Le Conseil des femmes du HDP : Le ministère des Droits de l’Enfant est nécessaire

0
726

TURQUIE – ANKARA – Le Conseil des femmes du HDP a déclaré que le gouvernement de l’AKP avait fomenté une mentalité réactionnaire justifiant les abus.

Le Conseil des femmes du HDP (Parti démocratique des peuples) a déclaré que la proposition de «castration» forcée pour les agresseurs d’enfants est en réalité une manière simplifiée de traiter ce crime grave.

Le Conseil des femmes du HDP a déclaré que’au lieu de cela, la création d’un ministère des droits de l’enfant aiderait à résoudre les problèmes.

Dans un communiqué écrit, le Conseil des femmes du HDP a abordé les derniers cas d’enlèvement et de violence faites aux enfants et a déclaré que ce qui est vécu est en réalité une conséquence de la politique des femmes menée par l’AKP.

Le communiqué a déclaré que l’AKP n’a pas pris de mesures préventives pour les droits de l’enfant et n’a pas été en mesure d’empêcher les cas d’enlèvement et, pire encore, de meurtres.

Le communiqué a déclaré : « Leyla Aydemir, âgée de quatre ans, a disparu à Ağrı le 15 juin, tandis qu’Eylül Yağlıkara, âgé de huit ans, a disparu à Ankara Polatlı le 22 juin. Les corps des deux enfants ont été retrouvés quelques jours après leur disparition. »

Le Conseil des femmes du HDP a souligné que « de tels crimes horribles sont en fait la conséquence d’une mentalité réactionnaire dans la société mais aussi de l’inadéquation des sanctions pénales contre la maltraitance des enfants. Il y a une politique d’impunité autorisée par le gouvernement qui ne s’assure pas que des mesures de prévention et de protection soient adoptées. »

L’AKP, au cours de sa décision de 16 ans, a mené des politiques anti-femmes.
(…)
Nécessité d’un ministère des droits de l’enfant

Le Conseil des femmes du HDP a réitéré la nécessité de la création d’un ministère pour les droits de l’enfant et a rappelé les nombreuses institutions de femmes fermées par le gouvernement de l’AKP au cours des 16 dernières années.

De même, le HDP a déclaré que l’AKP devait respecter les conventions internationales pour les droits de l’enfant dont la Turquie est signataire.

 

Source

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici