80 cas de troubles psychologiques & neurologiques parmi les réfugiés d’Afrin

0
539

ROJAVA, SHEHBA- Environ 80 personnes réfugiées dans les villages du canton de Shehba montrent des troubles psychologiques et neurologiques [graves], a déclaré le Dr Mohammed Issa, confirmant l’augmentation des maladies mentales comme le résultat des explosions et des bombardements.

En raison du ciblage par l’armée d’invasion turque et ses mercenaires de l’hôpital d’Avrin, le personnel médical n’a pas pu sauver l’équipement médical de l’hôpital ni les médicaments. Maintenant le personnel médical travaille toujours pour le traitement des patients à travers les points médicaux nouvellement ouverts dans les villages et les camps du canton de Shehba.

Un certain nombre de réfugiés d’Afrin souffrent des maladies neurologiques, psychiatriques, l’hyperthyroïdie, les convulsions et les troubles de la mémoire.

Le personnel médical a indiqué que les crises psychologiques et neurologiques ont été exacerbées ces derniers temps par l’épuisement psychologique et les traumatismes à la suite des bruits des bombardements, des attaques et des explosions. Les civils ont été exposés à ces attaques au moment de l’agression turque contre le canton, ce qui a entraîné le mauvais état physique et psychologique des anciens patients de l’hôpital et, de plus, une grande partie a souffert du déplacement.

Selon les statistiques, il y a 80 cas de patients psychiatriques, de tout âge, diagnostiqués par la Croissant Rouge Kurde, ayant besoin d’analyses et de médicaments en plus des radiographies non disponibles à Shehba.

L’agence de presse Hawar (ANHA) a suivi quelques cas de patients dans le camp de Berxwedan situé dans le district de Fafin appartenant au canton de Shehba.

Dilishan Mohammed du village de Shitko du district de Mobata déclaré « Je souffre d’une crise psychologique et en raison de mon mauvais état, j’ai une thyroïde grave, et maintenant j’ai besoin d’examens médicaux« .

Mohammed Ahmed Hassan, 16 ans, originaire du village de Kamrouk, souffre d’une faiblesse des nerfs de la main gauche et d’une mauvaise mémoire due à un traumatisme psychologique suite au bombardement. « J’ai besoin d’une thérapie physique et d’une tomographie centrale et axiale du cerveau. Mon état s’aggravera si je ne suis pas soigné« .

Evelyn Horo, une fillette de 5 ans du canton d’Afrin, souffre de convulsions et se trouve dans une situation difficile en raison de l’incapacité de sa famille à fournir des médicaments. Selon le diagnostic, « sa santé se détériorera dans les jours à venir », a déclaré le Dr Muhamad Issa.

Mohammed Rizan Rashid, un enfant, souffre d’une hémorragie cérébrale. Ils ont besoin d’un moniteur pour surveiller sont état et ne peut pas recevoir de traitement.

Une adolescente, Habiba Ali Alo, 13 ans, du village de Dekha, souffre de troubles psychologiques et a des comportements anormaux : « Habiba ne dort pas la nuit et croit que tout le monde autour d’elle la déteste, que l’atmosphère dans laquelle elle vit peut la conduire à être dans un état de guerre et à la schizophrénie« .

Le Dr Mohammed Issa a enfin déclaré que le canton d’al-Shahba souffre d’une grave pénurie de médicaments : « La première raison de la détérioration de la situation des patients est leur traumatisme lié aux agressions, explosions et bombardements de l’aviation turque ; la deuxième raison est l’incapacité des organisations internationales et des associations humanitaires à fournir au canton de Shehba des médicaments difficiles à obtenir. »

Il convient de noter qu’en raison du manque de médicaments et de dispositifs médicaux, deux enfants et un adulte d’Afrin ont perdu la vie à Shehba.

Article d’origine : http://www.hawarnews.com/en/haber/80-psychological-neurological-cases-of-afrin-people-caused-by-shelling-h840.html

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici