Peter Ott, cinéaste : « Je suis intéressé par le projet historique du Rojava »

0
691

Rojava – Lundi, une délégation allemande de 11 membres s’est rendue dans le nord de la Syrie pour s’entretenir et recueillir des informations sur la situation actuelle. L’un des membres de la délégation est le cinéaste et producteur Peter Ott, dont le thriller politique « Le Protocole de Milan » est à l’affiche depuis le début de l’année. Le film a été tourné dans des lieux originaux dans la zone frontalière entre le sud du Kurdistan et le nord de la Syrie.

Vous êtes arrivés au Rojava. Quelles sont vos premières impressions ?

Bien sûr, une semaine, c’est trop peu pour faire plus que des expériences superficielles. Nous sommes récemment allés au Rojava et, connaissant la région kurde dans le nord de l’Irak, j’avais vraiment le désir de m’entretenir avec nos interlocuteurs. Le projet d’autonomie locale, l’égalité des sexes, la construction d’un modèle démocratique de l’ensemble de la société est immédiatement fascinant. D’une part, parce qu’elle est réalisée dans des conditions de guerre et, d’autre part, parce qu’elle est constamment améliorée avec patience et une auto réflexion impressionnantes. Le joug de la corruption qui domine tout le Moyen-Orient semble n’avoir pas sa place ici. 

Qu’est-ce qui vous a motivé à faire ce voyage ?

Je m’intéresse aux avancées d’un projet historique qui n’est pas seulement un modèle pour le Moyen-Orient, mais qui permet aussi de surmonter les contradictions dans lesquelles le capitalisme nous implique et dont il ne nous libère pas. En tant que travailleur culturel de gauche, je considère qu’il est de mon devoir d’examiner cette tentative. Je suis donc très heureux d’avoir l’occasion de le faire maintenant, même si ce n’est que pour une semaine.

Pourrez-vous visiter les réfugiés d’Afrin à Shehba ?

Shehba est situé sur le territoire du régime d’Assad. S’il est encore ouvert nous pourrons y aller. Jusqu’à présent, cela ne semble pas être le cas.

Avez-vous une idée de ce que vous ferez de vos découvertes lors de ce voyage après votre retour en Allemagne ?

Nous allons d’abord créer des événements. Je vois aussi mon propre séjour ici comme un voyage de recherche pour d’autres projets. En outre, il s’agit d’apprendre de la ténacité de ce projet et de soulever la question d’un projet de gauche concret et durable pour les artistes créatifs ou intellectuels en Allemagne. C’est aussi pour cette raison qu’il y a des choses à apprendre du Rojava.

https://anfenglishmobile.com/rojava/peter-ott-i-m-interested-in-the-historical-project-in-rojava-27070

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici