Introduction aux structures politiques et sociales de l’autonomie démocratique au Rojava

0
432

Ce qui se passe au Kurdistan syrien ne peut être réduit à la guerre contre l’Etat islamique et, pour comprendre les événements du Rojava, il faut se pencher sur les institutions nouvellement créées qui, sous le nom de Mouvement pour une société démocratique (KCK, appelé TEV-DEM au Rojava) organisent tous les événements et les champs au Rojava. Le manque de ressources en matière de recherche et d’étude et la littérature restreinte des études sur le terrain ont rendu difficile la définition complète et l’explication pathologique du système démocratique autonome des trois cantons. Dans ce rapport, l’objectif est de donner une vision générale de la nécessité des institutions sociales et politiques et de leur fonctionnement effectif.

 
Le mouvement pour une société démocratique
 
Au Rojava, tous les chemins mènent à Abdullah Öcalan, donc pour comprendre l’expérience du Rojava, il est préférable de jeter un coup d’œil à ses idées récentes.
 
Abdullah Öcalan; le leader idéologique du Mouvement pour une société démocratique (KCK), a revisité les idées du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans la prison d’Imrali et a expliqué ses nouvelles idées sous le titre de « Confédéralisme démocratique » dans ses trois dernières défenses récentes.
 
Basé sur les idées de Wallerstein, de Foucault et surtout de l’anarchiste Bookchin, Öcalan propose l’idée d’une démocratie sans État comme alternative à la modernité capitaliste.
 
Öcalan, en rejetant l’effort de 30 ans pour créer «un Etat kurde indépendant», attaque l’idée d’«Etat» et considère toute tentative de réalisation du projet d’Etat-nation comme «condamnée à la défaite et à la décadence du fascisme». L’Etat est une «forme organisée des classes dirigeantes» et pense que c’est la continuation de l’ordre qui conduit à un maximum de profit et d’industrialisme. Ainsi, le KCK, qui repose sur trois principes de «nation démocratique, industrie écologique et économie socialiste», tente de réaliser une société dans laquelle tout se passe en partenariat direct. Au Rojava, le Mouvement pour une société démocratique (Tev-Dem) est responsable de l’administration de ces principes dans la plupart des cas.
 
Communes
 
A l’entrée des villes du Rojava, un grand tableau est installé, sur lequel, outre le visage souriant d’Abdullah Ocalan, il y a un dicton qui lui est attribué en kurde et en arabe, qui insiste sur la nécessité de former une vie commune. Afin de découvrir la nature et la fonction des communes et autres institutions du Rojava, j’ai passé des jours et des nuits aux sessions des communes, Mala Gel (Maisons du Peuple), tribunaux, Asayish (sécurité) et 22 ministères des cantons. Les communes sont en réalité les unités les plus petites et les plus actives de la société communale. Les communes sont les lieux où les gens se réunissent pour discuter et résoudre les problèmes de routine et tous les aspects de la vie. Delsouz Deldaar, le journaliste kurde présent depuis le début de la création des communes, parle de l’effort de la population locale pour localiser le mot « commune » en kurde : « Les gens appellent les communes « Kumin/Komin », qui est dérivé du verbe kurde « Kum/Kom » qui signifie se rassembler.
 
Dans une interview détaillée avec A.A., l’administrateur en chef du Mouvement pour une société démocratique, pensait que la première étape vers la formation de la société écologique démocratique est de créer diverses communes dans les quartiers, villages, comtés et grandes et petites villes du Rojava.
 
Chaque commune dispose de six commissions distinctes qui traitent chacune des questions qui s’y rapportent. Par exemple, Mala Jin (Maison des femmes) s’occupe de l’éducation, de l’étude et de l’investigation sur le statut des femmes dans chaque commune.
 
Le comité social, le comité des jeunes, le comité des femmes, le comité de paix, le comité d’autodéfense et le comité économique sont les six comités qui sont actuellement actifs dans les communes.
 
Les communes sont dirigées de manière conjointe (un homme et une femme) et l’âge des membres de la commune doit être supérieur à 16. Ces communes tiennent des sessions hebdomadaires et enregistrent et discutent leurs rapports mensuels. Les rapports mensuels des communes sont écrits en arabe, car la langue kurde n’a pas trouvé sa fonction officielle et sa position au Rojava.
 
La décision de la commune dans laquelle un individu devrait être dépend principalement de la position géographique de son lieu de résidence. La sélection des co-dirigeants et des formations des comités se fait au moyen d’élections directes parmi les membres de la commune. Jusqu’à présent, trois élections ont eu lieu au niveau de la commune. Le moment de l’élection dépend du besoin et de la situation, pas d’une loi écrite. Les membres de la commune louent une maison pour deux à trois mille livres syriennes, appelée « Komungah ».
 
Plusieurs communes d’une certaine région se réunissent dans un autre lieu appelé la «Maison du Peuple» (Mala Gel). Les grandes décisions sont prises dans les maisons du peuple. La Maison du Peuple est également chargée de superviser les communes.
 
Dans la ville de Qamişlo, il y a 7 maisons du peuple et 97 communes. Chaque commune couvre environ 350 familles. L’objectif est de créer plus de communes, car diviser la société en unités plus petites peut améliorer la qualité et l’efficacité de leurs performances.
 
A propos de la position des gens dans les communes, A.A. déclare : « quand vous rassemblez dix personnes et que vous voulez qu’ils proposent une solution à un problème, ils font tous un effort pour participer à la recherche de la bonne réponse. Je pense que le raisonnement collectif est utile dans la plupart des cas et la discussion collective aide les gens à participer à la définition et à l’explication des politiques macroéconomiques. »
 
A.A. continue de parler de la raison pour laquelle il n’y a pas de comité politique dans les communes et considère cette notion comme un effort pour éviter toute tension entre les partis dans les communes, car à son avis, tous les partis peuvent prendre part aux communes.
 
Cependant, dans une courte conversation que j’ai eue avec Omar Amr, le chef d’état-major du Parti démocratique du Kurdistan syrien à Derbesiye, il a parlé de l’élimination et de la dissolution systématique des membres de ce parti et des partis d’opposition dans la structure communale, au profit des idées du Parti de l’Union Démocratique.
 
Bien sûr, dans la commune de Martyr Saaleh, les membres dirigeants du Parti Démocratique (Pishgharow) et dans la commune du Martyr Sarhad, les membres du Parti du Mouvement de droite (TaghgaraRaasti) ont été présentés. Néanmoins, il n’y a pas encore eu de communes dans les quartiers chrétiens.
 
J’ai assisté aux sessions communales dans la ville de Serekaniye et j’étais dans leurs sessions hebdomadaires où les jeunes et les vieux se sont rassemblés pour assister aux élections communales. Les sessions ont commencé par un discours sur les sessions précédentes des communes et ensuite ils demandaient aux gens des idées sur certaines questions locales. L’un des sujets abordés était la manière dont les réfugiés de Kobanê étaient hébergés à Serekaniye et après deux heures de discussions, les assistants ont conclu des accords sur la question. Déterminer l’emplacement de l’hébergement temporaire, clarifier les moyens de satisfaire le besoin de nourriture, etc. étaient les problèmes que les participants ont décidé de résoudre plus tard.
 
A.A., administrateur en chef du Mouvement pour une société démocratique, déclare à propos de la position des communes : «La valeur de la signature de la commune est plus que la signature du ministère, le ministre ne pouvant rien faire si la commune ne l’approuve pas. Ce haut responsable un Kurde d’Iran ajoute : « Ils disaient, de quel clan êtes-vous ? Maintenant, tout le monde doit demander à quelle commune appartenez-vous ?
 
A propos de la nécessité des communes, A.A. parle d’un problème plus enraciné : « Nous sommes contre le système descendant. Nous voulons avoir un système qui fonctionne de la base au sommet.» Je lui demande si cela signifie que personne par le haut ne peut pressuriser la base et imposer ses idées, auxquelles il répond : « Le chef de la commune peut appliquer une pression en présentant l’éducation correcte et cela ne signifie pas une pression ou une imposition négative ; cette étendue d’autorité est inévitable pour garder le rôle principal et ne conduit pas à la domination. Je lui demande ce qui empêche la domination et il répond : « L’éthique, pas la loi ».
 
Pendant ce temps, en parlant à ce chef, tous les chemins mènent au concept ambigu et indéfini appelé «éthique». Abdullah Öcalan, leader idéologique du Mouvement pour une société démocratique dans la «Cinquième Défense», considère l’éthique comme une forme de politique devenue une tradition historique. Il dit que bien que la politique joue un rôle de routine dans la création, la protection et l’alimentation, l’éthique rend le même service dans la société, via la force institutionnalisée et basée sur les règles de la tradition. On peut juger l’éthique comme la mémoire politique de la société. Les sociétés éthiquement épuisées ou privées d’éthique sont celles dont la mémoire politique et donc leurs «normes et institutions traditionnelles» ont été affaiblies ou ruinées. En donnant un exemple, A.A. met l’accent sur l’application imperméable de la force sur les communes : « Supposons que je veux être ministre et que je possède toutes les qualifications requises. Si la commune à laquelle j’appartiens ne me vérifie pas, alors je ne peux pas devenir ministre. »
 
Il interprète la relation d’un individu avec la commune comme la relation d’un arbre avec la forêt impliquant une relation à double sens. Habituellement, les petits projets tels que la création d’un parc sont réalisés par les communes elles-mêmes, mais les macro-projets comme la construction de routes, en raison du statut actuel du Rojava, sont réalisés soit par l’autonomie des cantons, soit par les communes. Par exemple, la pénurie actuelle d’électricité est un problème essentiel au Rojava. Chaque commune a acheté un générateur avec de l’argent collecté auprès des familles dans la mesure de leurs moyens. Les cantons autonomes les ont également aidés à réparer les câbles électriques et, de cette manière, le problème a été résolu.
 
Dans les discussions que j’ai eues avec les gens, j’ai ressenti une sorte de malentendu général au sujet des communes. Par exemple, quand j’ai demandé à un boutiquier plutôt riche l’idée des communes, il a déclaré : «Dieu merci, je n’ai pas besoin de la commune, que ce soit pour les pauvres.» Depuis le moment et dans la situation économique difficile actuelle, les principales tâches accomplies par les communes ont été la collecte, l’échange et la distribution de nourriture. Les gens pensent que les communes sont des organisations caritatives comme la Fondation iranienne des secours ou Justice Shares.
 
Delsouz qui habite à Tell Tamer, à 100 kilomètres au sud de Qamishli, se souvient des débuts de l’administration des communes et de l’effet persistant des anciennes pensées officielles et de leur transfert dans les communes.
 
« Dans Tel Tamer, 110 communes ont été fondées. Au début, les gens ne connaissaient pas les communes. Je me souviens qu’il y avait des pots-de-vin dans les communes. »
 
Les A.A. ne nient pas ces faits et, tout en approuvant l’effet des présupposés précédents, il parle de la nécessité de réformes constantes : «Il y a quelques semaines à peine, nous avons changé les chefs communaux des 9 communes faute de capacités suffisantes. Les chefs de clan ne tolèrent pas l’absence d’autorité, de sorte qu’ils peuvent difficilement être dans des communes égales aux autres. »
 
Cet administrateur du Mouvement pour une société démocratique considère les «présupposés durables des anciens régimes» comme le principal obstacle au processus d’institutionnalisation des communes du Rojava et pense que la révolution sociale est plus intellectuelle que matérielle ; par conséquent, il croit que le processus de la révolution est en constante augmentation, ce qui prend du temps.
 
La discussion individuelle et collective est la base intellectuelle de la nature des communes. A.A. souligne les conséquences négatives de l’individualisme : «Cette forme d’individualisme que le capitalisme développe est la principale cause des nombreuses maladies spirituelles et psychologiques d’une société et nous voulons y mettre un terme en créant des communes ! »
 
Je lui demande: « Si quelqu’un, pour une raison quelconque, n’a pas l’intention de participer aux communes, quelle est votre réaction ? »
 
Il répond : « Cette personne continuera sa vie normale. Cependant, les communes ne l’aideront plus, car elle ne fait pas partie de la commune. » Alors, cet administrateur en chef ajoute avec certitude que de tels cas sont rares.
 
Ensuite, il souligne ce que dit Öcalan à propos de sa sortie de prison : «Notre chef dit que si je suis libéré de prison, je retournerais dans mon village; Je construisais un jardin et j’y construirai un Komungah (la maison dans laquelle la commune réside) et je ne laisserais personne vivre en dehors de cette commune. »
 
Ici, le ton de A.A. devient grossier et sérieux : «Nous sommes ouvertement contre le concept individualiste. L’individualisme est comme un rat espiègle qui mâche la société. Si je suis plein et sans besoin, alors il est essentiel que mon voisin soit plein et qu’il n’ait pas faim. Si j’ai faim, alors mon voisin devrait s’occuper de moi. »
 
Il donne l’exemple des communes primitives pour confirmer ce qu’il dit et croit que l’humanité vivait dans les villages comme cela. A.A. déclare qu’ils veulent appliquer et institutionnaliser ce modèle de société primitive sous une forme moderne. Dans l’exemple simple qu’il donne, la distribution égale et juste est soulignée :
 
« Les terres appartiennent au Système Autonome Démocratique. Nous voulons donner la terre aux villageois, et quiconque veut s’enregistrer. Le service et le labeur seront assurés par les villageois et le système autonome fournira les outils et les besoins des fermes. Enfin, un petit pourcentage du revenu ira au système autonome, mais la plupart appartiendra à ceux qui ont travaillé pour cela. »
 
Selon lui, la création de coopératives empêcherait une personne d’obtenir la plupart des salaires des travailleurs.
 
À cet égard, A.A. pensent que malgré le fait que la création de villes a eu des résultats positifs, le profit et le capital sont devenus la question la plus importante et la santé spirituelle et psychologique de l’humanité a été perturbée en assumant l’individualisme.
 
Abdullah Öcalan, dans sa Cinquième Défense, qui est une sorte de manifeste du Confédéralisme Démocratique, dans la section «La Commune Démocratique et le Libre Style de Vie Individuel-Citoyen dans la Nation Démocratique», déclare : «L’individu-citoyen de la nation démocratique, outre d’être libre, doit inévitablement être également communal. La contrefaçon et la fausse «individualité libre» de l’individualisme capitaliste infusé dans la société souffrent essentiellement d’une sorte de servitude. Cependant, dans l’image que présente l’idéologie libérale, il semble que l’individu ait une liberté infinie. Au contraire, la réalité s’avère être le contraire ; celui qui est l’esclave salarié, désireux de tirer le maximum de profit et de le transformer en un système hégémonique (d’une manière qui ne s’est jamais produite dans aucune époque historique) est le représentant de la forme la plus développée d’esclavage. » Öcalan ajoute qu’« un tel individu se forme dans la pragmatique de la vie et dans l’éducation impitoyable de l’inclination à atteindre un «Etat-nation». Parce que la vie d’une telle personne est devenue dépendante de l’argent du gouvernement et il a succombé à un système de salaire qui le tient, le contrôle et le conduit, comme un chien par son collier. »
 
Le comité de la paix
 
Lors de ma visite à la commune, j’ai vu que le Comité de la Paix était le plus actif parmi tous les autres. Ali Sha’ban, un homme d’âge moyen de la Commune du Martyr Khebat à Qamishlo, a exprimé ses premières expériences dans la commune comme suit :
 
« Mon fils est parti pour l’Europe; un passeur avait préparé les papiers et quand il a emmené mon fils en Turquie, mon fils a été arrêté à l’aéroport. Il était en prison pendant trois mois. Après trois mois où aucune nouvelle ne venait de mon fils, j’ai discuté de mon problème dans la commune. J’ai écrit une lettre et une plainte contre le gars du passeur. La commune s’est occupée de la question, en moins de trois jours et via la commune, les responsables concernés ont été rapidement informés. Les fonctionnaires du canton en Turquie ont enquêté sur la question et après plusieurs jours, mon fils est revenu sain et sauf. » L’une des principales caractéristiques du Comité de la Paix est de raccourcir les longs processus officiels de règlement des petits problèmes. Au Comité de la paix, ce sont principalement les conflits familiaux et locaux, les problèmes de location et d’achat de logements et les problèmes sociaux qui sont traités.
 
Jamil Haju, le responsable de l’assemblée de la région de Halilia, a déclaré : « Il y a eu de nombreux cas où deux tribus ont eu des disputes sur un terrain dont le processus légal aurait pris environ 15 ans, alors qu’il a été résolu en moins d’un mois dans les communes. »
 
Le point intéressant ici est l’existence de tribunaux d’État du régime baasiste dans certaines villes du Rojava, qui sont fermés à cause de l’inefficacité et parce que la plupart des gens font davantage confiance aux communes nouvellement établies.
 
Le processus au sein du Comité de la paix est basé sur des justifications et des discussions directes avec les deux parties. Parce que, comme le croit Jamil, la loi est dure et ne peut pas toujours être juste, alors il faut parfois recourir à l’éthique.
 
Cependant, s’appuyer sur le bon sens et les normes collectives peut également accroître le danger du conservatisme et du traditionalisme. A.A. déclare : «Nos bases sont les normes sociales qui ne sont pas contre la liberté, comme le vol, les actions immorales, etc. »
 
Au Comité de la paix, le principe est que lorsqu’un dossier est réglé, ce dossier doit être fermé pour toujours.
 
Les cas graves, tels que l’assassinat ou la vente d’armes lourdes, ne peuvent être discutés dans les communes et sont soumis aux tribunaux publics.
 
Zozan Ali, membre de l’assemblée d’inspection et de surveillance des tribunaux, a déclaré : «L’un des problèmes les plus courants qui pousse les gens à se rendre devant les tribunaux est le cas de femmes torturées par leurs maris ou leurs frères.» Zozan pense qu’en ayant des institutions telles que la Maison de la protection sociale des femmes dans le Canton de Cizîrê, les femmes se sentent plus en sécurité et la garantie de la force leur a donné le pouvoir de protester. Zozan, sur le processus d’enquête sur de tels cas, déclare : « Premièrement, la question est étudiée au Comité de la Paix de la Maison des Femmes, et ensuite on discute avec les deux parties. Dans cette phase, la meilleure tentative est faite pour mettre fin au différend de la meilleure façon possible. Si la torture ou les problèmes de sécurité sont une préoccupation, alors le Comité de la Paix de la Maison des Femmes convoquera l’homme responsable. »
 
À l’étape suivante, la question est renvoyée devant le tribunal. Depuis que la loi sur les femmes a été approuvée l’année dernière, le tribunal soutiendrait les femmes sur la base des articles légaux. Elle ajoute que, en très peu de temps, tant d’hommes ont été appelés par les tribunaux et ont ressenti du remords pour leurs actes, et ils ont même présenté des excuses à leurs épouses au tribunal. Elle déclare que la nouvelle loi n’est pas basée sur la charia islamique [qui donne aux hommes tous les droits sur la femme], et donc les hommes kurdes sont effrayés et craignent les punitions.
 
Par exemple, autrefois, la polygamie était très courante, mais à l’heure actuelle tout homme commettant un tel crime serait condamné à un an de prison et à payer 100 000 livres syriennes. Zozan rit puis poursuit : « Il y a quelques mois, une femme s’est plainte d’un tel crime et nous avons convoqué l’homme. Il a dit « l’Islam me donne la permission d’épouser 4 femmes ». Nous lui avons dit : « Oublie ça ! Nous avons changé la loi ! » Zozan déclare : « Juste dans ce court laps de temps après avoir changé cette loi, beaucoup d’hommes l’ont accepté et agissent en conséquence. Bien sûr, il y a eu des gens qui ont quitté le Rojava juste pour une telle loi. Mais nous devons continuer ! »
 
Qahraman Issa, membre de l’association judiciaire publique du canton de Cizirê, a donné une description générale de la hiérarchie de la loi judiciaire approuvée par le canton : « Il est possible que la décision rendue par le tribunal soit différente de celle rendue par la commune. Bien sûr, les communes recommandent et suggèrent plutôt que de prendre des décisions. Puisque dans certains cas, tels que les assassinats, les décisions criminelles et judiciaires exigent une expertise, nous devrons enquêter sur les cas avec un soin et une précision particuliers sur la base des procédures civiles. »
 
Il déclare que le but est de régler les problèmes dans les communes, et dans les prochaines années, en rendant les communes plus expertes, tous les cas leur seraient assignés.
 
Qahraman Issa recourt aux statistiques et souligne qu’en 2014, dans 9 tribunaux du canton de Cizirê, 6 061 affaires ont été déférées devant les tribunaux, dont 4 500 ont été réglées. Pendant ce temps, et dans la même période, les communes pouvaient résoudre et régler plus de 20 000 cas. En outre, il y a un bureau de la justice dans chaque ville et les cas qui sont réglés dans les tribunaux seront résolus par la consultation de ce bureau. Dans l’assemblée urbaine, les représentants des assemblées de toutes les maisons populaires se réunissaient et choisissaient leurs représentants dans la plus grande assemblée. Les Maisons du Peuple sélectionnent les co-dirigeants des villes et chaque ville aura une assemblée de 22 personnes.
 
Le droit public sera discuté au Parlement législatif dans Amûdê et les cas qui sont contre l’écologie ou la liberté des genres seront considérés comme un crime.
 
À l’heure actuelle, il y a 9 tribunaux et 9 juges dans le canton de Cizirê. Dans chaque tribunal, trois avocats, trois commissions et trois chambres de recours sont actifs.
 
La présence des femmes ne doit pas être inférieure à 40%. Ce qui signifie que si le Bureau de la justice comprend 7 personnes, au moins 3 d’entre elles doivent être des femmes. Dans les lois judiciaires, l’exécution est abolie et chacun a le droit de se défendre devant le tribunal dans sa propre langue. Le tribunal est responsable de l’embauche d’un interprète et d’un avocat pour eux.
 
Les cantons
 
Les cantons sont un modèle de gouvernance sociale et politique qui, outre le décentralisme, insiste sur l’autonomisation de la prise de décision publique et l’expansion de la démocratie directe.
 
Dans les cantons, il y a l’assemblée législative et le conseil public. Il y a douze villes dans le canton de Cizirê et les représentants de la ville sont élus en fonction des proportions de la population. Chaque commune organise des élections pour choisir ses représentants pour les niveaux supérieurs et les conseils municipaux doivent décider lesquels peuvent entrer dans le Conseil public du canton.
 
Les cantons ont leur propre constitution, le gouvernement, le parlement, la municipalité et les tribunaux dont les tâches et les devoirs sont définis dans le contrat social. Dans le canton de Cizirê , il existe un conseil exécutif avec 22 ministères apparentés qui ne sont pas concentrés dans une seule ville. Les ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères, des Finances, de la Défense, de la Santé et de l’Environnement font partie de ces ministères. Il y a aussi une assemblée pour coordonner les trois cantons de Cizirê, Kobanê et Afrin. La plupart des revenus des cantons proviennent de la vente des produits pétroliers, des douanes et des grandes exploitations, et d’énormes projets du Rojava sont exécutés par eux. Bien sûr, à l’heure actuelle, à cause de la situation de guerre, environ 70% du budget total des cantons sont consacrés à l’effort militaire et à d’autres services publics.
 
L’un des plus grands défis auxquels les administrateurs et les chefs des cantons du Rojava sont confrontés est le blocus économique du Rojava et aussi le fait que les trois cantons ne sont pas reconnus au niveau régional et international.
 
La différence des cantons du Rojava avec les cantons suisse et allemand, est que les cantons du Rojava n’ont pas de structure fédérale, contrairement aux cantons suisses et allemands, et sont pour la plupart des conseils et des Etats révolutionnaires.
 
Le contrat social des cantons du Rojava se compose de neuf sections qui sont les principes généraux, les principes de base, le Conseil exécutif, la Commission supérieure des élections, la Cour suprême constitutionnelle, etc. Dans le préambule de ce contrat social, il est dit :
 
Nous, les peuples des régions autonomes démocratiques d’Afrin, Jazira et Kobané, une confédération de Kurdes, d’Arabes, de Syriens, d’Araméens, de Turkmènes, d’Arméniens et de Tchétchènes, déclarons et établissons librement et solennellement cette Charte.
 
Dans la poursuite de la liberté, de la justice, de la dignité et de la démocratie et guidée par des principes d’égalité et de durabilité environnementale, la Charte proclame un nouveau contrat social fondé sur la coexistence et la compréhension mutuelles et pacifiques entre tous les courants de la société. Il protège les droits de l’homme et les libertés fondamentales et réaffirme le droit des peuples à l’autodétermination.
 
Öcalan, en proposant l’idée du confédéralisme démocratique et en le formalisant, parle des structures de la société communale et des cantons en détail. Par exemple, sur l’autonomie économique, tout en insistant sur «la préservation de la terre, de la forêt, de l’écologie et de la commune», il déclare que :
 
« Priver la société kurde de son soulagement et de son bien-être est causé par la confiscation des outils économiques de la société kurde et le contrôle de sa vie économique, plutôt que par les pressions et les torts que l’Etat-nation leur impose. Une société ne peut pas continuer à survivre après avoir perdu son emprise sur les outils de production et son marché. Les Kurdes ont non seulement perdu leur contrôle sur les outils de production et les relations dans de vastes mesures, mais ils ont également été privés de contrôle de la production, de la consommation et du commerce.
 
Dans l’autonomie économique, il n’y a pas de place pour l’industrie urbaine / rurale, la technologie, le développement et la construction, la propriété et la résidence contre l’environnement naturel qui contraste avec la société démocratique. L’économie ne peut pas être laissée à elle-même comme les autres domaines, de sorte que l’accumulation du profit et du capital s’y réalise. L’économie autonome est un modèle où le profit et le capital accumulé sont réduits au minimum. »
 
À la fin de notre longue entrevue, A.A. insiste sur le fait que l’autonomie démocratique n’est pas une idée qui peut être pratiquée en un jour ; c’est plutôt un processus qui se poursuit avec raison et éducation ; c’est une révolution qui durera toute la vie.
 

Les lois approuvées dans les cantons sont filtrées dans les communes. Ce qui signifie que les niveaux les plus bas participent au niveau macro de la prise de décisions, et que la conception de la prise de décision est ascendante. C’est un effort développé pour éliminer la gouvernance et le rôle de l’Etat, ce qui nécessite l’institutionnalisation de la démocratie non seulement parmi les masses, mais aussi dans le mouvement lui-même, qui garde l’idée des communes. Quelle serait la réaction du Mouvement pour une société démocratique – dont le devoir est de coordonner et d’inciter les gens à participer aux communes – à des demandes publiques contraires aux besoins du mouvement ?

Zanyar Omrani

Article publié une première fois en octobre 2015

Source

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici