En souvenir de cinq activistes kurdes exécutés en Iran le 9 mai 2010

0
1053

Le 9 mai 2010, le régime iranien a exécuté cinq activistes kurdes. Shirin Elemhuli, Ferzad Kemanger, Ali Heyderiyan, Ferhad Wekili et Mehdi Eslamiyan. Les quatre premiers ont été accusés d’être membres de PJAK (un mouvement armée kurde du Rojhelat, le Kurdistan iranien). Le cinquième, d’être un membre du mouvement pro-monarchie « Assemblée du Royaume d’Iran ».

 
Shirin Elemhuli était une activiste et une révolutionnaire. Kemanger, Heyderiyan et Wekili étaient des enseignants. Il n’y avait aucune preuve tangible contre eux, mais il a fallu quelques minutes pour prendre la décision de les exécuter.
 
Comme beaucoup d’autres prisonniers politiques, ils ont été accusés d’être des «ennemis d’Allah» . L’opposition au régime iranien est interprétée par le régime comme «opposition à Allah» . Le régime s’identifie à «Allah».
 
Le matin du 9 mai 2010, cinq prisonniers ont été exécutés à la prison d’Evin. Avant ces exécutions, il y en avait eu d’autres. Après eux, il y’en a eu d’autres…
 
L’Iran est parmi les pays avec le plus grand nombre d’exécutions dans le monde.
 
Elemhuli avait 28 ans. Dans la lettre qu’elle a écrite quelques jours avant son exécution, elle a souligné l’illégalité de cette décision et a déclaré qu’il s’agissait d’une décision politique.
 
« Aujourd’hui, le 2 mai 2010, ils m’ont ramené à l’interrogatoire … », ainsi commence la lettre.
 
« L’un des interrogateurs m’a dit : « Nous vous avons laissé partir l’année dernière, mais votre famille n’a pas coopéré avec nous. » En d’autres termes, je suis retenue en otage et ils ne me laisseront pas partir tant qu’ils n’auront pas ce qu’ils veulent, ce qui signifie qu’ils me garderont comme prisonnière ou qu’ils me pendront, mais ils ne me laisseront jamais partir».
 
Cette lettre a été écrite quatre jours avant l’exécution. En parlant des trois années qu’elle a passées en prison, Elemhuli a remarqué qu’on ne lui avait même pas donné la permission d’avoir un avocat pour la défendre. Le résumé de sa vie en prison pourrait être dit en deux mots : « Torture et cruauté ».
 
Elemhuli qui a vécu des jours de torture, a écrit : « J’ai traversé des jours de souffrance dans les mains des forces militaires. Pourquoi m’ont-ils arrêtée ou pourquoi me pendraient-ils ? Parce que je suis kurde ? Je suis née kurde et parce que je suis kurde j’ai été torturée et battue ».
 
Les autorités iraniennes voulaient qu’Elemhuli nie sa kurdicité. La réponse d’Elemhuli était claire : « Si je fais quelque chose comme ça, je vais fondamentalement renier mon moi même. Ma langue est le kurde. J’ai grandi en parlant le kurde. Mais ils ne me permettent pas de parler ou d’écrire dans ma propre langue ».
 
Comme Elemhuli s’est adressée au procureur et au juge. Elle a souligné l’illégalité de tout le processus : «Comme je ne connais pas bien le persan, vous avez pris mes déclarations dans ma propre langue et vous ne pouvez pas comprendre ce que je vous ai dit. »
 
La lettre a continué ainsi :
 
« La torture que vous m’avez infligée est le cauchemar de mes nuits, les peines et les souffrances de mes jours … Je souffre de maux de tête dus aux coups reçus lors de l’interrogatoire … Il y a des jours où je tombe tout simplement inconsciente. Je n’arrive pas à comprendre ce qui se passe autour de moi et je ne peux pas revenir à la raison pendant des heures … Un autre cadeau que vous m’avez donné à la suite de la torture est que j’ai presque entièrement perdu la vue. Vous ne m’avez donné aucun traitement.
 
Je sais que ce que vous avez fait à moi et à ma famille n’est pas seulement fait pour nous. Vous avez essayé ces tortures sur Zeyneb Jalaliyan, Rûnak Sefazade et beaucoup d’autres jeunes kurdes … Depuis des jours, des mères kurdes attendent leurs enfants. Chaque fois que le téléphone sonne, ils ont peur de penser à de mauvaises nouvelles : « est-ce qu’ils ont été pendus », se demandent-ils ?
 
Bien longtemps après, quelques jours avant le 2 mai 2010, ils m’ont de nouveau emmenée à la division 209 de la prison d’Evin pour l’interrogatoire et ont répété leurs allégations sans fondement. Ils voulaient que je coopère avec eux et ils ont dit qu’ils annuleraient la peine de mort. C’était inutile. C’est pourquoi je n’avais rien à dire sauf ce que j’ai dit devant le tribunal. À la fin, ils voulaient que je répète ce qu’ils ont dit devant les caméras. Mais je ne l’ai pas accepté. Alors ils ont dit : « Nous sommes arrivés à ce point parce que nous voulions vous aider, mais votre famille ne nous a pas aidés ». L’officiel a dit qu’ils m’exécuteraient alors ».
 
Coupable d’être des enseignants kurdes
 
Ferzad Kemanger, Ferhad Wekili et Eli Heyderiyan ont été arrêtés ensemble en 2006. Kemanger était le porte-parole de l’Association des enseignants du Kurdistan. En 2008, ils ont été condamnés à mort. Il n’a fallu que sept minutes pour les condamner. Kemanger avait 33 ans. En attendant d’être exécuté à Téhéran, il a écrit une lettre.
 
« Je suis en prison depuis des mois », a déclaré Kemanger. Ils ne pouvaient pas écraser cet amour. Il savait que la «justice iranienne» lui enlèverait la vie. Il avait un grand coeur.
 
Kemanger a écrit :
 
« La prison était censée briser ma volonté, mon amour et mon humanité, j’étais enfermé dans une petite pièce entourée de murs, pensant m’éloigner de mes proches, mais chaque jour je sortais de la petite fenêtre. La prison a approfondi nos liens les uns avec les autres. Les ténèbres de la prison étaient censées effacer de l’esprit le soleil et la lumière, mais j’ai assisté à la croissance des aimants noir et blanc dans l’obscurité et le silence.
 
(…) Un jour, j’ai été qualifié de « kafir » [mécréant] parce qu’ils disaient que j’étais en guerre avec « Allah ». Je veux que mon coeur soit donné à un enfant avec tout l’amour et la compassion dedans. Peu importe d’où il vient ; un enfant sur les bancs de Kaaron, sur les pentes du mont Sabalaan, sur les bords du Sahara oriental, ou en regardant le lever du soleil des montagnes Zagros. Tout ce que je veux, c’est de savoir que mon cœur continuera à battre sur la poitrine d’un enfant. Peu importe la langue que vous parlez, laissez mon cœur battre dans la poitrine de quelqu’un d’autre ».
 
Avant l’exécution de ces cinq prisonniers politiques, une autre exécution a eu un impact énorme sur les Kurdes : celle de l’activiste et réalisateur Ihsan Fetahiyan.
 
Le militant kurde Fethahiyan a écrit une lettre le 11 novembre 2009, en attendant l’exécution à la prison de Sine. Il a écrit :
 
« Je n’ai jamais eu peur de la mort, je n’en ai pas peur aujourd’hui, je sens la présence curieuse et honnête de la mort dans ma vie. Je veux toujours sentir son odeur, la mort est devenue la plus ancienne compagne de ce monde. Je ne veux pas parler de la mort, je veux attirer l’attention sur les problèmes qui la sous-tendent : si aujourd’hui c’est la punition de ceux qui cherchent la liberté et la justice, comment peut-on craindre son propre sort ? Ils ne sont coupables que de chercher à faire de ce monde un monde meilleur et plus juste : sont-ils conscients de leur action ? »

 

Source

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici