Le retour des combattants occidentaux de l’EI tenus par les FDS

0
607
SYRIE / ROJAVA – Le co-président du bureau des relations extérieures de l’administration autonome du nord et de l’est de la Syrie a révélé le nombre de djihadistes étrangers dans les mains des Forces démocratiques syriennes (FDS) et a indiqué qu’ils avaient tenu une série de réunions avec plusieurs pays et d’organisations afin de les remettre à leurs pays, notant que des propositions sont à l’étude et discutées dans ce contexte.
 
Omer a déclaré que, lors des campagnes lancées par les FDS contre l’Etat islamique (Daesh) dans le nord et l’est de la Syrie, 795 mercenaires étrangers, 584 femmes de mercenaires et 1 248 enfants, originaires de 46 pays, avaient été capturés par les FDS.
 
Les pays du monde fuient leurs responsabilités d’accueillir leurs citoyens
 
Omer a déclaré que les pays d’origine des mercenaires ne doivent pas se soustraire à leur responsabilité d’accueillir leurs citoyens dans le but de tenir cette boule de feu loin de leur pays et de les laisser dans les mains des FDS.
 
Réunions et discussions sur le retour de mercenaires étrangers dans leur pays
 
Omer a évoqué sa rencontre avec plusieurs responsables des pays des mercenaires de Daesh tenus par les FDS : « Nous avons tenu plusieurs réunions et discussions avec plusieurs pays et avec l’Organisation internationale du Croissant-Rouge dont l’objectif était de faire en sorte que la communauté internationale s’acquitte de son devoir de renvoyer dans leur pays les mercenaires tenus par les FDS. »
 
Omer a souligné que lors des enquêtes menées auprès des mercenaires de l’EI, il était clair que les FDS étaient en mesure de bloquer plusieurs voies devant les mercenaires qui tentaient de mener des opérations terroristes dans les pays européens : « C’est le devoir des forces, et les pays européens doivent faire leur devoir envers les FDS et recevoir leurs mercenaires. »
 
Propositions pour résoudre le problème des djihadistes étrangers captifs des FDS
 
Omer a précisé que lors de leur rencontre avec les diplomates américains la semaine dernière, il avait été proposé d’organiser une conférence, ou une conférence internationale, ou un tribunal international afin de résoudre le problème des mercenaires captifs, ajoutant : « Ces propositions sont toujours en cours d’examen et de discussion. »
 
Omer a souligné que la présence d’un grand nombre de mercenaires dans la région constituait une menace pour les pays du monde entier et que ces pays devraient récupérer leurs ressortissants pour combattre l’idéologie extrémiste.
 
Via ANHA
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici