance. Il y a la détermination de notre peuple et des martyrs qui se sont tenus côte à côte en toutes circonstances.
 
Ils ne réussiront pas, car des dizaines de milliers de militants et de patriotes qui ont foi en le leader Apo [Abdullah Ocalan, dirigeant incarcéré du PKK] ont sauvé le peuple kurde des griffes du génocide. Il y a des Arabes, des Syriaques, des Assyriens, des Arméniens et des Turkmènes qui croient en ses idées. Il y a des peuples du monde entier qui croient que seul le paradigme d’Apo pourrait vaincre la modernité capitaliste. Il y a des femmes kurdes qui propagent la lutte des camarades Sara, Leyla et Rojbin.
 
En effet, cette oppression prendra fin, leur autorité et leurs palais s’écrouleront un jour. Nos grévistes de la faim résilients seront accueillis par notre peuple ce jour-là.
 
Ceux qui se sont inclinés devant la tyrannie, ceux qui sont des otages à craindre, prendront place dans les pages perdues de l’histoire. Pourtant, nous sommes de ceux qui veulent résister et accueillir ce jour de liberté. Nous sommes donc déterminés à poursuivre notre campagne jusqu’à l’obtention de résultats. Le 12 janvier, en rejoignant la marche à Paris, nous répéterons notre promesse avec notre peuple. Nous montrerons l’étincelle de la résistance à Strasbourg aux côtés d’autres citoyens du Kurdistan dans le domaine de nos activités. »
 
À la fin, le communiqué rappelait que Leyla Guven de la prison d’Amed en était à son 63e jour de grève de la faim. Nasir Yagiz à Hewler (Erbil) au 50e jour, 156 prisonniers politiques au 25e jour, l’Imam Shish à Galler et des grévistes à Strasbourg au 24ème jour de leur grève de la faim.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici