Le rapport du HDP sur l’attaque sanglante de Suruç

0
686

TURQUIE – URFA – Le HDP (Parti démocratique des peuples) a publié un rapport préliminaire sur l’attaque sanglante de Suruç, dans la province d’Urfa, le 14 juin. Cinq personnes ont perdu la vie.

 
Le rapport a confirmé qu’il y a eu un lynchage à l’hôpital, un événement qu’on a tenté de cacher et qualifié de faux.
 
Le rapport indique qu’Esvet Şenyaşar et ses deux fils, qui ont été massacrés par des membres de l’AKP, étaient des commerçants et travaillaient depuis 25 ans derrière le bâtiment du Conseil de Suruç.
 
Le HDP déclare que le 12 juin, Ibrahim Halil Yıldız, candidat au poste de vice-président de l’AKP, qui menait sa campagne électorale, a eu une discussion verbale avec des membres de la famille Şenyaşar. Cette discussion s’est terminée sans violence.
 
Ce qui s’est passé le 14 juin a été rapporté comme suit : « Le candidat de l’AKP, Yıldız et ses proches sont retournés sur le lieu de travail de la famille Şenyaşar. Cette fois, la discussion verbale devint violente lorsque le candidat adjoint Yıldız et les personnes qui l’accompagnaient attaquèrent les frères Adil, Celal et Ferit Şenyaşar avec des armes [dont des Kalachnikovs].
 
À la suite de cette attaque, les frères Adil et Celal Şenyaşar, qui avaient été blessés, ont été transportés en ambulance au service d’urgence de l’hôpital d’État de Suruç. Le troisième frère, Ferit a été amené à l’hôpital d’État Balıklıgöl dans le centre d’Urfa.
 
Esvet, le père des trois jeunes, s’est rendu à l’hôpital public de Suruç pour rester près de ses deux fils.
 
Des proches d’Yıldız, candidat AKP Urfa, ont détruit les caméras de sécurité à l’hôpital d’abord, puis, tué l’un des deux fils d’Esvet Yasaroglu sous instructions d’Yildiz, alors qu’il était au service d’urgence, et l’autre fils devant l’hôpital public de Suruç.
 
Esvet Şenyaşar a été lynché avec une bouteille d’oxygène et emmené dans des conditions sérieuses à l’hôpital 25 Aralık de Gaziantep. Il a perdu la vie le 15 juin alors que ses fils étaient enterrés à Suruç. »
 
La délégation du HDP à Suruç
 
La délégation du HDP est arrivée à Suruç le 15 juin pour mener sa propre enquête.
 
La délégation comprenait Ayşe Acar Başaran, co-présidente du HDP et députée de Batman; Meral Danış Beştaş, députée d’Adana; Nimetullah Erdoğmuş et Sibel Yiğitalp, députés de Diyarbakır et candidate d’Urfa et co-vice-présidente du DBP Hacer Özdemir.
 
Les résultats ont été détaillés comme suit :
 
« Notre délégation s’est rendue sur les lieux de l’incident. Les caméras de sécurité étaient clairement visibles sur les lieux de l’incident. Les informations sur l’incident ont été confirmées par de nombreux clients et commerçants présents le jour de l’événement.
 
Le 14 juin à 15h30, dans la rue “Bir Milyoncu Sokağı”, le vice-président de l’AKP Urfa, İbrahim Halil Yıldız, accompagné de sa délégation et de ses gardes du corps armés, a rendu visite à au magasin İstanbul Ucuzluk Pazarı d’Esvet Şenyaşar ».
 
Le rapport explique en détail comment le candidat de l’AKP voulait entrer dans le magasin mais Adil Şenyaşar lui a dit qu’il y avait des femmes clientes à l’intérieur et qu’elles pourraient se sentir dérangées. La réaction du candidat était violente et il voulait entrer. Les choses sont devenues incontrôlables et la discussion a dégénérée, jusqu’à ce que l’un des hommes accompagnant Yıldız ait giflé Adil. Les choses ont dégénéré et Adil Şenyaşar est blessé par un coup de feu.
 
À ce stade, les proches du candidat de l’AKP et les gardes du corps attaquaient Adil Şenyaşar avec un bâton et un couteau. Pendant ce temps, le frère d’Adil Şenyaşar, Ferit Şenyaşar, dans une boutique voisine, est allé sur les lieux de l’attaque avec une arme à feu et a ouvert le feu sur les hommes armés du député lorsqu’il a appris que son frère avait été blessé.
 
Le résultat de ces moments agités fut un certain nombre de coups de feu, et des blessés, dont un homme non identifié, Celal Şenyaşar et le frère d’İbrahim Halil Yıldız, Mehmet Şah Yıldız, qui mourut plus tard.
 
Parmi les témoins, le rapport cite une personne qui ne voulait pas être nommée et a dit qu’elle était à l’hôpital pendant l’incident.
 
« Je suis allé à l’hôpital pour rendre visite à un proche parent à 17 heures. A cette heure même j’ai appris que les blessés ont été amenés à l’hôpital. À l’intérieur et à l’extérieur de l’hôpital, il y avait une foule énorme. Comme tout le monde se connaît à Suruç, les proches du candidat de l’AKP, İbrahim Halil Yıldız, ont bientôt rempli l’hôpital, » a déclaré le témoin.
 
Il y avait beaucoup de policiers anti-émeutes à la porte lorsque les parents du candidat adjoint sont entrés dans l’hôpital, mais la police ne les a pas empêchés d’entrer. À ce moment-là, je n’entrais pas à l’hôpital parce que j’avais peur, mais j’entendais les gens crier en kurde. Des bruits de coups de feu venaient de l’intérieur. Et ils ont commencé à applaudir ».
 
D’autres déclarations ont confirmé que le père des trois frères, Esvet Şenyaşar, a été lynché par des proches du candidat de l’AKP.
 
« La tête d’Esvet Şenyaşar a été brisée – a déclaré un travailleur hospitalier – alors qu’il était à l’intérieur de l’hôpital et que le mur de la section jaune du service des urgences s’est rougi de son sang ».
 
Servet Gören, président provincial du Parti du peuple républicain (CHP), a confirmé les principales déclarations des témoins, affirmant que la famille des commerçants avait été agressée par les proches du candidat de l’AKP.
 
Le President de la Chambre du Trésor d’Urfa, Ömer Malik a confirmé qu’après l’incident, ils se sont rendus à l’hôpital d’État de Suruç et que d’après leurs observations, aucune mesure de sécurité n’avait été prise après l’incident et qu’aucun travail n’avait été fait pour recueillir les preuves de manière appropriée par le bureau du procureur général. L’hôpital est devenu un champ de bataille, selon les informations recueillies, avec un groupe de 100-150 personnes entrant dans l’hôpital et attaquant les blessés.
 
Les enregistrements de la caméra montrant les meurtres d’Esvet Şenyaşar et de son fils Celal ne pouvaient pas être visionnés par la délégation du HDP. « Les traces de sang dans la salle d’urgence ont été effacées avant l’arrivée de l’équipe d’enquête. Les taches de sang sur les murs ont été nettoyées à la hâte et le mur repeint. On a essayé d’effacer les preuves. Il a été observé que les agents de santé avaient été menacés et ne voulaient pas parler ».
 
Le rapport déclare en conclusion :
 
« Au cours de la tentative de lynchage à l’hôpital, le gouverneur d’Urfa, le gouverneur du district de Suruç, le ministre Eşref Fakıbaba, ont été vus par des témoins oculaires à l’extérieur de l’hôpital », a déclaré le député Nimettullah Erdoğmuş.
 
Le rapport du HDP se termine en disant : « Alors que les informations que les témoins oculaires transmettent à la délégation sont assez épouvantables, la rhétorique du gouvernement utilisant les médias pour répandre son langage haineux est aussi alarmante.
 
Nous exhortons toutes les organisations des droits de l’homme, en particulier l’Association des droits de l’homme (IHD), à enquêter sur cet incident et à faire en sorte que la lumière soit faite sur ce qui s’est passé à Suruç ».

Source 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici