Pour la défense du Rojava

0
708
L’annonce par Donald Trump du retrait des troupes américaines de la Syrie a choqué les responsables de l’administration, les conseillers militaires et les forces des partenaires locaux dans la région. Le départ soudain des forces américaines d’opérations spéciales du nord-est de la Syrie risque d’intensifier le conflit déjà coûteux et met les « Forces démocratiques syriennes » (FDS), une coalition multiethnique de forces syriennes, sous la menace directe d’attaques de voisins hostiles. L’un des voisins hostiles est la Turquie du président Erdogan, qui s’est engagé à nettoyer la région des « terroristes kurdes ». Les habitants de « l’Administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie » (NES – Rojava) ont peur pour le destin de la région et du projet du Rojava.
 
Depuis le début de la guerre civile en Syrie, les minorités du nord de la Syrie, telles que les Kurdes, se sont engagées dans la création d’un projet politique. Ce projet, exalté grâce à l’optimisme suscité par l’affaiblissement du gouvernement central dirigé par les Baathistes à Damas, a favorisé les idées de pluralisme, de féminisme, de laïcité et de démocratie locale. Sous la direction de la coalition politique du « Mouvement pour une société démocratique » (TEV-DEM), le « Parti de l’Union démocratique » (PYD) – le principal parti de la coalition – a été le fer de lance de la défense des droits des minorités et de l’autonomie au sein d’une Syrie souveraine. Le gouvernement central à Damas et l’opposition dirigée par la « Coalition nationale syrienne » (SNC) se sont opposés au projet.
 
Le projet politique du TEV-DEM au sein de la NES consiste à autonomiser les conseils locaux composés d’ethnies et de sexes différents. Les femmes doivent être membres de chaque conseil et gouverner conjointement avec leurs homologues masculins, tandis que chaque conseil représente également les données démographiques de la région qu’il régit. Par exemple, le «Conseil civil Raqqa» (RCC) qui gouverne la ville de Raqqa est composé d’une co-responsable féministe kurde (Layla Mohammed) et d’un co-responsable de tribus arabes (Mahmoud Shawakh al-Busran). La zone régie par chaque conseil est protégée par les forces de défense locales – comme dans le cas du RCC et des «Forces de sécurité intérieure de Raqqa» – la gouvernance et la sécurité de chaque zone reflétant la démographie de la région.
 
Le projet du TEV-DEM tire son inspiration idéologique du fondateur emprisonné du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Ocalan. Le livre d’Ocalan sur le confédéralisme démocratique constitue l’idéologie de base du Rojava. À la base, le confédéralisme démocratique fait progresser le soutien à l’écologie, l’autonomisation des femmes à travers le féminisme, le pluralisme, la laïcité et la décentralisation. Toutes ces idées constituent l’idéologie et la structure du système que le TEV-DEM souhaite promouvoir. Ce système cherche à démanteler les structures patriarcales, étatiques et nationalistes dans le but de faciliter l’autonomie locale, l’égalité et l’ordre. Cette focalisation sur la création d’un système multiethnique a créé des tensions entre le SNC et le TEV-DEM, qui estime que le TEV-DEM est en train de créer un projet séparatiste.
 
Par le biais de forces d’autodéfense locales, principalement les «Unités de protection du peuple» (YPG) et sa branche féminine, les «Unités de protection des femmes» (YPJ), le TEV-DEM s’est battu contre les islamistes d’Al-Nosra et, plus tard, avec l’Etat islamique, pour défendre des zones situées au nord-est. Cependant, l’expansion de l’État islamique dans le nord de la Syrie et le siège de Kobané ont créé une crise humanitaire. Cette crise a attiré l’attention des États-Unis et du monde entier qui ont apporté leur soutien aux alliés de YPG / YPJ et de «l’Armée syrienne libre» (ASL) qui défendaient la ville. La communauté internationale a exprimé son soutien aux combattants du Rojava engagés dans la défense de leur ville et des principes de la révolution, tels que l’autonomisation des femmes. Une victoire à Kobanê en 2015 grâce à la résistance à la tyrannie de l’État islamique et au soutien des États-Unis a facilité la mise en place d’un partenariat entre les YPG / YPG et ses alliés et les États-Unis.
 
En aidant les différentes milices ethniquement diverses à se regrouper sous une même bannière en 2015, les États-Unis et les FDS nouvellement créé se sont mis au travail pour lutter contre l’État islamique. Grâce à l’assistance des frappes aériennes américaines, l’artillerie et les forces spéciales des FDS ont continué à briser le proto-Etat de l’Etat islamique. Libérant des zones allant de Manbij à Raqqa, les FDS ont réussi à libérer des milliers de civils et à minimiser la taille du proto-État jusqu’à ce qu’il représente moins de 5% de son ancienne puissance territoriale. Les Kurdes, les Arabes, les Syriaques, les Yézidis et beaucoup d’autres ont collaboré pour libérer leurs maisons de l’État islamique – récupérer des maisons et reconstruire ce qui avait été détruit avec les ressources et le financement limités dont ils disposaient.
 
Pendant ce temps, de plus en plus inquiet devant l’étendue territoriale du Rojava, le gouvernement turc, majoritairement islamiste et nationaliste, est intervenu militairement en Syrie en 2016 pour mettre fin au lien entre le canton d’Afrin dans le nord-ouest syrien et le canton de Kobanê. En s’immisçant entre ces deux cantons, le gouvernement turc s’est établi en Syrie pour former et équiper les islamistes à la lutte contre les FDS. Les manœuvres de la politique étrangère d’Erdogan contre les YPG / YPJ, à majorité kurde, perpétuent une longue politique turque consistant à nier toute forme d’autonomie kurde. Le gouvernement Erdogan considère le YPG / YPJ comme une extension du PKK en Syrie et cherche à nier l’existence d’un « État terroriste laissé le long de la frontière ». Sous ce prétexte, le gouvernement turc lance des opérations visant le territoire des YPG / YPJ ou de ses entités affiliées.
 
Cela n’est pas plus évident qu’avec l’opération du Rameau d’olivier, où les forces turques ont pénétré dans l’enclave à majorité kurde pour déraciner le gouvernement local du TEV-DEM en 2018. L’opération a entraîné le déplacement de plus de 300 000 habitants ainsi que des pillages massifs, la violence et des changements démographiques. qui vise à supprimer la population kurde locale et à la remplacer par une population majoritairement arabe et turkmène. Des milliers de personnes ont perdu la vie lors de la défense du canton, notamment la perte de l’internationaliste britannique, Anna Campbell, tuée dans des frappes aériennes turques. Le changement des noms kurdes des localités, la négation de la langue kurde, la violence à l’égard des Kurdes et la construction d’infrastructures turques ont montré que le gouvernement turc ne «luttait pas uniquement contre le PKK». Il combat les Kurdes et l’identité kurde.
 
L’annonce par l’administration Trump de se retirer de la Syrie intervient à un moment délicat dans la lutte contre DAESH et le projet du Rojava. Les forces américaines intégrées dans les FSD ont noué des amitiés avec les habitants et ces amitiés ont favorisé la stabilité dans le nord-est. Les militaires américains ne craignent pas d’être attaqués par des locaux dans des endroits comme Kobanê et peuvent se déplacer librement sans crainte de représailles. Ce partenariat fructueux qui s’est développé entre les FDS et les États-Unis, ainsi que les Kurdes et les différentes ethnies de la région, est unique dans la région. Vous ne pouvez pas trouver cette forme de stabilité ailleurs en Syrie. Pas sous l’opposition turque et pas sous le régime de Damas.
 
Cependant, tout cela est menacé maintenant que les États-Unis partent du nord-est. La lutte contre l’État islamique est loin d’être terminée. La poche de Hajin dans le sud-est de Deir Ezzor contient toujours des combattants de l’État islamique qui sont de plus en plus enhardis à la suite de cette annonce. L’idéologie de l’État islamique combattue par l’idéologie du TEV-DEM n’est pas encore totalement vaincue, ce qui indique la probabilité d’une résurgence du groupe si ce dernier reprenait pied sur son ancien territoire. Les zones dévastées par la lutte contre l’État islamique, telles que Raqqa, ne sont pas reconstruites et certaines parties de la ville sont inhabitables pour les anciens résidents.
 
Il reste également la question de la Turquie qui souhaite exporter son modèle de rameau d’olive vers l’est dans les zones actuellement contrôlées par le TEV-DEM. Les sections locales qui ont contesté le modèle de gouvernance du TEV-DEM craignent une incursion turque et se préparent à la probabilité que leurs maisons soient perdues. Cela n’aurait pas été un problème si les Etats-Unis ou la coalition avaient établi une zone d’exclusion aérienne sur Rojava et assuré la protection du projet du TEV-DEM, mais en raison de l’imprévisibilité de l’administration Trump et de la capitulation face aux menaces turques proférées par Erdogan, cela n’a pas abouti. passer. Et voici le problème central du retrait: le manque de prévoyance.
 
Aucun mécanisme n’est en place pour assurer la protection des forces des partenaires locaux et faciliter la pérennité de la stabilité dans la région. Ce que Trump a fait avec cette annonce, c’est du « découpage »: abandonner les habitants qui se sont battus et sont morts pour défendre leurs maisons. Sans reconnaissance politique internationale du Rojava et soutien à la maîtrise de l’agression turque à son égard, il y aura probablement une escalade de la violence en Syrie et une nouvelle crise humanitaire. Si la Turquie envahissait le nord-est et mettait en œuvre son modèle Afrin, des modifications démographiques massives dans la région risqueraient de créer les bases d’un nettoyage ethnique et d’un génocide. Ce n’est pas bon pour la réputation des États-Unis et ce n’est certainement pas bon pour les habitants qui seront forcés de se défendre contre l’artillerie,
 
Le coût de l’inaction sur cette question est incommensurable. Les victoires contre la tyrannie de l’État islamique sont susceptibles d’un renversement. Une annexion turque du nord-est de la Syrie et une turquification de la région deviennent possibles. Les déplacements en masse, le nettoyage ethnique et le génocide surviennent dans le vide de la violence laissée à la suite de l’invasion d’un pays de l’OTAN. Avec une population de trois millions d’habitants, les réfugiés fuyant la violence chercheront refuge dans les pays voisins, ce qui facilitera la montée d’une nouvelle crise de réfugiés. Les gaines d’Animosité sont semées chez une nouvelle génération de personnes susceptibles de se radicaliser. Un nouveau cycle de violence est né. Ce ne sont là que quelques-uns des coûts engendrés par l’inaction.
 
Dans de tels moments, la communauté internationale doit s’unir pour soutenir le Rojava et les millions de civils menacés au nord-est de la Syrie. Ce soutien ne vise pas nécessairement à maintenir une présence américaine à long terme en Syrie, mais appelle plutôt l’administration Trump et la communauté internationale au sens large à défendre le peuple du Rojava. Nous avons besoin d’un internationalisme sous forme de soutien et de solidarité pour le Rojava. Soutenir l’existence du Rojava, c’est soutenir la pérennité d’une démocratie progressiste florissante dans une région où règnent l’autoritarisme et le fondamentalisme islamique. Le mépris de l’humanité de ces peuples n’accueille que la barbarie et les pires éléments de la condition humaine.
 

Traduit de l’anglais depuis The Jerusalem Post par Kurdistan au féminin

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici