Le rêve de l’Empire ottoman face au mur du Golfe dans la région arabe

0
998
SYRIE – TABQA – Les tentatives turques pour pénétrer le monde arabe ont récemment heurté l’éveil arabe qui a commencé à émerger en plusieurs étapes menées par l’Arabie saoudite aux côtés de l’Egypte. La présence économique turque dans un certain nombre de régions marocaines a également été critiquée.
Les politiques du président turc Recep Teyyip Erdogan ont provoqué un isolement international, régional et arabe pour le pays qui occupait la patrie arabe depuis près de quatre siècles et continuent de conquérir les pays par diverses méthodes d’invasion de leurs marchés et de promotion des idées ottomanes. La Turquie occupe les écrans arabes afin de promouvoir les politiques d’Erdogan et de montrer une image de la Turquie opposé à la réalité dans le pays qui est en état d’urgence depuis plus d’un an, en plus de mettre les opposants dans les prisons.
 
En plus d’aggraver les divergences entre la Turquie et l’Union européenne sur fond de mauvais bilan de l’Etat turc dans le domaine des droits de l’homme et des menaces persistantes d’Erdogan envers les pays de l’UE et de chantage sur les réfugiés syriens en Turquie, cette dernière est confrontée à une tension sans précédent avec les Etats-Unis en raison des positions différentes des deux pays dans le traitement du dossier syrien.
 
L’intervention de la Turquie en Syrie, son occupation de grandes parties du nord syrien et l’occupation de parties de la ville irakienne de Mossoul ont accru l’isolement turc et de nombreux mouvements arabes menés par des pays comme l’Arabie Saoudite, l’Egypte et les EAU ont commencé à prendre forme avec de vrais pas dans une quête arabe pour sortir la Turquie de la zone arabe.
 
Comme l’Iran, la Turquie a investi les différences inter-arabes pour intervenir dans les affaires de ces pays.
 
Mais les deux dernières années ont été marquées par un froid dans les relations arabo-turques après que l’occupation turque de certaines parties du nord de la Syrie a enlevé le masque des intentions turques pour réoccuper la région arabe et reconstruire l’Empire ottoman.
 
La Turquie a prévu d’entrer dans le nord de la Syrie en coordination avec l’Arabie Saoudite en 2016, mais ces tentatives ont été accueillies par le rejet de la Russie et de l’Iran, l’ennemi de l’Arabie saoudite. Ce qui a poussé les deux pays à abandonner ce projet.
La Turquie a déjà réussi à occuper plusieurs villes dans le nord de la Syrie qui ont irrité l’Arabie saoudite et les pays du Golfe en général.
 
C’est peut-être le début de la crise qui s’est aggravée avec l’alignement de la Turquie sur le Qatar dans son conflit avec les Etats du Golfe et la tentative de la Turquie de se montrer médiateur entre le Qatar et les pays du Golfe. Elle a fait perdre sa crédibilité et les pays du Golfe ont été assurés que la Turquie ne pouvait pas être un intermédiaire honnête, et elle a renforcé sa présence au Qatar, profitant de sa crise économique.
 
Parallèlement aux tentatives politiques turques d’envahir la zone arabe, les marchés des pays arabes étaient remplis de produits turcs, affectant les produits locaux dans les pays qui suscitaient la colère des commerçants locaux.
 
Selon le journal égyptien al-Shorouq, le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman a décrit la Turquie comme faisant partie du triangle maléfique de la zone aux côtés de l’Iran et des groupes islamistes radicaux. Déclaration démentie par l’ambassade saoudienne à Ankara.
 
Les plans arabes visent à sortir la Turquie de la zone arabe, et à y mettre un terme après que les ambitions arabes de la Turquie suite aux ambitionne du président turc Erdogan de reconstruire l’Empire ottoman.
 
Lors du dernier sommet des dirigeants arabes tenu dans la ville de Dhahran, les chaînes satellitaires saoudiennes ont déclaré que les dirigeants arabes ont discuté de l’occupation turque à Afrin pour cristalliser plus clairement les efforts arabes.
 
Les pressions des pays arabes sur la Turquie ne se sont pas limitées à la seule politique; ils se sont plutôt répandus dans le domaine de l’économie. Le gouvernement marocain a augmenté la valeur des taxes sur les importations turques de textiles et de produits de tissu à 90% plus tôt cette année.
 
Les mouvements arabes devraient être un coup supplémentaire à la Turquie qui continue d’intervenir dans les capitales arabes. Il peut être difficile pour la Turquie de trouver des alliés dans la région arabe. La fermeture des marchés arabes serait un autre coup dur pour l’économie turque.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici