Le rapport d’étape de l’Union européenne sur la Turquie : « la montagne a accouché d’une souris »

0
702
ANKARA – Ertuğrul Kürkçü, député du parti politique HDP, a déclaré que « le rapport d’étape de l’Union européenne sur la Turquie pouvait se résumer ainsi : « la montagne a donné naissance à une souris ».
 
Ce rapport, a déclaré Kürkçü, n’est pas plus difficile que les précédents et a poursuivi : « En effet, il semblerait que le rapport soit peut-être écrit par l’UE et la Commission européenne, mais en fait il révèle les caractéristiques de la présidence turque et du gouvernement de la Turquie ». L’UE adopte une attitude douce envers la Turquie, malgré toutes les violations avérées des droits de l’homme. Une attitude douce justifiée par les nombreux accords avec la Turquie, que l’UE n’est pas prête à abandonner, à partir de l’accord sur les migrants« .
 
En analysant un peu plus en détail le nouveau rapport, nous pouvons voir les critères politiques que l’UE a mis sur la table.
 
Reconnaissant que « l’état d’urgence déclaré à la suite de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016 reste en vigueur« , l’UE a déclaré « immédiatement et fermement condamné la tentative de coup d’Etat, a réitéré son soutien total aux institutions démocratiques du pays et a reconnu légitime nécessité de prendre des mesures rapides et proportionnées face à une menace aussi grave. Cependant, l’ampleur et la nature collective, et la disproportionnalité des mesures prises depuis la tentative de coup d’Etat sous l’état d’urgence, telles que les licenciements, les arrestations et les détentions généralisés, continuent de susciter de graves inquiétudes. La Turquie devrait lever l’état d’urgence sans délai« .
 
Utilisant la politique de double discours de l’UE tout en reconnaissant que « la situation dans le sud-est continue d’être l’un des défis les plus aigus pour le pays« , il a ajouté que « l’engagement du gouvernement à poursuivre les opérations de sécurité, les actes de violence perpétrés par la guérilla kurde, qui figure sur la liste de l’UE des personnes, groupes et entités impliqués dans des actes de terrorisme, sont restés un élément déterminant de la situation dans la région. Si le gouvernement a le droit légitime de lutter contre le terrorisme, il est également chargé d’assurer le respect des droits de l’homme, de l’état de droit, des libertés fondamentales et de l’usage proportionné de la force« .
 
Depuis l’instauration de l’état d’urgence, plus de 150 000 personnes ont été placées en détention, 78 000 ont été arrêtées et plus de 110 000 fonctionnaires ont été licenciés.
 
En ce qui concerne les garanties et le respect des droits de l’homme et des droits fondamentaux, le rapport de l’UE indique que «le cadre juridique turc comprend des garanties générales de respect des droits de l’homme et des droits fondamentaux. La grave rechute sur la liberté d’expression s’est poursuivie, un domaine où la Turquie est à un stade précoce de préparation. La portée des mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence a été étendue au fil du temps à de nombreuses voix critiques, notamment dans les médias et les milieux universitaires, en contradiction avec le principe de proportionnalité. Les affaires pénales contre des journalistes – plus de 150 d’entre eux restent détenus – les défenseurs des droits de l’homme, les écrivains ou les utilisateurs des médias sociaux, le retrait des cartes de presse, ainsi que la fermeture de nombreux médias ou la nomination par le gouvernement d’administrateurs pour les administrer, sont très préoccupants et reposent essentiellement sur l’application sélective et arbitraire de la loi, en particulier les dispositions relatives à la sécurité nationale et à la lutte contre le « terrorisme« .
(…)
Le rapport souligne que « la Turquie a bien progressé dans le domaine de la politique migratoire et d’asile et reste attachée à la mise en œuvre de la déclaration UE-Turquie de mars 2016, une gestion efficace des flux migratoires le long de la route de la Méditerranée orientale. En ce qui concerne la mise en œuvre de la feuille de route pour la libéralisation des visas, la Turquie a présenté à la Commission européenne, début février, un plan de travail décrivant comment la Turquie prévoit de respecter les sept critères de libéralisation des visas en suspens« .
 
Ertuğrul Kürkçü a souligné que la Turquie ne remplissait pas ses obligations non seulement vis-à-vis de l’Union européenne mais aussi vis-à-vis de l’ONU et a énuméré les droits qui ont été suspendus avec la déclaration de l’état d’urgence. Mercredi.
 
Parmi les droits suspendus à la liberté d’expression, la liberté de réunion, la liberté d’association, les droits politiques, etc.
 
Le député Kürkçü a noté qu’un tel pays qui contourne les droits fondamentaux devrait en effet être la honte de l’UE. Au contraire, l’UE fait preuve de patience et de volonté de continuer à excuser la Turquie pour toutes sortes d’abus.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici