Un député suisse appelle au boycott du tourisme en Turquie

0
1136

SUISSE, GENÈVE – Le député du Parti socialiste suisse, Carlo Sommaruga, a déclaré: « Le moyen le plus efficace d’empêcher l’injustice du régime d’Erdoğan est l’économie » et a appelé les peuples de la Suisse et de l’Europe à boycotter le tourisme turc.

Carlo Sommaruga, député du Parti socialiste suisse et membre de la Commission des relations extérieures, a appelé les peuples de Suisse et d’Europe à boycotter le tourisme turc : « La manière la plus efficace d’arrêter le régime illimité, injuste et sans loi, c’est par l’économie. Le régime Erdoğan prétend avoir accédé au pouvoir par des moyens démocratiques, mais il n’agit pas de manière démocratique depuis longtemps. Le pays est aujourd’hui dans une situation économique difficile en raison des pratiques antidémocratiques mises en avant par Erdoğan. Une économie faible affaiblirait le régime« .


Le tourisme, pilier de l’Etat turc

Sommaruga a poursuivi : « L’un des piliers les plus importants de l’économie d’un Etat est le tourisme. En ce sens, en tant que peuple suisse et européen, nous ne devrions pas nous rendre en Turquie en vacances et soutenir le renforcement du régime Erdoğan. Si le tourisme turc est boycotté, nous pouvons empêcher les pratiques du régime Erdoğan. Les peuples d’Europe et de Suisse ne doivent pas seulement boycotter le tourisme, mais agir contre le régime Erdoğan« .

« La Turquie peut sembler être un endroit bon marché et approprié pour des vacances, mais d’autres pays comme la Grèce et la Tunisie qui ont besoin d’un soutien économique pourraient aussi être choisis comme lieu de vacances ».

Soutenir le tourisme turc, c’est soutenir la guerre

« Nous ne devons pas oublier que même le moindre soutien à l’économie turque renforcera d’autant plus le régime Erdoğan. Cet état que vous renforcerez avec votre soutien économique n’opprime pas seulement les politiciens, les journalistes, les universitaires, c’est-à-dire l’ensemble de l’opposition, dans le pays, mais mène également une grande guerre contre le peuple kurde dans son ensemble à travers les frontières, en alliance avec les jihadistes. Prendre des vacances en Turquie, c’est soutenir la politique de la guerre« .

Source

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici