PARIS : Solidarité internationale avec la résistance kurde

0
530
PARIS, Le 7 décembre, une soirée de solidarité avec le peuple kurde a été organisée par le Parti communiste français à Paris.

Hélène Bidard, adjointe au maire de Paris et Berivan Firat, la porte parole et coordinatrice du Mouvement des femmes kurdes en France (TJK-F) se sont réunies pour discuter des luttes des femmes et des pressions exercées contre les Kurdes par la Turquie.

La réunion comprenait des activistes du Mouvement de la paix, des Jeunes communistes et des militants kurdes qui ont entamé une grève de la faim contre l’isolement carcéral imposé au leader kurde Abdullah Ocalan.
 
Berivan Firat a pris la parole pour parler des femmes kurdes et leurs luttes, des grèves de la faim conduites par les Kurdes en solidarité avec la députée HDP Leyla Güven, l’assassinat de Sakine Cansız, Leyla Saylemez et Fidan Doğan – trois militantes kurdes tuées à Paris en 2013 – de l’invasion turque à Afrin, des académies de jinologie et du village des femmes Jinwar, au Rojava.
 
Berivan Fırat, porte-parole du TJK-F, a parlé des dernières avancées de la politique kurde, des femmes kurdes et de leurs luttes. Elle a souligné que, depuis des années, les avocats et leur famille n’avaient aucun contact avec le dirigeant kurde Abdullah Öcalan.
 
Hélène Bidard a déclaré: « Je ne peux pas expliquer la lutte des femmes kurdes, mais ce que je peux dire, c’est que c’est un exemple pour nous. »
 
Se référant à la lutte de trois femmes révolutionnaires kurdes assassinées à Paris, Bidard nota que ce massacre n’était pas encore élucidé par les tribunaux parisiens et que la justice était lente dans ce qui est un génocide des femmes.
 
À propos du HDP et de son système de coprésidence, Bidard a déclaré que lors de sa visite dans les provinces du Kurdistan en 2015, elle avait eu l’occasion d’observer le rôle des femmes au sein du HDP.
 
Bidard a déclaré: «Le HDP n’est pas seulement un parti politique kurde. En Turquie aujourd’hui, non seulement les Kurdes, mais également de nombreuses femmes, universitaires et journalistes, sont en procès et en prison. « 
 
Bidard, qui se décrit comme une féministe et communiste, a déclaré qu’elle soutiendrait et rendrait visite aux Kurdes en grève de la faim à Paris.
Via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici