TURQUIE: 2,5 ans de prison pour la présidente de la Fondation des droits de l’Homme

0
1614

Turquie – La présidente de la Fondation pour les droits de l’homme de Turquie (TİHV), Sebnem Korur-Fincancı vient d’être condamnée 2 ans et 6 mois de prison.

Korur-Fincancı a commenté la peine d’emprisonnement qui lui a été infligée pour « propagande en faveur d’une organisation terroriste » pour avoir signé le manifeste de la paix intitulée : « Nous ne participerons pas à ce crime ».

Korur Fincancı a considéré le verdict rendu aujourd’hui par la 37ème Cour Pénale comme une « vengeance du Rapport de Cizre », qu’elle a préparé en tant que Présidente de l’Association des Droits Humains de Turquie (TİHV) :  « Le rapport de Cizre, qui a été ajouté au dossier comme nouvelle preuve, n’est pas vraiment nouveau. Parce que nous avons déjà présenté le rapport dans le cadre de notre défense.

J’ai même fait une présentation PowerPoint avec des photos. J’ai partagé avec la Cour ce que nous avons trouvé à Cizre. Ce n’est donc pas une nouvelle preuve. De plus, c’est une preuve de la défense, pas une preuve criminelle. Nous savons déjà que le rapport Cizre a fait beaucoup de tort à l’État. Dès que le rapport a été publié, l’État m’a fait arrêter dans les trois mois qui ont suivi et m’a envoyée en prison alors que c’était pour 10 jours.

Ils continuent à nous donner des médailles

« Alors ils ont été blessés.  En fait, ils ont mauvaise conscience. Ils savent que des centaines de civils y [ville kurde de Cizre] ont été tués et que la situation n’était pas celle qu’ils avaient déclarée. La sentence est en fait pour ça.

Pour cette raison, ils calculent comment ils vont se venger de chacun d’entre nous. Nous faisons face à un processus judiciaire où un acte conjoint, la volonté de ne pas participer à un crime, est jugé séparément.

Je pense que c’est un honneur. Ils continuent à nous donner des médailles ».

L’emprisonnement est une opportunité, pas un problème

Aller en prison n’est pas un problème pour moi, au contraire, on peut y voir une opportunité.

Parce que l’Etat, qui ne nous a pas laissés entrer en prison en tant qu’organisations civiles qui luttent pour les droits de l’Homme, m’a laissé entrer en tant qu' »enquêteur officiel de surveillance ». Je vais donc faire mes observations.

Parce que les prisons, surtout en cette période, seraient devenues des lieux où se déroulent les tortures les plus grave. Au moins, je verrai ce qui se passe sur les lieux, je ferai mes observations et je continuerai à blesser l’État ».

Des documents très précieux pour les futurs étudiants en droit 

Korur-Fincancı est d’avis que l’un des gains les plus importants lors des procès des universitaires est le réseau de solidarité qui s’est formé : « Tout le monde (les universitaires qui sont jugés) présente sa propre vision critique du gouvernement sous forme écrite et la dépose dans les archives de l’État.

Peut-être pas aujourd’hui, mais à l’avenir, les étudiants de troisième cycle en droit auront mis en lumière des documents très précieux.

Deuxièmement, cette solidarité s’est renforcée jour après jour. Nous, de parfaits étrangers, nous avons d’abord appris à nous connaître, puis nous avons établi des liens d’amitié, puis nous sommes devenus camarades, nous avons commencé à marcher sur le même chemin.

Nous leur devons peut-être des remerciements pour nous avoir réunis dans ce climat de silence et d’isolement ».

Des ressources précieuses pour les étudiants en journalisme aussi

« Ce qui s’est passé aujourd’hui constituera également une ressource très précieuse pour les étudiants en journalisme. Cette situation a aussi un aspect de honte. Ils verront comment des actes honteux ont été commis dans leur profession. Mais ils penseront aussi à ceux qui ont fait un travail honorable. Ils verront d’honorables journalistes ».

Que s’est-il passé à Cizre ?

Alors que le couvre-feu déclaré le 14 décembre 2015 dans le district de Cizre, dans la province kurde de Şırnak, était toujours en vigueur, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Efkan Ala, a annoncé le 11 février 2016 que les opérations de blocus avaient cessé.

Cependant, le couvre-feu de Cizre a été réaménagé de manière à être en vigueur la nuit à partir du 2 mars 2016 et l’entrée et la sortie du district ont été interdites jusqu’au 2 mars 2016.

Après la levée du couvre-feu dans les quartiers de Cudi et Sur à Cizre, 177 cadavres, dont 25 d’enfants, ont été retrouvés dans les décombres et débris de 3 bâtiments et des maisons voisines.

Bien que les 103 personnes décédées aient pu être identifiées, 74 personnes ont été inhumées sans être identifiées. Le nombre total de morts a été annoncé à 189.

Selon le rapport du Parti démocratique des peuples (HDP), presque tous les cadavres étaient méconnaissables parce qu’ils étaient soit brûlés, soit décomposés.

Les restes d’ossements humains et de munitions militaires ont été retrouvés dans les sous-sols. Les experts médico-légaux ont également trouvé des restes d’os d’enfants dans les sous-sols.

A propos de Şebnem Korur Fincancı

La doctoresse Şebnem Korur Fincancı est une défenseuse des droits et présidente de la Fondation turque des droits de l’Homme (TIHV). La Fondation a participé à la documentation des cas de torture, à la réadaptation de ses victimes et à la fourniture d’une assistance juridique à celles-ci.

Şebnem Korur Fincancı est également l’une des membres fondateurs de l’Association des médecins légistes et a joué un rôle majeur dans l’élaboration des normes de référence des Nations Unies sur les enquêtes et la documentation des cas de torture, le Protocole d’Istanbul.

Elle a mené des enquêtes médico-légales pour dénoncer la torture dans plusieurs pays et en 2014, elle a reçu le Prix international Hrant Dink. Elle a également été l’une des fondatrices de l’Association turque du Code pénal.

Consacrant sa vie professionnelle à l’enquête et à la documentation sur la torture ainsi qu’à la lutte contre ce fléau, Korur Fincancı est devenue l’une des étapes importantes en Turquie à cet égard. En préparant des rapports sur des cas de torture et en rédigeant des articles sur l’éthique médicale dans les années 1990, alors que la torture était répandue en Turquie, elle a été confrontée à l’oppression et à la prévention de l’État.

En 1997, elle est devenue chef du Département de médecine légale à l’Université İstanbul En 2004, elle a été démise de ses fonctions. En 2005, elle a été réintégrée par le tribunal administratif et conformément à la décision du Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK).

Şebnem Korur Fincancı a également participé à la campagne de veille des rédacteurs en chef qui a été lancée en solidarité avec le journal kurde Özgür Gündem, qui a été fermé par le pouvoir turc. Korur Fincancı a été arrêtée le 20 juin 2016 pour avoir participé à la campagne et libérée le 30 juin 2016.

https://bianet.org/english/human-rights/203706-state-did-not-let-me-in-prison-as-an-observer-now-i-enter-officially

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici