Le pillage des olives d’Afrin à l’ordre du jour du Parlement suisse

0
235
GENÈVE – Le député suisse Bernhard Guhl a porté à l’ordre du jour du parlement suisse le pillage des olives d’Afrin par la Turquie pour les vendre à l’Espagne. Guhl a souligné que l’Etat turc continue de violer le droit international devant les yeux du monde entier.
 
Les manifestations se poursuivent contre l’Etat turc et ses gangs alliés envahissant Afrin et pillant les oliveraies de la population pour réaliser d’énormes profits.
 
Le député du Parti BDP, Bernhard Guhl a présenté une motion à ce sujet au parlement national et au Conseil fédéral suisse.
 
« L’Etat turc pille les olives »
 
Le député Guhl a soumis une motion intitulée «Où ira l’argent des olives volées à Afrin ?», Dans laquelle il est précisé: « Dans Afrin occupée par les Turcs, les oliveraies sont pillées à la fois par les forces turques et les milices qu’elles soutiennent. Les olives qu’ils volent ont été vendues à l’Espagne et la vente se poursuivra. »
 
Guhl a posé les questions suivantes dans sa motion au Conseil fédéral et au Parlement national :
 
– Comment le vol et le pillage des olives à Afrin seraient-ils considérés au regard du droit international ?
 
– Le Conseil fédéral a-t-il pris des mesures contre ce vol ?
 
– Que fait le Conseil fédéral pour s’assurer que les dizaines de millions d’euros de revenus générés par ces olives volées vont aux propriétaires légitimes ?
 
«Le ministère des Affaires étrangères suit l’affaire de près»
 
Le Conseil fédéral a répondu oralement à la motion du député Guhl et a déclaré que le ministère suisse des Affaires étrangères suivait l’affaire de près.
 
Des questions graves qui attendent des réponses
 
Le député Bernhard Guhl a présenté une autre motion au Parlement national à la suite de cette réponse et, mentionnant l’affirmation du Conseil fédéral selon laquelle l’affaire était suivie de près, a déclaré que le Conseil fédéral avait le devoir de répondre aux questions suivantes :
 
– Combien de tonnes d’olives ont été récoltées à Afrin en 2018 ?
 
– Où ces olives ont-elles été prises après la récolte et où ont-elles été transformées ?
 
– Dans quels pays ces olives ou leurs dérivés ont-ils été exportés ?
 
– Combien de revenus les olives ont-ils généré et qui en a bénéficié ?
 
– Selon des articles de presse, les forces d’invasion turques ont abattu de nombreux oliviers à Afrin. Combien d’arbres ont été abattus et cette pratique continue-t-elle encore ?
 
– La Turquie a envahi Afrin le 20 janvier 2018 et occupe toujours la ville. Pourquoi la Suisse ne pousse-t-elle pas la Turquie à mettre fin à cette occupation ?
 
– La Turquie crée une infrastructure à Afrin pour annexer la ville. Que fait la Suisse pour mettre fin à l’annexion d’Afrin sur le territoire turc ?
 
– Erdogan a déclaré qu’il se préparait à une nouvelle attaque contre les Kurdes syriens. Pourquoi la Suisse ne met-elle pas Erdogan en garde contre cela de manière sérieuse ?
 
Des dizaines de motions concernant les Kurdes soumises au Parlement suisse
 
Par le passé, le député au Parlement national du Parti démocratique conservateur (BDP), Bernhard Guhl, a soumis au Parlement suisse des dizaines de motions appelant à attirer l’attention sur les attaques de l’État turc contre des Kurdes. À une époque où les députés du Parlement suisse aux origines kurdes et les députés des partis de gauche que les Kurdes ont soutenus lors des élections restent silencieux, le député Guhl se distingue par son insistance pour que les attaques contre les Kurdes fassent partie des priorités publiques de la Suisse.
 
Via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici