Même avec la présence américaine en Syrie, les Kurdes sont menacés

0
550

Les États-Unis réclament de nouvelles garanties pour le nord-est de la Syrie alors que les autorités régionales négocient. Mais, même sans le retrait des militaires américains de la Syrie, les Kurdes syriens ne sont pas à l’abri d’une offensive turque.

Le conseiller américain à la Sécurité nationale, John Bolton, a déclaré aux journalistes que les Etats-Unis ne retireraient pas leurs forces du nord-est de la Syrie jusqu’à ce qu’un accord soit conclu pour empêcher la Turquie d’attaquer les Kurdes syriens, a rapporté dimanche NBC News.

 
« Il y a des objectifs que nous souhaitons remplir pour que le retrait soit réalisé », a déclaré Bolton, tout en ajoutant que « le principal objectif est que nous nous retirions du nord-est de la Syrie ».
 
Quelques jours auparavant, le secrétaire d’Etat américain Pompeo avait déclaré que les Etats-Unis espéraient empêcher le « massacre » de Kurdes syriens par les forces turques. En décembre, le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a menacé les combattants kurdes d’être « enterrés dans leurs trous le moment venu », et le président turc Erdogan a affirmé que les villes à majorité kurde situées le long de la frontière turco-syrienne seraient « restituées ». propriétaires « – la même menace qui a précédé les campagnes massives de nettoyage ethnique à Afrin.
 
Cette réclamation intervient après des semaines d’éclaircissements et de déclarations précipitées qui ont suivi l’annonce soudaine du président américain Donald Trump. Alors que Trump a d’abord affirmé que le retrait aurait lieu dans les 30 jours, des déclarations américaines ultérieures ont précisé que le retrait prendrait de 60 à 100 jours, et d’autres responsables américains ont affirmé qu’il n’y avait pas du tout de calendrier défini. Récemment, le Wall Street Journal a rappelé que transférer la charge de la lutte restante contre Daesh à la Turquie – comme le prévoit Trump – entraînerait probablement une augmentation, et non une diminution, de la participation américaine dans le conflit.
 
En dépit des menaces turques et de la politique imprévisible des États-Unis, les forces démocratiques syriennes (FDS) continuent de lutter contre l’Etat islamique à Hadjin avec l’appui aérien de la coalition . Aujourd’hui, il a été annoncé que les FDS avait capturé plusieurs combattants étrangers appartenant à l’Etat islamique, dont deux citoyens américains. De nombreux Kurdes syriens estiment que les FDS devrait achever au plus vite la lutte contre l’Etat islamique aux côtés de la Coalition, afin d’éliminer tout prétexte pour impliquer la Turquie.
 
Entre-temps, des membres de l’administration autonome démocratique de la Syrie du Nord et de l’Est ont rencontré d’autres pays afin de discuter d’un éventuel règlement avec le gouvernement syrien. Bedran Ciya Kurd, un représentant de l’administration autonome, a déclaré qu’une réunion avec le ministère russe des Affaires étrangères avait eu lieu en décembre pour discuter du rôle de la Russie dans la garantie d’un éventuel accord.
 
« Le ministère des Affaires étrangères (…) s’est déclaré prêt à œuvrer de concert pour protéger la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie … Il est très important qu’il joue un rôle dans le dialogue entre Damas et l’administration autonome démocratique, et qu’il prenne cela très au sérieux, » a-t-il déclaré à ANHA.
 
Des négociations entre diverses autorités du nord-est de la Syrie et le gouvernement syrien ont déjà eu lieu, un accord invitant l’armée arabe syrienne à prendre position autour de Manbij.
 

Il est peu probable que les commentaires de Bolton rendent les menaces turques moins graves sur le terrain. Bolton a mis en garde les responsables turcs contre toute action militaire qui ne serait pas entièrement coordonnée et acceptée par les États-Unis, laissant ainsi la porte ouverte à une opération approuvée par les autorités américaines. D’ailleurs, en septembre, Pompeo avait affirmé que le nord-est de la Syrie aurait un « siège à la table » dans toute résolution du conflit syrien – mais à présent, les autorités américaines s’opposent aux efforts de la région pour négocier avec l’État syrien.

Meghan Bodette

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici