Zehra Doğan : « Continuez à écrire sur l’actualité, sans crainte »

0
756

TURQUIE – DIYARKABIR – Les administrateurs de l’Union des journalistes turcs (TJU) rendent régulièrement visite aux journalistes emprisonnés. L’UJT a rendu visite à Zehra Doğan, journaliste kurde emprisonnée dans la prison de type E de Diyarbakır.

L’artiste et journaliste Zehra Doğan a déclaré qu’elle restera en prison encore 11 mois et a ajouté que les conditions de détention s’étaient encore détériorées après l’état d’urgence.

Doğan a déclaré qu’il y avait 15 femmes dans son quartier : « Nous avons chanté une chanson en kurde. L’administration l’a considérée comme un slogan et a décrété des interdictions de communication pour nous toutes. C’est pourquoi je n’ai pas reçu de lettres depuis deux mois. »

Mes fournitures me sont refusées alors je peins avec d’autres moyens

Zehra Doğan a dit que l’administration ne lui donne pas les peintures, papiers, pinceaux et autres fournitures qui lui ont été envoyés pour qu’elle puisse peindre : « Quand les fournitures ne sont pas livrées, j’essaie de peindre en utilisant d’autres méthodes. Quand je n’ai pas de papier, j’utilise des journaux. J’utilise de la laitue rouge pour le violet, et parfois du sang pour le rouge. Pour le vert, j’écrase le persil ou d’autres herbes. L’administration pénitentiaire dit que les peintures sont dangereuses. Comment le fait d’écraser des herbes peut-il être dangereux ? Ils ont pris une vingtaine de peintures que j’ai faites sur des journaux, des serviettes de table et des cartons de lait et m’ont dit qu’ils les avaient détruites. Pourquoi ? S’il y a de la contrebande, ils devraient les entreposer et me les rendre lorsque je serai libérée. Ensuite, ils n’autorisent aucun livre car il pourrait y avoir des communications codées. C’est un énorme problème« .

Je comprends la valeur du vrai journalisme

Zehra Doğan a dit qu’il est impossible de lire les journaux Cumhuriyet et Evrensel en prison, mais parfois elles reçoivent aussi d’autres journaux. Elle a exhorté ses collègues de l’extérieur à continuer de donner des informations sans crainte et a envoyé le message suivant :

« On comprend mieux la valeur du journalisme en prison. On voit mieux de la prison que les vrais journalistes font un travail vraiment difficile. Parce que nous pouvons voir que les autres articles ne donnent pas les actualités. Nous pensons que les personnes qui écrivent les vraies actualités pourraient être arrêtées ou tuées. Pour nous, les prisonnières, c’est comme un rituel de lire de vrais articles d’actualité. Lorsque des journaux comme Cumhuriyet, Evrensel et Özgürlükçü Demokrasi, où nous pouvons lire les vraies nouvelles, arrivent, nous les lisons à voix haute tous les jours à tour de rôle. Quand les articles sont lus, tout le monde reste silencieux et écoute. C’est pourquoi les vrais journalistes et les vraies informations sont si importants. »

Article d’origine : https://anfenglishmobile.com/freedom-of-the-press/zehra-dogan-continue-to-write-the-news-without-fear-26197

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici