« La Turquie ne peut pas répéter le scénario d’Afrin »

0
59
SYRIE / ROJAVA – Le journaliste Wisi Sarisozin a déclaré qu’il était possible que l’Etat d’occupation turc utilise les groupes de mercenaires d’Idlib contre les zones du Rojava, mais que ces groupes ne pouvaient oblitérer la révolution du Rojava et ne seraient pas en mesure de construire une autorité dans la région.
 
Après la tenue du sommet du 27 octobre à Istanbul et en coïncidence avec l’arrivée du premier novembre, Journée internationale de solidarité avec Kobanê, l’Etat turc a intensifié ses attaques sur les régions du Rojava et du nord et de l’est de la Syrie. Le journaliste et écrivain Wisi Sarisozin a souligné que ces attaques étaient le résultat de la défaite de l’Etat turc à Kobanê.
 
Wisi a souligné au début de son discours qu’il y avait un complot tissé par Erdogan contre les peuples du nord et de l’est de la Syrie, et a souligné que Erdogan s’opposait à la vie commune dans cette région et tentait d’infliger de grands dommages à ce peuple.
 
La Turquie traverse une grande crise
 
Sarisozin a déclaré : « L’Etat turc a souffert de défaites successives en Syrie, il n’a pas atteint son but. L’Etat turc a perdu les cartes en main, il est témoin d’une grande crise, vivant isolé au niveau international, l’Etat turc se rend.
 
Le but d’Erdogan est de sortir des crises avec un minimum de pertes, de protéger son autorité et d’infliger de grands préjudices au peuple kurde. A part cela, l’Etat turc n’a aucune direction, ni proche, ni lointaine. »
 
L’Etat turc allié à Daesh a subi de gros dégâts avec lui
 
En ce qui concerne l’alliance de l’Etat turc avec Daesh, le journaliste a déclaré : « L’Etat turc a subi un grand préjudice du fait de son alliance avec Daesh, mais l’Etat turc attribue ce préjudice au Rojava. L’État turc cherche à dominer le Moyen-Orient par le biais de son alliance avec Daesh en Syrie et en Irak. Après le début de la révolution du Rojava et la grande victoire remportée à Raqqa, Daesh et l’Etat turc ont reçu un coup dur. »
 
Il a souligné que les attaques de l’Etat turc contre Kobanê en conjonction avec la Journée internationale de solidarité avec Kobanê étaient le résultat de la défaite de la Turquie à Kobanê et de sa haine envers cette ville qui a vaincu ses mercenaires et qu’il cherche aujourd’hui à se venger.
 
Il est impossible de répéter le scénario d’Afrin & la révolution ne peut être oblitérée
 
Sarisozin a déclaré qu’il y avait une possibilité que l’Etat turc utilise les gangs de mercenaires à Idlib, et a ajouté : « Il ne fait aucun doute que ces mercenaires ne peuvent pas oblitérer la Révolution du Rojava et établir une autorité dans cette région, mais il est possible que le but du plan Erdogan soit d’empêcher la construction d’une vie libre au nord et à l’est du pays et de causer de graves dommages à la révolution du Rojava ».
 
Diplomatie cachée et échanges entre États
 
« Quand la guerre faisait rage en Syrie, nous avons vu tout le monde parler et faire des déclarations. À chaque pas, nous avons vu beaucoup de déclarations, et maintenant, les mercenaires de Daesh sont témoins de leurs derniers jours en Syrie et nous voyons un grand silence en ce qui concerne le regard diplomatique. Nous vivons des jours où nous assistons à une diplomatie cachée, où les États font des échanges entre eux », a-t-il déclaré.
 
Sarisosin a répondu à la question de l’agence de presse Hawar sur ce qui doit être fait dans une telle situation en déclarant : « Ce qui doit être fait contre la diplomatie cachée est de ne pas lier le sort aux échanges, mais de travailler pour augmenter le pouvoir, pour unir le peuple du Rojava par l’idéologie du leader Ocalan et pour travailler contre l’impérialisme, pour démontrer contre ces œuvres partout, surtout en Europe. Ainsi, la révolution peut triompher. »
 
Ces attaques contre la Syrie constituent une violation du droit international
 
Wisi Sarisozin a souligné que les attaques turques visaient en même temps l’Etat syrien qui est membre des Nations Unies, et a déclaré : « Le Rojava fait partie de la Syrie. Le Parti de l’Union démocratique vise à construire l’égalité et la démocratie en Syrie. De sorte que les attaques de l’Etat turc contre l’Etat syrien qui est membre des Nations Unies constituent une violation des droits internationaux et du droit, et constituent des crimes de guerre ».
 
Sarisosin a ajouté que l’Etat turc avait lancé une attaque sous prétexte d’utiliser son droit à la légitime défense et qu’il tentait de légitimer ses attaques sous ce prétexte et a ajouté : « L’administration du nord et de l’est de la Syrie et le Parti de l’Union démocratique (PYD) ont protégé les bonnes relations avec les pays voisins. Jusqu’à présent, nous n’avons vu aucune attaque agressive du côté du Rojava sur aucun autre endroit. »
 
Le monde est toujours redevable au Rojava
 
Sarisozin a souligné que les Kurdes n’ont repoussé personne et n’ont lancé d’attaques contre personne, mais qu’ils revendiquent leur droit de vivre en sécurité et en liberté sur leurs terres en déclarant : « Jusqu’à présent, des milliers de combattants des Unités de protection du peuple et des femmes (YPG, YPJ) et des Forces démocratiques syriennes (FDS) se sont sacrifiés pour l’humanité, ont protégé les capitales des pays internationaux par leurs sacrifices contre les gangs de Daesh. Le monde est toujours redevable au Rojava. »
 
L’écrivain et journaliste Sarisozin a déclaré que la Révolution du Rojava a une légitimité mondiale, ajoutant : « Cette révolution doit être définie dans tous les pays du monde, et la chose la plus importante est que le Mouvement de libération du Kurdistan a réalisé de grands progrès. Les Kurdes doivent former une unité nationale et rassembler des millions de personnes autour de leur projet qui vise à obtenir la liberté, la justice et la démocratie. »
 
Via ANHA

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici