Créez une, deux, plusieurs révolutions du Rojava !

0
378
« La solidarité est une valeur fondamentale de l’Alliance socialiste. Partout où nous voyons des gens combattre la tyrannie ou l’oppression, notre réponse est solidaire. Beaucoup de nos membres fondateurs, dont moi-même, étaient parvenus à nos convictions socialistes lorsque nous faisions partie du puissant mouvement de solidarité pour la lutte vietnamienne contre l’impérialisme américain. »
 
Ainsi, lorsque les gens ont commencé à se lever au Moyen-Orient lors des révoltes du soi-disant « Printemps arabe », nous avons une fois de plus sauté dans l’action de solidarité. Solidarité genou-jerk avec les opprimés, pourrait-on dire. Nous étions dans la rue avec la communauté égyptienne quand elle est descendue dans les rues autour de l’Australie et quand la population syrienne s’est levée, nous avons aidé à organiser une des premières actions de solidarité à Sydney.
 
Au fur et à mesure que la guerre civile syrienne se poursuivait, nous avons commencé à remarquer les développements remarquables dans le nord de la Syrie/Rojava. Nous avons pu constater qu’il ne s’agissait pas seulement d’un soulèvement contre la dictature Assad, mais d’une révolution qui mettait le pouvoir entre les mains des gens ordinaires. Et bien sûr, nous avons été frappées par le rôle que les femmes y jouaient et par l’accent mis par cette révolution sur la libération des femmes.
 
Cela a démontré que la révolution du Rojava n’était pas seulement une révolution politique (où un pouvoir est remplacé par un autre) mais une véritable révolution sociale en cours.
 
L’assujettissement systématique des femmes est si intrinsèquement lié à tous les systèmes d’oppression de classe que la libération réelle des femmes ne peut avoir lieu que lorsque ces structures d’oppression et d’exploitation commencent à s’effriter.
 
Une autre preuve puissante qu’il s’agit d’un processus révolutionnaire est la manière dont ce mouvement, qui a été lancé par des combattants kurdes pour la liberté, a systématiquement atteint les autres peuples de la région. Plus tard, à mesure que ces forces ont libéré de plus en plus de territoire des terroristes d’État Islamique (Daesh), nous avons assisté à une démonstration épique à travers la région.
 
Nous avons pu constater que ce processus n’était pas le fruit du hasard. Il y avait un mouvement révolutionnaire qui dirigeait ce processus et il y avait des co-penseurs dans tout le Kurdistan, le pays d’un peuple qui s’est vu refuser une nation lorsque les impérialistes ont découpé le Moyen-Orient dans le fameux accord Sykes Picot.
 
Nous avons donc commencé à étudier ce mouvement et son développement idéologique. Ici, nous avons reconnu un terrain familier. Nous pensons également que le mouvement socialiste a besoin d’un renouveau révolutionnaire. Qu’il doit sortir de la prison du dogmatisme et du sectarisme et qu’il doit tirer les leçons de l’héritage monstrueux des régimes bureaucratiques qui ont détourné les révolutions en Russie et en Chine.
 
L’Alliance socialiste a une politique fortement antistaliniste, mais malheureusement, il y a encore des gens se disant socialistes ou communistes et qui pensent que ces bureaucraties d’Etat étaient révolutionnaires. Ils ont un culte pervers pour son grand Etat et son idéologie nationale-chauviniste.
 
En revanche, nous considérons l’État comme un instrument d’oppression et un instrument pour imposer la division et l’exploitation de classe. Nous reconnaissons que les révolutions ne peuvent être gagnées sans pouvoir, mais que tous les pouvoirs révolutionnaires doivent non seulement vaincre les oppresseurs, mais aussi construire simultanément les nouvelles institutions du pouvoir populaire de base pour déplacer l’Etat.
 
Depuis de nombreuses années, nous poursuivons notre propre processus de réflexion autocritique. Nous avons étudié les pensées des révolutionnaires en dehors des silos de nos propres lignées politiques et l’Alliance socialiste elle-même s’était formée comme un regroupement de socialistes de différentes tendances politiques. Parmi les textes que nous avons étudiés figurent ceux de Murray Bookchin, que nous avons rencontrés dans les années 1980 lors de discussions avec des personnes qui poursuivaient des perspectives écologiques radicales.
 
Nous avons tendu la main à la communauté kurde locale pour lui offrir notre solidarité et en apprendre davantage sur sa révolution. De nouveaux amis et camarades se sont faits lors de nombreux forums, réunions, manifestations avec la communauté. Nous avons été inspirés et informés par des rapports de première ligne par des témoins oculaires et par des liens Internet de notre ami et camarade Hawzhin du Rojava.
 
Une question qui empêche certains socialistes de soutenir la révolution du Rojava est celle des alliances militaires tactiques que les combattants de la libération ont organisées aujourd’hui sous le nom de Forces démocratiques syriennes (FDS). Cela a confondu une partie de la gauche.
 
Mais à notre avis, c’est vraiment très simple. Les deux parties avancent sur des voies complètement différentes : les Kurdes et leurs alliés veulent la liberté, les Etats-Unis veulent dominer le Moyen-Orient.
 
Les révolutionnaires du Rojava savent qu’ils ont des objectifs et des perspectives très différents de l’impérialisme américain. Les changements révolutionnaires qu’ils forgent dans les zones libérées sont un anathème pour l’élite dirigeante américaine. Une économie coopérative et communautaire, des pratiques environnementales durables…. c’est le pire cauchemar de Donald Trump !
 
L’impérialisme américain n’est pas intéressé à promouvoir la révolution dans le nord de la Syrie ou ailleurs. Les gouvernements impérialistes (y compris le gouvernement australien) considèrent le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), les co-penseurs politiques du mouvement révolutionnaire du Rojava, comme des organisations « terroristes » interdites. Récemment, ils ont annoncé que les dirigeants du PKK sont sur leur liste de personnes recherchées mortes ou vivantes.
 
Les Etats-Unis ont essayé de créer une force pour combattre Daesh mais ont échoué. Seule leur faiblesse a forcé les Etats-Unis à se tourner vers les Kurdes. D’autre part, les Kurdes avaient besoin du soutien militaire de Washington, en particulier de sa puissance aérienne dévastatrice, pour vaincre l’EI, notamment dans la bataille pour Kobanê. Cependant, le refus américain d’aider Afrin a montré les limites de cette collaboration militaire purement tactique.
 
Toutes les luttes révolutionnaires ont été forcées de faire des alliances tactiques difficiles (y compris des alliances militaires) à un certain stade de leurs luttes afin d’avancer. Ce fut le cas des révolutions russe, chinoise et vietnamienne. Chacune d’entre elles avait des alliances tactiques militaires de courte durée avec les puissances impérialistes.
 
En 1966, le célèbre révolutionnaire Che Guevara appelait le monde entier à « Créer un, deux, beaucoup de Viet Nam ». C’est devenu un slogan révolutionnaire qui a résonné dans le monde entier. Aujourd’hui, nous devrions dire : « Créez une, deux, plusieurs révolutions du Rojava ! »
 
Peter Boyle est un activiste politique, correspondant du Green Left Weekly. Sydney. On le retrouve souvent dans les rues de Sydney en train de protester avec la communauté kurde pour les questions kurdes, ou encore de s’impliquer dans le changement climatique, les droits indigènes, les droits LGBTQAI+, les droits pro réfugiés, les droits des femmes et autres questions centrales de la gauche.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici