Hasankeyf ou « la date de la mort de l’eau » (Dîroka Mirina Avê / Water’s Date of Death)

0
807
TURQUIE – BATMAN – La ville kurde d’Hasankeyf, vieille de 12.000 ans, et la vallée du Tigre sont la cible de la politique de l’Etat turc qui se caractérise par la destruction et l’annihilation. Le projet de barrage et de centrale hydroélectrique d’Ilisu, prévu depuis les années 50, est confronté à la résistance civile depuis les années 90 et constitue donc une source d’inspiration pour de nombreuses autres luttes sur le patrimoine naturel et culturel.
 
Le documentaire « Dîroka Mirina Avê / Water’s Date of Death (La date de la mort de l’eau) » vise à montrer la vallée du Tigre et Hasankeyf comme un être vivant menacé de disparition.
 
Hasankeyf est l’une des rares cites où l’histoire est préservée, et a été le foyer de civilisations telles que les Hurrians, Mitannis, Assyriens, Urartiens, Mèdes, Perses, Romains, Byzantins, Omeyyades, Abbassides, Seldjoukides, Artukides et Ayyubides. Avec son histoire et sa nature, Hasankeyf remplit 9 des 10 critères de l’UNESCO mais elle est détruite en raison des politiques anti-kurdes que les gouvernements en Turquie ont mises en œuvre au Kurdistan. L’État turc n’a pas demandé à l’UNESCO pour l’ajout de Hasankeyf à la Liste du patrimoine mondial, et détruit maintenant la ville en l’inondant. Hasankeyf, la ville où les pierres sentent l’histoire, est maintenant sacrifiée pour le barrage d’Ilısu à la suite des politiques anti-kurdes de la Turquie.
 
Abondance de vestiges historiques
 
Hasankeyf abrite des preuves incroyables sur les racines de l’espèce humaine, le début de l’agriculture et le début de la civilisation. Environs 6 000 grottes autour de la ville antique sont l’un des premiers sites de peuplement humain. La vie humaine dans la ville antique de Hasankeyf remonte au 8ème siècle avant notre ère et les dessins à l’intérieur des grottes des environs de la ville ont éclairé différentes périodes, cultures et architectures de l’humanité. Le gigantesque château d’Hasankeyf comprend des objets historiques tels que la mosquée des Ayyoubides, le grand palais, le petit palais, la mosquée Al-Rızk, la mosquée Sultan Suleiman et la mosquée Koç, le pont de pierre des Assyriens et l’Akkoyunlu et la tombe de Zeynel Bey (qui a été déplacée en 2017) . La construction du barrage d’Ilısu détruira ces vestiges ainsi que des espèces animales et végétales uniques au Tigre et à l’Euphrate.
 
Le barrage d’Ilisu va engloutir les racines de l’humanité
 
Les écologistes et les archéologues soulignent que la construction du barrage d’Ilısu n’inondera pas seulement Hasankeyf. Seuls 7 000 hectares des 37 750 hectares qui seront touchés par le barrage ont été fouillés par les archéologues entre 1988 et 1991. Il y a plus de 300 sites archéologiques sur ces 7 000 hectares. 83 de ces sites sont directement affectés par le barrage, et les autres sont sensibles à l’effet d’érosion du barrage. Le barrage d’Ilısu inondera des preuves incroyables sur les racines de l’espèce humaine, le début de l’agriculture et plusieurs civilisations.
 
https://vimeo.com/245294539

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici