Liberté de la presse : La Turquie reste en tête du déclin mondial

0
733

« Plus grande prison du monde pour les professionnels des médias, la Turquie (157e) réussit à perdre encore deux places par rapport à l’an dernier. 2017 a vu se succéder les procès de masse : après plus d’un an de détention provisoire, des dizaines de journalistes ont commencé à être jugés pour complicité présumée avec la tentative de putsch de juillet 2016. Les premières condamnations vont jusqu’à la prison à vie. L’état d’urgence en vigueur depuis près de deux ans a permis aux autorités d’éradiquer ce qui restait de pluralisme, ouvrant un boulevard au président Erdogan pour faire adopter la réforme constitutionnelle qui grave dans le marbre sa mainmise sur le pays. L’Etat de droit n’est plus qu’un souvenir, comme le confirme la non-exécution d’arrêts de la Cour constitutionnelle ordonnant la remise en liberté immédiate de deux journalistes emprisonnés en janvier 2018. »

Reporters sans frontières (RSF) a publié l’Indice mondial de la liberté de la presse 2018 qui reflète l’animosité croissante envers les journalistes, l’hostilité envers les médias, ouvertement encouragée par les dirigeants politiques, et les efforts des régimes autoritaires pour exporter leur vision du journalisme constituent une menace pour les démocraties.

RSF a souligné que  » le climat de haine est de plus en plus visible dans l’indice, qui évalue le niveau de liberté de la presse dans 180 pays chaque année. L’hostilité des dirigeants politiques à l’égard des médias ne se limite plus à des pays autoritaires comme la Turquie (157e) et l’Égypte (161e), où la « phobie des médias » est désormais si prononcée que les journalistes sont régulièrement accusés de terrorisme et tous ceux qui n’offrent pas leur loyauté sont arbitrairement emprisonnés ».

Selon l’indice, les pays de l’ex-Union soviétique et la Turquie continuent d’être à l’avant-garde du déclin mondial de la liberté de la presse. Près des deux tiers des pays de la région se situent à un niveau proche ou inférieur à la 150e position de l’indice. L’indicateur global de la région a chuté presque aussi bas que celui du Moyen-Orient/Afrique du Nord, dernière région du classement par région.

« La liberté de la presse en Russie et en Turquie est tombée à des niveaux sans précédent depuis plus de trois décennies, un déclin d’autant plus inquiétant que ces deux pays exercent une influence sur la région environnante ».

L’indice RSF a donné lieu à l’évaluation et aux faits suivants : « La Turquie (157e), la plus grande prison du monde pour journalistes professionnels, a réussi à perdre deux autres places au cours de l’année écoulée, qui a connu une succession de procès de masse. Après plus d’un an de détention provisoire, des dizaines de journalistes ont commencé à être jugés pour complicité présumée dans la tentative de coup d’Etat de juillet 2016. Les premières peines prononcées comprennent l’emprisonnement à perpétuité. L’état d’urgence en vigueur depuis près de deux ans en Turquie a permis aux autorités d’éradiquer ce qui restait du pluralisme, ouvrant la voie à une réforme constitutionnelle consolidant l’emprise du Président Erdogan sur le pays. L’état de droit n’est plus qu’un souvenir qui s’estompe. Cela a été confirmé par l’inexécution d’un arrêt de la Cour constitutionnelle en janvier 2018 ordonnant la libération immédiate de deux journalistes emprisonnés« .

source

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici