La résistance de Kobanê ne mourra jamais – Souvenirs d’une combattante des YPJ

0
94
Il y a trois ans, les yeux du monde entier étaient dirigés vers Kobanê, où les forces démocratiques des YPJ et des YPG menaient une résistance historique contre les forces de l’État islamique qui conduirait à la libération complète de la région.
 
La libération de Kobanê n’était pas simplement une victoire militaire, mais aussi et surtout la démonstration d’une légitime défense populaire contre un ennemi profondément fasciste au nom de la liberté, de l’autodétermination des peuples et de la libération des femmes.
 
Le premier novembre a été déclaré Journée mondiale pour Kobanê afin de réclamer l’héritage de cette résistance basée sur l’auto-organisation des femmes et sur une large participation de toutes et de tous à la défense de ce territoire.
 
Réclamer la résistance de Kobanê signifie aujourd’hui, lutter pour la libération d’Afrin, pour la liberté d’Abdullah Ocalan et de tous les prisonniers politiques et maintenir vivant le souvenir des martyrs qui ont donné leur vie pour cette lutte. Parce que la révolution est maintenant et partout.
 
À l’occasion de cette journée, nous souhaitons donner la parole à Rojin Evrim, commandante des YPJ, en tant que camarade qui a vécu en personne le temps de la résistance de Kobanê.
 
« (…)’ J’étais déjà une partie des YPJ et géographiquement nous étions pas loin de Kobanê.
 
Quand j’ai décidé de prendre part à la résistance, la guerre n’était pas encore arrivée à Kobanê, l’Etat islamique s’est étendu aux villages voisins et c’est là que nous avons commencé notre résistance.
 
Beaucoup de femmes et hommes ont pris part à cette bataille, du Bakur (Kurdistan du Nord) tant de femmes et de jeunes de tous les pays, des camarades turcs, européens et arabes et tous ont participé à la résistance en tant que volontaires. Dans la bataille de Kobanê, le plus important était de prendre position en tant que femmes, car nous connaissions bien la mentalité extrêmement patriarcale de l’EIIL; nous connaissions les traitements sans scrupules que Daesh réservait aux femmes capturées. C’étaient les femmes que l’Etat islamique avait attaquées et les femmes devaient se libérer.
 
Nous n’avions pas assez de compagnons. Dans une petite ville comme Kobanê, nous pouvions le faire, mais nous ne pouvions pas défendre tous les villages, nous avons donc décidé de les évacuer et de transférer la population dans la ville. Lorsque l’Etat islamique a pris la route pour se rendre à Kobanê, les villages étaient vides et il leur était facile d’avancer, ils n’ont rencontré aucune résistance. C’était le bon choix car nous avons réussi à éviter de nombreux décès.
 
Tout le territoire des villages et de Kobanê se trouve près de la frontière avec le Bakur ; à partir de là, les camarades ont pu voir les mouvements de l’ennemi et ont pu coordonner notre défense.
 
Il y avait tellement de camarades qu’au cours de la bataille où ils se sont sacrifiés, il y a eu beaucoup d’actes de sabotage, en particulier de femmes, et nous étions déterminés à être nous-mêmes avant tout. Pour Daesh, nous étions bonnes à faire la cuisine, faire des enfants et être à leur service, nous n’étions que des corps.
 
Mais cette fois, c’est contre ces mêmes organismes qui ont dû lutter. Daesh a tout fait pour nous détruire, a énervé les camarades masculins en leur disant qu’ils permettaient aux femmes de se battre et se réfugiaient derrière elles parce qu’ils n’étaient pas capables de se battre : ils ont essayé de nous détruire psychologiquement.
 
Lorsque l’ Etat islamique est entré à Kobanê, c’était à l’époque où il était plus fort: ils avaient des armes lourdes, des armes chimiques et des chars . Numériquement, ils étaient supérieurs à nous, ils avaient de meilleures armes et ils étaient mieux préparés, alors que nous n’avions rien. La ville était encerclée et les camarades ne pouvaient pas nous procurer d’armes à feu ou de meilleures armes, nous devions nous battre avec ce que nous avions.
 
C’était une résistance très difficile, Daesh a tout détruit et chaque jour nos camarades sont tombés en martyrs. Presque au début de l’attaque de l’Etat islamique, il a réussi à occuper la colline de Mishtenur, d’où ils pourraient facilement contrôler toute la ville. Ce jour-là, il y a eu un véritable génocide, il y a eu environ trois cent blessés et cent martyrs. Au fur et à mesure que la bataille progressait, nous nous sommes retrouvés obligés de nous retirer jusqu’à ce que l’Etat islamique occupe 80% de la ville et que nous soyons barricadés sur 20% du territoire.
 
Dans ce petit espace, cependant, nous avons construit une ligne de défense indestructible, personne ne pourrait la briser et, grâce à cette ligne, nous pourrions continuer notre résistance.
 
Mais nous n’avons pas seulement résisté, nous avons infiltré des groupes ennemis, nous nous sommes habillés comme Daesh en entrant dans leurs groupes, nous avons saboté leurs armes et nous avons ainsi libéré de nombreuses zones. Certains d’entre nous sont sortis de la frontière turque pour aller soutenir les actions de sabotage derrière l’ennemi.
 
Ces actions étaient très importantes pour notre moral, la nouvelle a vite tourné: « nous avons libéré une pièce », puis une maison, une école, « nous avons libéré le quartier ». Après de nombreux efforts, nous avons finalement réussi à libérer Mishtanur, et pour la première fois après six mois, d’avancer sur la ligne de défense.
 
Nous ne pouvions pas regarder la télévision quand nous étions à Kobanê.
 
Erdogan a déclaré que cela tomberait dans trois jours, tout le monde s’attendait à ce que nous nous rendions, mais nous n’avons jamais baissé notre garde, nous n’avons jamais hésité, nous avons toujours appris à nous en tirer pour gagner.
 
Quand j’ai vu la télévision à l’hôpital, j’ai réalisé que le monde entier était avec nous, il y avait des manifestations partout. Les gens à la frontière du Bakur nous aidaient et nous soutenaient, organisaient des gardes à la frontière pour nous protéger de l’ennemi.
 
Beaucoup sont venus pour se battre et beaucoup sont morts, certains d’entre eux il n’y a pas d’image et de nom sur la tombe, nous ne nous connaissions pas mais nous étions unis et il est juste de se souvenir d’eux.
 
Notre objectif était de ne pas de perdre Kobanê.
 
Avant Kobanê, il y avait la guerre, mais les gens ne nous connaissaient pas, ils ne connaissaient pas les luttes des femmes.
 
Kobanê était une opportunité d’unité pour tous, en particulier pour les femmes.
 
Nous avons constaté la solidarité des femmes dans le monde entier. Kobanê a montré que l’ennemi peut être partout et contre nous, notre union est tout. Kobanê était une source de révolution, une source de force pour les femmes, le début d’un avenir libre. Après Kobanê, de nombreuses femmes ont décidé de rejoindre les YPJ depuis l’Europe, les États-Unis, des pays arabes et d’autres lieux. De nombreuses camarades sont venues au YPJ inspirées par la résistance de Kobanê.
 
Les YPJ sont un souvenir de la société démocratique.
 
Nous voyons des images de belles femmes avec le pistolet dans leurs mains.
 
YPJ n’est pas seulement cela, c’est un souvenir de la société opprimée qui se libère et lutte.
 
Si nous ne considérons pas les YPJ de cette manière, il est impossible de comprendre leur signification.
 
La lutte armée n’est qu’une partie des YPJ.
 
Si nous ne sommes pas libres, que faisons-nous avec notre corps?
 
Les femmes savent ce qui est arrivé à Shengal, elles se souviennent de la torture et de l’humiliation.
 
La mémoire des femmes est indélébile et nous ne laisserons ni Daesh ni qui que ce soit d’autre nous ramener à l’état d’esclavage.
 
C’est précisément pour cette raison que la victoire contre Daesh est notre rédemption, notre revanche contre une société esclavagiste et patriarcale; cela nous a également permis de recevoir la confiance des gens en tant qu’organisation indépendante de femmes.
 
Les YPJ ont également joué un rôle fondamental dans Afrin: les femmes se sont placées en première personne pour protéger la population; nous n’avons jamais pris du recul.
 
La camarade Avesta Xabur, qui s’est sacrifiée pour détruire les tanks de l’ennemi, est un bon exemple de résistance. Ces actions ne doivent pas être lues uniquement en termes militaires, mais aussi comme une position radicale adoptée par les femmes.
 
L’ennemi joue avec les corps de nos compagnons martyrs; en les violant, en les humiliant, en leur coupant la poitrine, en croyant qu’ils peuvent vraiment les gratter, au lieu de cela, ils ne font que les rendre plus belles et plus significatives.
 
La Turquie soutient, entraîne, éduque et restaure les forces de l’Etat islamique. Cela est clair pour tous et nous en avons été largement témoins. Les États continuent toutefois à détourner le regard pour continuer à tirer parti des avantages procurés par les accords conclus avec le gouvernement turc.
 
Pour nous, entre Daesh et les soldats turcs, il n’y a pas de différence.
 

La Turquie nous attaque, occupe nos territoires, tue notre peuple, détruit nos vies en coupant les arbres. Quelle est sa différence avec Daesh ?

La seule différence est que, la Turquie étant un État, le monde reste silencieux.

Mais nous ne permettrons jamais à la Turquie de rester tranquillement à Afrin, nous ne permettrons pas d’opprimer et de tuer d’autres hommes et femmes, d’enseigner aux enfants le turc dans les écoles. Nous ne permettrons jamais que d’autres oliviers soient coupés. Nous ne pourrons jamais faire un pas en arrière, jamais.

 
Nous avons montré à tous ce qu’est la résistance, ce que signifie lutter et maintenir le système confédéral libre. Nous avons montré qu’un système de femmes est possible.
 
C’est le sens le plus important de la résistance de Kobanê.
 
Nous avons redonné espoir.
 
Nous avons montré que c’était possible. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici