Anna Campbell, combattante de la liberté

0
504
Anna Campbell, alias Helin Qereçox, était une combattante britannique des unités de protection des femmes (YPJ) en Syrie. Elle a été la première femme britannique à mourir en combattant pour les forces kurdes face à l’armée turque à Afrin en mars 2018.
Anna Campbell a décidé d’aller au Rojava pour rejoindre les unités de défense des femmes (YPJ) dans la lutte contre l’État islamique en mai 2017. Originaire de Lewes, dans East Sussex (Royaume-Uni), elle était plombier de profession, mais elle a eu des emplois précaires comme la plupart des jeunes en Europe.
 

Anna était une combattante de la liberté, c’était sa vraie vocation. Elle a participé à de nombreuses luttes et mouvements politiques. Anna s’est identifiée à des mouvements anti-autoritaires. Beaucoup la décrivent comme une anarchiste, féministe, queer et antispéciste. Anna faisait partie du « Empty Cages Collective », un groupe anarchiste qui se bat pour l’abolition des prisons et contre l’emprisonnement comme modèle économique. Elle a participé activement à de nombreuses campagnes anti-prison telles que l’Action communautaire sur l’expansion des prisons, Smash IPP et Bristol ABC (Anarchist Black Cross). Anna croyait en l’abolition des prisons dans le cadre d’un problème plus vaste qui est le système d’oppression dans lequel nous vivons.
 
En outre, Anna a également participé activement à la lutte contre la chasse au renard, une pratique sanglante mais courante au Royaume-Uni. Anna a essayé d’être aussi cohérente que possible avec ses idées anti-espèces, en essayant de ne blesser ou tuer aucun animal. Elle a cherché la liberté de tous les êtres vivants sur cette planète à partir d’une vision non-androcentrique. Anna a également participé au syndicat IWW (Travailleurs Industriels du Monde), étant un « organisateur clé » selon les termes mêmes de l’organisation.
 
Anna est arrivée au Rojava juste au moment où la Turquie, avec la complicité des Etats-Unis, a lancé une attaque sur la base de l’YPG / YPJ sur la montagne de Qereçox. Les membres clés des milices d’autodéfense ont perdu la vie lors du bombardement de l’aviation turque. Pour cette raison, on a offert à Anna le nom de « Hêlîn« , en l’honneur d’une des compagnons qui sont tombés dans l’attaque turque. Hêlîn signifie « nid » en kurde. Plus tard, elle décida de choisir le nom de famille Qereçox, le même que celui utilisé par tous les combattants internationalistes de YPG qui avaient traversé la frontière avec elle à cette époque.
 
Anna est venue avec l’intention de rejoindre les unités de défense des femmes (YPJ) et de se battre contre l’État islamique. Elle a toujours été très claire sur ses objectifs et n’a jamais abandonné malgré les nombreuses difficultés et contradictions qu’une femme internationaliste a au sein des  YPJ. Anna avait une personnalité ouverte et positive ; une grande facilité à établir des relations d’amitié et de confiance avec tous les gens avec qui elle était. Tous ceux qui l’ont connue peuvent affirmer que sa passion pour la vie, son enthousiasme, étaient contagieux. Dès le début, elle s’est intéressée aux idées d’Abdullah Öcalan et a lu plusieurs de ses livres. Au cours de la perwerde (éducation) a toujours essayé d’écouter et de participer, cherchant à ouvrir la curiosité intellectuelle et politique aux compagnons avec qui elle partageait l’éducation de Shervana Nû (Nouveaux Combattants). Elle a fait un énorme effort pour apprendre la langue kurde. Tous les gens qui la connaissaient ont été surpris par la rapidité avec laquelle elle a appris la langue.
 
Après plusieurs mois de perwerde, elle fut finalement assignée au front de Deir ez-Zor. Elle s’est battue sur le front avec volonté et ténacité. Sans crainte. Malgré les longues heures d’attente, elle n’a jamais été battue par la paresse et faisait du sport tous les jours, lisait et cherchait des discussions et des réflexions avec ses camarades de classe. La volonté forte de Hêlîn était l’une de ses grandes vertus. Elle a toujours cherché à s’améliorer, à apprendre, à lutter contre la partie de sa personnalité influencée par la modernité capitaliste.
 
Hêlîn était fière de faire partie des YPJ, une milice féminine qui lutte pour la liberté de toutes les femmes du monde. Elle a cru en ce principe. Et précisément à cause de cela, quand l’invasion d’Afrin a commencé, elle a insisté sans relâche pour participer à la défense du canton. Elle n’a pas fait la différence entre le fascisme de l’État islamique et le fascisme du gouvernement Erdogan. Elle savait que c’était la même mentalité patriarcale, état-nationaliste et capitaliste qui conduisait les deux forces dans la destruction du projet de la Fédération Syrienne du Nord.
 
Hêlîn connaissait les risques de se battre avec le YPJ contre le fascisme au Moyen-Orient et les assumait avec la conviction que ce qu’elle faisait était la bonne chose à faire. Pour cette raison, tous les commentaires de personnes opiniâtres dans les réseaux sociaux et les talk-shows médiatiques qui ont déclaré sa mort comme « futile » ou sa personnalité comme « naïve » sont dégradants. Regrettable est la mentalité patriarcale paternaliste des journalistes et des hommes dans les réseaux sociaux, qui déclarent ouvertement que le gouvernement britannique devrait prendre plus soin que ses jeunes citoyens ne rejoignent pas les milices révolutionnaires. Ces hommes disent essentiellement que les jeunes Européennes blanches sont des êtres qui ne peuvent pas prendre de décisions responsables et qui ont besoin d’une autorité patriarcale (que ce soit un père, un petit ami ou un État), chargé de les protéger des actions dangereuses et inconscientes.
 
Il est honteux de voir comment ces commentaires n’ont jamais été exprimés par rapport à l’un des sept autres martyrs britanniques ou autres martyrs internationalistes masculins des YPG. Ces commentaires reflètent que, bien que beaucoup de gens disent que l’égalité entre les femmes et les hommes est un fait en Europe, le système continue de penser que les femmes devraient être sous la tutelle d’une autorité paternaliste.
 
Ce que les médias ne mentionnent pas, c’est l’implication de l’État britannique dans l’invasion du canton d’Afrin par l’État turc et les milices djihadistes. Il est situé précisément à Bristol, la ville où vivait Hêlîn, l’un des centres où les armes avec lesquelles l’armée turque a fini sa vie sont développées et fabriquées, ainsi que la vie de centaines d’autres combattants et civils. Ce que les médias ne mentionnent pas c’est que le gouvernement britannique, avec son silence complice lors du massacre d’Afrin, encouragé par les retombées économiques et géopolitiques, maintient intact le système de conquête, d’exploitation et de misère du Moyen-Orient, contre lequel Hêlîn combattait et le même qui a fini sa vie.
 
Hêlîn est tombé martyre le 15 mars 2018 à la défense de la ville d’Afrin. Elle a donné sa vie dans la lutte pour la liberté. On a beaucoup spéculé sur les circonstances de sa mort, mais un témoin oculaire a confirmé qu’elle est morte lorsque la position qu’elle défendait a été bombardée par l’artillerie turque.
 
Hêlîn est mort pour une révolution qui lutte contre l’État-nation, le capitalisme et le patriarcat. Le 17 mars, juste deux jours après Hêlîn, hevala Lêgerîn Çiya, une compagne révolutionnaire argentine et participante au Mouvement des Femmes Libres du Kurdistan, est tombée martyr dans la ville de Haseke.
 
La vie de tous les deux est un exemple pour tous les révolutionnaires du monde, ainsi que pour tous les internationalistes et spécialement pour toutes les femmes. Les deux sont devenus immortels et sont devenus un symbole pour tous les internationalistes. Leurs morts ont renforcé la solidarité autour du monde. Les multiples messages à la mémoire de Heval Lêgerîn et Heval Hêlîn sont toujours dans le même sens : « Pour honorer sa mémoire, nous devons continuer à nous battre plus fort, plus tenace, sans peur ».
 
Son chemin de la recherche de la liberté pour tous les peuples sera pour beaucoup un guide dans la lutte contre le système d’exploitation et de domination qui nous condamne tous, sans exception, à une vie de misère.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici