Lettre ouverte à la Première ministre britannique sur l’utilisation de l’eau par la Turquie comme arme de guerre

0
1305
Le gouvernement turc utilise désormais son contrôle de l’eau comme une arme contre les territoires syriens libérés par les Forces démocratiques syriennes (FDS) et qui sont maintenant administrés par la Fédération démocratique de la Syrie du Nord.
 
Le mouvement écologiste mésopotamien, l’initiative pour garder Hasankeyf vivant, la campagne Corner House et la paix au Kurdistan ont envoyé une lettre ouverte à la Première ministre britannique, Theresa May, le 28 avril 2018, Journée mondiale d’action pour Hasankeyf et Sur.
 
Dans cette importante lettre sur les impacts internationaux / en aval des barrages turcs et en particulier sur le barrage d’Ilisu, il est indiqué que le gouvernement turc a utilisé et utilise des barrages comme une arme contre les populations en aval.
 
Voici la lettre en question :
 
Chère Première Ministre,
 
Le barrage d’Ilisu et l’utilisation de l’eau par la Turquie comme arme de guerre
 
Nous écrivons en tant qu’organisations de la société civile pour attirer votre attention sur l’achèvement imminent par la Turquie du barrage d’Ilisu sur le Tigre, en violation du droit international relatif aux voies d’eau partagées, qui nécessite des négociations et un accord sur les flux en aval. La retenue d’eau du barrage Ilisu survient à un moment où la Turquie utilise imprudemment et illégalement l’eau comme arme de guerre contre le nord de la Syrie, privant les personnes touchées de leur droit à l’eau, menaçant d’exacerber les conflits existants dans la région et qui ont déjà subi sept années de guerre civile brutale. Nous vous exhortons à protester contre la mise en fonction prévue d’Ilisu par la Turquie et à utiliser tous les moyens diplomatiques disponibles pour négocier un règlement pacifique et équitable entre la Turquie, la Syrie et l’Irak sur l’utilisation de leurs rivières communes.
 
La Turquie a poursuivi le projet du barrage d’Ilisu malgré une large opposition internationale. Le financement du projet a été refusé par la Banque mondiale en raison des inquiétudes sur les impacts en aval et, en 2001, le Royaume-Uni Export Credits Guarantee Department a signalé sa réticence à soutenir la participation prévue de Balfour Beatty dans le projet, en grande partie grâce à des préoccupations similaires. Plusieurs autres pays de l’Union européenne ont également refusé de financer le projet.
 
Si la mise en eau se déroule comme prévu, le barrage et son réservoir détruiraient les moyens de subsistance de 80 000 personnes, principalement des Kurdes, et inonderaient l’ancienne ville de Hasankeyf. Les plans actuels de relocalisation et de sauvetage du patrimoine culturel de la Turquie sont totalement inadéquats. De plus, les impacts écologiques en aval du barrage ont à peine été étudiés, et encore moins atténués.
 
La Syrie et en particulier l’Irak comptent sur le Tigre, qui est la source d’eau vitale pour l’agriculture et les centres urbains. La capacité de stockage du réservoir d’Ilisu permettrait à la Turquie d’arrêter l’écoulement du Tigre en Irak pendant des mois; et, même s’il est exploité sans intention hostile, le barrage, combiné aux systèmes d’irrigation proposés, réduirait sévèrement les débits en aval, augmenterait les niveaux de sels dans l’eau et violerait gravement le droit à l’eau propre pour les riverains en aval. Les impacts atteindraient jusqu’aux marais méridionaux de Mésopotamie, une région qui a été drainée sous Saddam Hussein mais qui a maintenant été restaurée. Les marais ont été approuvés en tant que site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2016.
 
La Turquie n’a pas signé la Convention des Nations Unies sur les utilisations des cours d’eau internationaux à des fins autres que la navigation, mais le droit coutumier international exige un accord mutuel entre la Turquie, l’Iraq et la Syrie sur l’utilisation des voies d’eau partagées. La Turquie n’a pas réussi à conclure un tel accord avec ses voisins riverains sur l’utilisation du Tigre. Au lieu de cela, il a profité des conflits en Irak et en Syrie pour faire avancer un programme de construction de barrage qui menace d’autres conflits en permettant à la Turquie de contrôler les flux de l’Euphrate et du Tigre. Ilisu est un élément central de ce projet politique.
 
Le gouvernement turc utilise désormais son contrôle de l’eau comme une arme contre les territoires syriens libérés par les Forces démocratiques syriennes (SDF) et qui sont maintenant administrés par la Fédération démocratique du nord de la Syrie. Au printemps et en été 2017, ainsi que ces dernières semaines, la Turquie a considérablement réduit le débit de l’Euphrate, violant un accord signé avec le gouvernement syrien en 1987 pour assurer un débit en aval d’au moins 500 m3 / s à la Turquie. Frontière syrienne Comme indiqué dans le rapport ci-joint, seulement la moitié de la quantité d’eau convenue a été libérée.
 
Il y a donc des craintes bien fondées que la mise en fourrière d’Ilisu soit utilisée de la même manière comme arme de guerre, exacerbant davantage le conflit dans la région. Le gouvernement turc dit que le barrage est presque achevé; mais, à notre avis, il n’est pas trop tard pour reconsidérer. Il n’y a pas de besoin urgent pour l’électricité prévue du projet Ilisu en Turquie et les protestations sur le terrain et sur le plan international continuent d’attirer un soutien croissant.
 
Nous demandons que le Royaume-Uni utilise son influence sur la Turquie pour faire en sorte que la retenue du barrage d’Ilisu soit stoppée jusqu’à ce que des accords sur les flux en aval dans le Tigre soient conclus avec les gouvernements irakien et syrien, la les personnes affectées et les organisations critiques de la société civile en Turquie et en Irak. Les négociations devraient inclure l’option de ne pas exploiter le projet de barrage d’Ilisu presque achevé. Nous croyons que le Royaume-Uni peut et devrait agir dans un rôle de médiateur.
 
Nous sommes impatients d’avoir de vos nouvelles et nous sommes ouverts à partager davantage nos positions sur le projet Ilisu.
 
Cordialement
 
Mouvement Mésopotamienne d’Ecologie
Initiative pour garder Hasankeyf vivant
Corner House
Campagne Paix au Kurdistan
Solidarité Association Economie
Brighton Kurdistan Solidarité
Assemblée populaire kurde Royaume – Uni
Roj – Assemblée des femmes kurdes du Royaume – Uni
Congrès national du Kurdistan (KNK) UK
Jullie Ward Députée
Christine Blower, NUT Secrétaire international
Clare Baker,
Administrateur international d’UNITE Simon Dubbins, directeur international d’UNITE
Doug Nicholls, secrétaire général, Fédération générale des syndicats (GFTU)
Bert Schouwenburg, officier international, GMB
 
Steve Sweeney, éditeur international, Morning Star
Thomas Schmidt, secrétaire général, ELDH Association européenne des avocats pour la démocratie et les droits humains internationaux
Martha Mundy, professeur émérite d’anthropologie, LSE (à titre personnel)
Yagmur Savran, chercheur à l’université de Bradford
Olga Vlagkouli , architecte du projet
Rahila Gupta, journaliste et écrivain
Dr Derek Wall, Maître de conférences en économie politique, Goldsmith College
Dr Felix Padel, l’ Université d’ Oxford
Lynn Wilde, Université de Liverpool
Dr Tom Wakeford, Coventry University
Peter Tatchell, militant des droits de l’ homme
John Hunt, journaliste
Jonathan Bloch, écrivain
Antony Shephard, graphiste
Les Levidow, Campagne contre la criminalisation des communautés (CAMPACC)
Stephen Smellie, Syndicat UNISON, Écosse
Margaret Gallacher, Présidente, South Lanarkshire Unison et Secrétaire de la Solidarité écossaise avec le Kurdistan
Sarah Glynn, Solidarité écossaise avec le Kurdistan
Sarah Parker, traductrice
Dr Dylan Musphy, enseignant / l’historienne
Fatma Kayhan, écrivaine
Amber Huff, chercheuse
Salima Tashdemir, chercheuse
Pinar Akpinar, la communauté kurde du Sussex
Jo Magpie, journaliste
Maude Casey, écrivaine
Helen O’Neill, travailleuse sociale
Brian Drummond, ministre
Martha Salter
Becky Hobbs
Meredith Tax, auteur
Kariane Westrheim, professeur, Département de l’éducation, Faculté de psychologie, Université de Bergen, Norvège
Eirik Eiglad, New Compass Press, Norvège
Gina Lennox, Alison Buckley, Zirian Fatah – Lobby kurde Australie

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici