A 105 ans, elle continue à tisser des tapis traditionnels kurdes & arabes

0
1370
ROAJAVA – QAMISHLO – Elle a 105 ans et travaille depuis 80 ans comme artisane (tevin en kurde). Elle déclare trouver dans son artisanat l’authenticité de l’héritage des communautés arabes et kurdes.
Ghazaa Ali Al Mutlaq, âgée d’environ 105 ans, vit au sud du districte de Tirbe Sipi, à Hasso Rattla. Ghazala compte plus de 100 enfants et petits-enfants. Elle a un atelier de tapis tissé à la main qu’elle a hérité de sa mère dans sa jeunesse.
 
Cet artisanat est rare dans la région de Cizirê, car il nécessite un énorme effort physique durant le processus de tissage, en plus de la dépendance de la population envers les produits finis.
 
Avant le début du processus de fabrication de tapis, Ghazala filait la laine et la transformait en fils épais à travers un outil appelé « Dok » ou « che » ou « mabram », en utilisant des outils simples pendant le processus de fabrication (…).
 
Ghazala dit que grâce à son métier, elle a réussi à équiper les maisons de ses enfants avec des tapis et d’autres articles ménagers. Ghazala ne se soucie pas de la valeur matérielle de ses produits autant qu’elle se soucie de leur haute qualité, car elle symbolise l’héritage et l’authenticité du patrimoine arabe et kurde.
 
Ghazala, bien qu’âgée de plus d’un siècle, fabrique d’autres objets tels que des tapis de prière, des cabines de coiffure et des objets décoratifs attachés aux murs des maisons.
 
Ghazala a déclaré qu’elle pratiquait ce métier depuis 80 ans et qu’elle produisait un tapis tous les trois jours et a déclaré que grâce à son travail continu, elle a maintenu sa santé.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici