Les habitants d’Afrin vivent dans un cauchemar

0
802
AFRIN – Un habitants d’Afrin a confirmé que les mercenaires et l’armée turque détruisent tout.
 
L’Etat turc et ses alliés mercenaires ont pillé et détruisent Afrin qui était l’une des villes les plus paisibles de la Syrie, malgré la guerre.
 
Afrin a été ciblée car elle représentait ce que l’Etat turc ne peut pas accepter : la tolérance, la coexistence de différentes nations, cultures, langues, une administration autonome où ce sont les citoyens qui s’auto-dirigent et participent à tous les processus de décision dans les différents domaines de leur vie.
 
La Turquie ne tolérerait jamais cela, et c’est pourquoi elle est entrée dans Afrin, elle a expulsé les gens de leurs maisons, elle les a pourchassés et assassinés.
 
Et maintenant, une fois dans la ville, la Turquie et ses alliés mercenaires continuent leur destruction violente de toute trace de cette Afrin paisible et, pendant qu’ils y sont, ils volent, pillent, détruisent les propriétés des civils et kidnappent, tuent, violent , torture les civils kurdes restés dans la ville.
 
Dans ce scénario de cauchemar et d’horreur, certains civils parviennent à envoyer des messages et des photos pour documenter ce que la Turquie et les mercenaires font à Afrin.
 
Un civil qui vit dans le centre-ville d’Afrin et ne voulait pas que son nom soit révélé, a déclaré à l’ANHA qu’ils se sentaient comme des étrangers dans leurs propres maisons et espaces de vie.
 
« La situation dans la ville est terrible », a-t-il déclaré, ajoutant: « C’était autrefois une ville pleine de vie, bondée et bruyante et maintenant c’est juste un grand centre de torture. »
 
La source a déclaré que les forces d’occupation harcèlent et répriment les civils mais en même temps elles détruisent aussi les pierres, les bâtiments de la ville.
 
Il a déclaré que l’armée turque et ses alliés mercenaires écrivent sur les murs des slogans racistes.
 
« Presque tous les murs de la ville ont été couverts d’insultes et d’écrits racistes », a déclaré la source, ajoutant que « l’armée et les mercenaires turcs n’ont aucun respect pour quoi que ce soit dans la ville ».
 
La source a envoyé une photo d’une rue à Afrin. Sur le mur de l’université Afrin, l’écriture dit : « Afrin est arabe, les Arabes resteront ».
 
Les rapports que les femmes ont été forcées de porter la burqa ont été confirmés par la source et il a ajouté que « le bruit des armes ne s’arrête jamais. Parfois, les groupes de mercenaires se battent entre eux. »
 
La source a également confirmé que « les gens ont peur de quitter leur maison car la violence est élevée dans la rue. Afrin était un endroit tellement sûr auparavant et maintenant les gens ont peur de sortir parce que l’armée turque et les mercenaires peuvent les kidnapper ou leur tirer dessus. »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici