La Turquie est devenue la plus grande prison pour journalistes

0
785
TURQUIE – Des journalistes se sont exprimés sur le climat de peur étouffant qui a enveloppé le paysage médiatique turc, en prévision d’une journée mondiale d’action pour réclamer la libération de plus de 120 journalistes toujours emprisonnés depuis le coup d’Etat manqué en 2016.
En Turquie, plusieurs journalistes les plus connus et respectés du pays sont actuellement derrière les barreaux du plus grand geôlier de journalistes du monde pour la deuxième année consécutive. En effet, environ un tiers de tous les journalistes emprisonnés dans le monde croupissent dans les prisons turques et le dernier indice de la liberté de la presse publié la semaine dernière a placé la Turquie 157 sur 180 pays coincés entre le Rwanda et le Kazakhstan.
 
Les journalistes de Turquie ont parlé des défis auxquels ils sont confrontés à la suite de la répression et du besoin urgent de solidarité internationale. Certains ont parlé de prison. D’autres, dont le rédacteur en chef du quotidien d’opposition Cumhuriyet, venaient d’être condamnés. Tous sont constamment menacés de détention arbitraire, de poursuites et de condamnation pour rien de plus que de faire leur travail ou d’exprimer des opinions pacifiques.
 
Zehra Doğan, artiste et rédactrice en chef de l’agence de presse féminine, JINHA, fermée en octobre 2016, purge une peine d’emprisonnement de presque 3 ans pour un article et une peinture. Elle a écrit de la prison de Diyarbakır :
 
« Je suis en prison mais je ne suis pas prisonnière. Chaque jour, nous montrons que l’art et le journalisme ne peuvent pas être incarcérés. Nous continuerons notre lutte et nous continuerons à dire que « le journalisme n’est pas un crime » jusqu’à ce que tous les journalistes soient libres ».
 
Çağdaş Kaplan, rédacteur en chef du portail d’information en ligne Gazete Karınca, a déclaré :
 
« Travailler sous la menace constante d’arrestation et de condamnation rend la vie extrêmement difficile mais le journalisme est notre métier. Nous devons l’exécuter. Il y a une vérité clairement visible en Turquie, mais il y a aussi une tentative de la cacher de la société. Quelqu’un doit en parler, et c’est ce que nous essayons de faire. »
 
Hakkı Boltan de la Free Journalists Association, qui a été fermée en novembre 2016, a déclaré:
 
« Pour les journalistes, la Turquie est devenue un donjon: nous étions 400 à la fermeture: 78 d’entre eux sont maintenant en prison, la seule façon de changer cela, c’est que les journalistes du monde entier soient solidaires avec nous ».
 
Murat Sabuncu, rédacteur en chef de Cumhuriyet, condamné à sept ans et demi de prison pour terrorisme, le 25 avril, a déclaré:
 
« J’aime mon pays et j’aime mon métier. Je veux la liberté en Turquie et dans le monde entier, pas pour moi-même, mais pour tous les journalistes emprisonnés et la seule façon d’y parvenir est la solidarité. »
 
L’artiste Ai Weiwei, l’écrivaine Elif Shafak, l’acteur et diffuseur Ross Kemp ainsi que des dizaines de caricaturistes qui ont twitté des dessins animés ont également participé à la campagne.
 
Leurs critiques franches viennent alors que les journalistes et les supporters du monde entier prendront part à une journée mondiale d’action pour la campagne Free Turkey Media. La campagne, menée par Amnesty International avec le soutien du PEN, de Reporters sans frontières (RSF), de l’article 19 du Comité pour la protection des journalistes, de l’Index sur la censure et d’autres organisations.
 
« Avec l’approche des élections, la Turquie a besoin de médias libres plus que jamais. Les journalistes courageux continuent à faire leur travail dans un climat de peur et le monde doit montrer aux autorités turques que nous ne les oublierons pas, ni les dizaines de journalistes qui languissent en prison. »
 
« En Turquie, nous assistons à une tentative de mettre fin à tout journalisme indépendant. La Turquie est devenue le plus grand geôlier de journalistes du monde, certains d’entre eux étant condamnés à la réclusion à perpétuité simplement pour avoir fait leur travail. Dès la semaine prochaine, avec le verdict dans l’affaire Zaman, d’autres pourraient suivre. Le monde ne peut pas permettre que cela se produise », a déclaré Gauri van Gulik, directeur adjoint du programme Europe d’Amnesty International.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici