Coprésident du HDP : « Notre opposition sera au Parlement et dans la société »

0
531

TURQUIE – Le coprésident et député du Parti démocratique du peuple (HDP), Sezai Temelli, a déclaré à l’Agence de Mésopotamie que l’opposition, qui est le centre et le pilier de l’opposition sociale dans la période politique à venir, ne se retrouvera pas enfermée au Parlement.

Le coprésident du HDP a déclaré que les dirigeants, les membres et les députés du parti étudient et évaluent la nouvelle période politique à venir et les nouvelles stratégies depuis le 20 juillet.

Temelli a confirmé que de nombreuses questions sont sur la table et de nombreux débats sont en cours, allant du nouveau système de gouvernement présidentiel, à la situation économique du pays, à la question du député Hakkari du HDP, Leyla Güven qui n’a pas encore été libérée de prison, à la nouvelle réglementation rendant l’état d’urgence permanent, aux opérations militaires à Qandil et au régime d’isolement imposé au leader du peuple kurde, Abdullah Ocalan.

Suite aux élections du 24 juin, le système de gouvernance a changé. Comment évaluez-vous ce nouveau système et le nouveau cabinet ?

ST : « Le tableau qui s’est dégagé après les élections du 24 juin est en fait celui d’un processus qui avait été préparé bien avant le 24 juin, en fait depuis le référendum du 16 avril 2017.

Il s’agit d’un système non identifiable qui ne peut être décrit. Personne ne peut l’appeler exactement. S’agit-il d’un système présidentiel ? Ou plutôt un système semi-présidentiel ?  Quel serait son rapport avec le Parlement ? Rien n’a été clarifié. Cet état de non-représentation est en fait un état d’échec. Le problème le plus important de la Turquie est déjà une crise de gouvernance.

Lorsque vous regardez le Cabinet, vous pouvez voir qu’il ne s’agit pas d’un Cabinet qui doit faire face à une crise de gouvernance.  Pour être honnête, ce cabinet est en fait un cabinet qui pose problème, plutôt qu’un cabinet de solutions.

Ce nouveau système est incompatible avec la politique turque. Il ignore la pluralité de la Turquie dans les domaines culturels ainsi que dans d’autres domaines. Ce système est le produit d’une compréhension individualiste. La Turquie a été entraînée dans une crise qui est à la fois une crise de gouvernance et une crise politique, sociale et économique.

Le président Erdogan a nommé un cabinet composé de personnes qui n’ont pas de qualités ministérielles. Parce qu’en fait, Erdogan ne veut pas qu’on s’occupe de cette crise de gouvernance. Il veut s’en occuper seul.

Ce régime  » d’un seul homme  » correspond en fait à un processus que nous avons décrit comme fascisme et maintenant un système dictatorial est en construction. Nous devons définir cela très clairement.

Et bien sûr, ne pas gérer la crise signifie que la pression augmente, que la violence augmente, que les tensions sociales augmentent et que de plus en plus de politiques violentes sont mises en œuvre. C’est ce à quoi nous pourrions nous attendre dans un avenir proche ».

Dans la région et au Moyen-Orient, la guerre s’intensifie. La crise économique s’aggrave à mesure que la guerre s’aggrave. Où allons-nous maintenant ?

ST : « Ce pouvoir est un pouvoir de corruption, ce pouvoir est un pouvoir de guerre. La corruption et la guerre en cours aujourd’hui sont en fait les deux lignes de vie qui alimentent ce pouvoir.

Nous parlons d’une crise de gouvernance, et s’il n’y a pas de gouvernance, il est impossible de trouver des solutions aux problèmes. Un système qui ne peut pas produire une solution, une puissance qui ne peut pas produire une solution, comment pourrait-il continuer à faire avancer les choses ? Par l’escalade de la guerre.

Jusqu’où peut-on aller ? Tout le monde sait qu’un système qui construit tout sur la guerre, l’hostilité, l’opposition, a besoin d’une économie corrompue qui contredit tous les faits de l’économie afin de la soutenir.

Cela pousse l’ensemble du pays vers un grand crash. Nous sommes dans un tunnel sombre, pour sortir de ce tunnel, nous devons briser cette obscurité.

La tâche la plus importante pour les démocrates, les travailleurs et les socialistes est d’intensifier la lutte démocratique, la lutte pour la paix ».

Pensez-vous que l’état d’urgence (OHAL) a été levé ?

ST : « Ce système ne peut survivre sans l’OHAL. Nous avons donc constaté que le système a supprimé la prolongation de trois mois de l’OHAL et l’a transformé en un système OHAL permanent de trois ans. En fait, ils ont  » normalisé  » l’OHAL et veulent que les gens le perçoivent comme normal. Les pouvoirs excessifs accordés au gouverneur, un profil de gouverneur qui peut restreindre tous les droits démocratiques est en train de sortir. Ceci, en soi, montre déjà comment l’OHAL est devenu permanent. OHAL signifie répression, violence, restriction des droits démocratiques.

Le système espère être en mesure de faire taire l’opposition au cours des trois prochaines années et de concevoir l’ensemble du système selon une conception dictatoriale. Je dirais qu’ils ont discuté de nombreux résultats lors de la dernière élection, mais l’un des résultats les plus importants a été la perte de 7 % des voix de l’AKP.

Bientôt, il y aura des élections locales. Le déclin de l’AKP aux élections locales atteindra des dimensions encore plus dramatiques. De nombreux partis d’opposition, en particulier le HDP, arriveront au pouvoir au niveau local. Le HDP obtiendra de nouveau de très bons résultats. Nous retirerons les administrateurs nommés par l’État de tout le pays ».

Quel sera le rôle du PDH dans un parlement qui a encore moins de pouvoir qu’auparavant ?

ST : « Le HDP ne mettra pas toute notre énergie en tant qu’opposition au Parlement. Au contraire, nous utiliserons le dernier de nos droits démocratiques en Turquie pour renforcer l’opposition au sein de la société. Nous soulèverons la lutte pour la paix et la démocratie.

Le Parlement sera un élément de notre stratégie d’opposition. Nous utiliserons cette étape pour continuer à faire entendre la voix du peuple, la voix de la vérité ».

Erdogan a ciblé le HDP avant les élections et continue de le faire. Pourquoi le HDP ?

ST : « Ce gouvernement sait que la seule opposition forte est le HDP. Nous sommes le principal parti d’opposition. Parce qu’il y a deux options en Turquie. Une compréhension unique qui est celle du régime d’un seul homme ou d’une compréhension pluraliste, et qui est représentée par la démocratie radicale du HDP.

Par conséquent, les attaques contre le HDP par le gouvernement ne sont pas surprenantes et nous nous y attendons. Ils nous ont attaqués jusqu’à présent et continueront de le faire ».

Leyla Güven a été élue députée de Hakkari. Pourtant, elle n’a pas été libérée.

ST : « Leyla Güven est une députée du HDP, elle a été élue par le peuple et aurait dû être libérée, mais il y a clairement deux lois. Nous nous sommes opposés à la détention illégale de notre candidat à la présidence, Selahattin Demirtaş. Une détention qui a violé toutes les lois et pourtant nous disons que même la Cour constitutionnelle viole sa propre loi. Il en va de même pour la situation de Leyla Güven ».

La famille et les avocats se voient constamment refuser le droit de visite à l’île Imralı Qu’est-ce que le système cherche à réaliser en maintenant un tel régime d’isolement en place ?

ST : « L’une des étapes les plus importantes et les plus critiques en termes de solution de la question kurde est la suppression de l’isolement. Il y a un effet domino qui doit être déclenché : on ne peut pas résoudre la question kurde si on ne résout pas la question de la démocratie dans le pays et vice versa.

Insister sur l’isolement constitue l’un des problèmes les plus graves en Turquie. Le gouvernement dit : « Il n’y a pas de question kurde » et nous disons : « Il y a une question kurde ». Cette question ne peut être résolue sans résoudre le problème de la démocratie turque. Nous le disons depuis des années.

Lorsque nous parlons du régime d’un seul homme, nous parlons du danger du fascisme et de la dictature. Et cette réalité découle du problème de la démocratie en Turquie. La Turquie n’a pas résolu le problème de la démocratie ».

Pourquoi ce problème de démocratie n’est-il pas résolu ?

ST : « Parce qu’il y a une mentalité qui se nourrit du problème kurde. L’une des étapes les plus importantes et les plus critiques pour la solution du problème kurde est la suppression de l’isolement, comme je l’ai dit ».

L’opération « Qandil » d’Erdogan se poursuit. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

ST : « La question kurde, comme nous l’avons vu, est une question de démocratie. La compréhension de ce gouvernement est fondée sur la guerre. Les pressions de la violence, de la guerre, de l’hostilité et des délires de plus en plus nationalistes, les discours racistes divisent la société. Parce qu’il s’agit d’une mentalité visant à diviser la société ».

L’opération sur Qandil avait pour but d’apporter des votes à l’AKP.

Le gouvernement qui ne peut pas gérer la crise cherche une solution. C’est pourquoi elle s’est lancée dans l’occupation d’Afrin. Aujourd’hui, la charia est appliquée à Afrin. La voix des victimes à Afrin est entendue.

A la veille de l’élection, l’Etat a annoncé l’opération à Qandil. En 2019, il y a des élections locales. Jusqu’aux élections locales, le gouvernement poursuivra le succès électoral en maintenant cet environnement violent et oppressif et en le nourrissant.

Ce gouvernement voit la guerre comme la meilleure façon de cacher les vrais problèmes du pays tout en maintenant la société dans un état de terreur ».

https://anfenglishmobile.com/news/hdp-co-chair-our-opposition-will-be-in-parliament-and-society-28440

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici