« La Turquie ne veut pas de traces de Kurdes à Afrin »

0
714
ROJAVA – Dans sa tentative de turquifier tout ce qui rappelle les Kurdes à Afrin, la Turquie a même changé le nom de l’hôpital Avrin (en kurde « Avrin Nexweşxaneya ») en turc.
 
L’ancien médecin de l’hôpital d’Afrin, Ebu Mihemed, a déclaré à l’agence de presse mésopotamienne : « Les signes kurdes à l’hôpital ont été supprimés et remplacés par des signes turcs, ils ne tolèrent même pas les noms kurdes, ils veulent effacer toute trace de kurde d’Afrin sous l’occupation« .
 
La Turquie et son alliée « l’Armée syrienne libre » (ASL) poursuivent leurs attaques contre les villages, les districts et les villes du canton d’Afrin. Au moins 300 villages et villes ont été brûlés et détruits. Les attaques contre tout ce qui est kurde se poursuivent.
 
Après la destruction de la statue du forgeront Kawa à Afrin, après les tueries, les viols, les tortures, les pillages, c’est maintenant au tour des signes kurdes de l’hôpital Avrîn.
 
Ebu Mihemed, l’un des médecins qui travaillaient à l’hôpital, a déclaré: « Ils veulent changer la démographie de la région en détruisant toute trace de kurde« .
 
Mihemed, qui était gynécologue à l’hôpital Avrin depuis six ans, a déclaré qu’il devait soigner des dizaines de blessés lors des attaques contre Afrin. Mihemed, lui-même d’Afrin, a déclaré qu’il est resté dans la ville jusqu’à l’évacuation.
 
Mihemed se rappelait avec angoisse les blessés. Chaque jour, des douzaines de femmes et d’enfants ont été emmenés à l’hôpital pour être soignés. « La Turquie et ses alliés islamistes visaient des civils, bien qu’ils aient dit le contraire. En fait, ils ont ciblé les Kurdes« , a déclaré Mihemed.
 
Le docteur a également souligné le silence assourdissant du monde. « Quelque chose qui nous frappe beaucoup – parce que ce massacre s’est produit sous les yeux du monde, mais personne n’a rien dit« , a-t-il déclaré.
 
Mihemed a déclaré qu’ils reçoivent des nouvelles d’Afrin. Ce sont des histoires d’horreur, a déclaré le docteur : « Les gens disparaissent, les femmes sont violées, les biens des gens sont confisqués, les gens sont torturés, le monde doit voir ce qu’ils font aux Kurdes à Afrin. La presse doit se rendre à Afrin et rendre compte, des délégations doivent être formées et visiter la ville pour dire la vérité sur la répression dont souffrent les Kurdes. »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici