La famille d’une membre des YPJ tombée martye à Afrin : « Sa tête était toujours haute »

0
803
TURQUIE / BAKUR – ŞIRNAK – La famille de Rehşan Ürper, membre des YPJ qui est tombée martyre durant la résistance d’Afrin appelle encore leur fille « Kurdistan » et déclare que « sa tête était toujours haute ».
 

Membre des YPJ, Ürper est née dans le village d’Özerli (Çeman) du district d’Uludere et a appris à connaître l’oppression dont elle était victime dans sa jeunesse. Sa famille a fait appel à deux reprises auprès du Registre Civil de la Turquie pour l’appeler « Kurdistan« , mais leur demande a été rejetée, alors la petite fille a été nommée Rehşan.
 
Ürper a toujours été appelée « Kurdistan« 
 
Le père Hadi a été contraint de travailler comme garde du village pendant trois ans, et Ürper a rejoint le mouvement de libération kurde le 10 mai 2015, alors qu’elle était en première année au département de comptabilité de l’université de Şırnak. Ürper a pris pour exemple les femmes qui ont mené la libération de Kobanê et s’est tournée vers Afrin, où elle a perdu la vie le 15 mars. La famille d’Ürper a parlé de la lutte que leur fille (qu’ils appellent encore Kurdistan) a menée.
 
Mère Ürper : Elle avait la tête haute partout où elle allait
 
La mère Şarkiye Ürper est émue lorsqu’elle parle de la lutte de sa fille : « A la maison et à l’école, elle était toujours dévouée à son travail. » Şarkiye Ürper a déclaré que sa fille travaillait de différentes manières : « Sa tête était toujours haute partout où elle allait. Quand Rewşan est née, nous voulions la nommer « Kurdistan », mais le registre civil n’approuvait pas ce nom. Nous sommes donc retournés une autre fois. Mais il a été rejeté à nouveau. »
 
« Nous avons appris plus tard qu’elle avait rejoint la résistance »
 
Ürper a aussi parlé de l’enfance de sa fille : « Ma fille m’aidait pour tout. Quand je lui ai montré comment faire le signe de la victoire, elle avait commencé à le faire instantanément. Quand nous disions que nous devions rester à la maison avec nos enfants et vivre nos vies, elle nous a parlé des gens de Kobanê et de ce qu’ils ont enduré durant les attaques et nous a grondés. » Behican Ürper a dit que sa soeur avait partagé son bonheur quand elle était accepté à l’université avec elle et a déclaré : « Rewşan n’a pas partagé avec la famille qu’elle avait rejoint la résistance. Nous avons appris plus tard qu’elle avait quitté l’école et s’était jointe à elle. »
 
« Ma fille était née alors que je quittais le gardien du village »
 
Le père Hadi Ürper a déclaré avoir subi de fortes pressions lorsqu’il vivait dans le village dans les années 90 et qu’il avait été contraint de travailler comme gardien de village pendant trois ans: «À l’époque, personne n’était autorisé à aller sur les hauts plateaux. ou prendre leurs animaux au pâturage. L’état a rassemblé tous les hommes dans le village et les a forcés à devenir des gardes de village. Nous devions donc devenir des gardes de village pour éviter d’endommager nos familles, nos maisons et nos vergers. Ma fille est née en quittant la garde du village. Nous l’avons appelée Kurdistan mais l’état n’a pas accepté ce nom.
 
« Elle ne faisait jamais quelque chose qui n’était pas juste »
 
« Ma fille Kurdistan ne ferait jamais quelque chose qui n’était pas juste et correct. Elle ne s’égarerait jamais sur un mauvais chemin », a déclaré le Père Ürper, ajoutant : « Là où nous vivons est un endroit difficile. Pour cela, les personnes âgées ont beaucoup de problèmes. Ma fille portait parfois les femmes âgées sur son dos pour pouvoir rentrer à la maison. Elle ne ferait jamais rien qui ne soit juste et honnête. À la maison, à l’école et dans la vie sociale, elle s’est toujours liée d’amitié avec les bonnes personnes et elle était toujours connue pour son caractère exemplaire. »
source : https://anfenglish.com/women/family-of-ypj-martyr-in-afrin-her-head-was-always-held-high-26141

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici