Afrin souffre : torture, meurtres, enlèvements & blocage des routes

0
1349
AFRIN – La ville d’Afrin, occupée par l’armée d’invasion turque depuis le 18 mars, est devenue un lieu de pratiques inhumaines et de violations des commis par les envahisseurs. Il n’y a pas de journée sans vols, meurtres, pillages et torture, mais il faut noter les affrontements au sein des mercenaires des factions arabes et ceux liés directement aux services secrets turcs (MIT) (des avions turcs ont bombardé une position de mercenaires des factions arabes récemment.)
 
Afrin, qui était l’une des régions les plus sûres de la Syrie, est devenue une ville fantôme et obligée de se couvrir du noir. Certains des traîtres kurdes comme les membres du « Conseil national kurde » ont participé à habiller Afrin en robes noires, en volant maintenant des propriétés civiles et en remettant aux mercenaires des listes de noms de civils à kidnapper et piller.
 
D’autre part, les femmes d’Afrin sont considérablement harcelées, des mercenaires criant dans les haut-parleurs dans les villes et villages du canton demandant aux femmes de porter des robes longues et de ne pas quitter la maison, selon une déclaration précédente.
 
Afrin : une prison où nous recevons la torture psychologique et physique
 
Des sources dans la ville et les villages d’Afrin ont confirmé au correspondant de l’agence d’ANHA que leur liberté était restreinte, et ils ont comparé Afrin à une prison où ils sont soumis à toutes sortes de tortures psychologiques et physiques.
 
Beaucoup d’entre eux sont soumis à la torture physique et à la détention, et ne peuvent pas sortir avec leurs femmes, de peur d’être enlevés ou battus.
 
Un habitants de la ville d’Afrin dont le nom est M.S. a déclaré que les mercenaires ont perquisitionné les maisons tard dans la nuit et ont demandé aux femmes de sortir avec eux ou de payer une rançon de milliers de dollars. Quand l’un des hommes a objecté, ils l’ont battu violemment.
 
M.S. a personnellement a été soumis à un tel incident à 1 heure du matin.
 
Tandis que des civils des villages de Mobata, district d’Afrin, ont déclaré que les mercenaires utilisaient la caserne militaire au carrefour de Mobata comme caserne d’entraînement et recrutaient des jeunes hommes d’Afrin proches d’ENKS par l’intermédiaire du Kurde Abo Mariam.
 
La source a souligné que la session se poursuit depuis 21 jours. La source a déclaré que la caserne se compose de deux catégories, « la classe de bénévoles et d’autres catégories qui ont été enrôlés de force. »
 
Les membres du Conseil national kurde volent des biens appartenant aux civils
 
Depuis l’occupation du canton d’Afrin par l’armée turque et ses mercenaires alliés, on a documenté des centaines de cas de pillage, de vol, de viol, d’enlèvement et de torture. Les violations augmentent jour après jour. Après le retour des membres du Conseil national kurde (ENKS), ses membres ont commencé à voler des biens et à donner des listes aux mercenaires pour kidnapper et piller les civils.
 
Pour sa part, le citoyen A.S. du district de Rajo a déclaré que les membres d’ENKS pillent les propriétés des citoyens après le pillage des mercenaires qui prennent le plus important et le plus précieux des biens.
 
Selon le citoyen, les voleurs sont : Jamil Arnab, connu sous le nom de Kirmala, était un dirigeant éminent du Parti communiste syrien – Abdo Osman Hanifa était un employé de la compagnie d’électricité d’Afrin pendant la domination du régime Baath – Mohammed Haj Oso du village de Rajih – Hassan Aboud – et Aref Khoja.
 
Les mercenaires ont tué Aref Khoja parce qu’il a été le premier à voler les choses les plus précieuses avant eux.
 
Les routes ne sont pas sûres …
 
D’autres sources ont confirmé que les routes menant aux villes sont dangereuses en raison de la présence des jihadistes armés d’Al-Ghouta installés dans la région, âgés de 16 ans et portant de longs cheveux, attaquant et pillant les passants.
 
Combats entre mercenaires, des avions turcs bombardent un site de mercenaires
 
Des sources ont signalé que des mercenaires se battaient entre eux pour le partage de biens volés, comme c’était le cas à chaque fois. Le 1er mai, des affrontements ont éclaté entre des factions de mercenaires arabes et des factions de mercenaires directement affiliées aux forces de services de renseignement nationales turques (MIT) dans la ville de Badina et au village de Dumilya.
 
Selon des sources, les affrontements ont duré toute une journée sans interruption, faisant des dizaines de mercenaires tués des deux côtés.
 
Il est à noter que les avions turcs ont bombardé le site des factions mercenaires arabes lors des affrontements.
 
D’un autre côté, d’autres sources ont déclaré que l’armée d’occupation turque avait demandé à certaines factions de quitter Afrin, mais elles ont refusé et ont commencé à se battre entre des mercenaires directement liés à la Turquie et les autres factions de mercenaires.
 
La politique de l’armée d’occupation turque qui veut que les mercenaires commettent des délits à Afrin pour ensuite accuser les mercenaires de commettre de crimes à Afrin en espérant que les habitants d’Afrin demanderont à l’armée turque de rester à Afrin et autoriseront ainsi l’annexion d’Afrin à la Turquie.
 
Il est clair qu’il existe des différences entre les factions mercenaires d’Idlib et les factions du soi-disant bouclier de l’Euphrate, où une source a envoyé une vidéo d’une conversation entre lui et un mercenaire nommé Ziada Abu al-Khish.
 
Abu al-Khish dit au cours de la conversation que les factions du bouclier de l’Euphrate proviennent du pillage d’Afrin.
 
Les sources ont appelé les habitants d’Afrin à ne pas y revenir pour le moment jusqu’à la libération, car certains tentent d’améliorer l’image de l’armée d’occupation turque et de ses mercenaires à travers ces manigances.
 
Par ailleurs, les mercenaires ont torturé un vieil homme, connu sous le nom de Sheikh Ibeh du district de Rajo. Après avoir été torturés avec les pires méthodes, ils l’ont libéré et ont arrêté son jeune fils Mohammed il y a une semaine et l’ont emmené dans une destination inconnue.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici