Les barrages sont un danger pour le Kurdistan

0
1255
TURQUIE / KURDISTAN NORD – Cinquante villages et sites historiques kurdes seront submergés lorsque le barrage de Silvan sera achevé.
 
La géographie du Kurdistan est détruite par les barrages et les centrales hydroélectriques.
 
Malgré les innombrables protestations, le gouvernement de l’AKP continue de travailler pour détruire le patrimoine historique et culturel et la nature de la géographie du Kurdistan.
 
Dans le cadre du projet d’Anatolie du Sud-Est (en turc : Güneydoğu Anadolu Projesi [GAP]), 80% de la construction du barrage de Silvan est maintenant achevée (il entrera en service en 2019).
 
Huit barrages, des centrales hydroélectriques et 23 installations d’irrigation, commenceront à capturer de l’eau en deux ans.
 
Le barrage de Silvan, qui mesure 175,5 mètres de haut, est également le plus grand barrage de la région, après le barrage Atatürk.
Alors que 16 autres barrages de sécurité devraient être construits au Kurdistan, 95% du barrage d’Ilisu à Hasankeyf, l’un des plus controversés, est maintenant achevé.
 
Güner Yanlıç, membre de la Plate-forme de protection du Hevsel, a expliqué l’objectif des barrages construits au Kurdistan : « Cette politique mise en œuvre dans les années 1940 a été remis à jour sous le nom de GAP. »
 
Yanlıç a déclaré : « Ce projet peut être considéré à la fois comme une extension de la politique de sécurité, ainsi qu’un projet visant à créer des travailleurs bon marché dans les grandes villes en coupant la communication sociale et en obligeant les gens à émigrer.
 
La Turquie a mis en œuvre une politique de sécurité énergétique depuis plus de 50 ans.
 
Depuis le premier jour, les autorités ont déclaré qu’elles construisaient des barrages pour pouvoir obtenir l’eau nécessaire à l’agriculture, mais bien que les populations aient accepté cette tradition, il est clair que dans le domaine de l’irrigation, le salination des terres, due à l’évaporation excessive de l’eau, sera irréversible. »
 
Selon Yalnıç, il y a plus que suffisamment de preuves montrant que la production d’énergie à travers les barrages détruit les champs et rend l’agriculture difficile. La preuve en est que «nous devons importer des produits comme les pommes de terre, les oignons, le blé, autrement dit des produits très basiques d’autres pays car nous ne pouvons plus les produire», a déclaré Yalnıç.
 
50 villages seront engloutis par le barrage Silvan
 
Yanlıç a rappelé que les Kurdes ont toujours protesté contre ces projets.
 
Il a souligné que le village historique de Geliyê Godernê, situé entre les provinces de Silvan, Lice, Kulp et Hazro, sera submergé par l’eau une fois le barrage de Silvan, le deuxième plus grand barrage du Kurdistan, sera achevé.
 
Il a souligné que ce lieu historique ainsi que ses habitats naturels seront complètement inondés.
 
Il a déclaré que tous les districts seront touchés par le barrage et qu’une cinquantaine de villages seront submergés.
 
Yalniç a déclaré : « En fin de compte, il est clair que le gouvernement ne s’intéresse pas au patrimoine culturel et historique. Il l’a prouvé avec le barrage d’Ilisu qui a submergé le site historique de Hasankeyf. »
 
En outre, le gouvernement ne s’intéresse pas aux gens et n’a aucun problème à forcer des milliers de citoyens à émigrer, à abandonner leur style de vie ainsi que leurs foyers.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici