Iran va exécuter un jeune kurde, sauf si sa famille donne assez d’argent à la partie adverse

0
681
ROJHILAT / IRAN – La famille d’un Kurde iranien, condamné à la peine de mort pour le meurtre présumé d’un camarade de classe quand il avait 16 ans, se bat pour obtenir la somme demandée par les parents de la victime pour le pardon. Sinon, leur enfant sera exécuté mardi prochain.
 
Fin 2013, Milad Azimi était en classe lorsqu’il avait eu une altercation avec un autre élève, au cours de laquelle il aurait blessé l’autre garçon, décédé plus tard à l’hôpital des suites de ses blessures.
 
Peu de temps après l’incident, le tribunal local a émis un mandat d’arrêt contre Azimi et l’a condamné à mort sur la base des aveux de l’adolescent obtenus lors de son interrogatoire.
 
Cependant, il a plus tard déclaré au tribunal qu’il n’avait avoué le crime que sous la pression de ses interrogateurs. Azimi avait ajouté qu’en raison du combat chaotique, il ne savait pas vraiment s’il avait été à l’origine des blessures.
 
On ignore comment l’autre enfant a été blessé, si une arme était en cause.
 
Après des années de travail, les parents d’Azimi ont récemment convaincu la famille de la victime de gracier leur fils, mais ceci à la condition d’un lourd paiement équivalant à près de 130 000 dollars américains.
 
« En vendant tous nos biens et l’aide de personnes charitables, nous avons récolté 150 millions de Tomans [36 250 $] », a déclaré Fariba Bakhshi, la mère d’Azimi. Elle a ajouté qu’ils avaient reçu environ 47 500 dollars de plus d’un autre organisme de charité, pour un total de près de 83 750 $.
 
Si la famille d’Azimi omet de remettre le montant en question, le jeune homme de 21 ans sera exécuté mardi prochain.
 
Début octobre, l’Iran a exécuté une femme kurde condamnée à mort quand elle était adolescente pour le meurtre de son mari.
 
« Non seulement elle était une enfant au moment des faits, mais elle a également été soumise à une procédure judiciaire extrêmement injuste », a déclaré Amnesty International quelques jours avant le procès.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici