Accueil Kurdistan Bakur Şırnak : De la ville au village

Şırnak : De la ville au village

0
883

TURQUIE / BAKUR – SIRNAK – Le village de Cifane (Cevizdüzü) de la province kurde de Şirnex (Şirnak) a été dépeuplé par l’armée turque dans les années 1990. Certaines familles y sont retournées.

Cifane est l’un des milliers de villages du nord du Kurdistan que l’armée turque a incendiés dans les années 1990. La population a dû fuir. Certaines familles sont revenues des années plus tard au village et ont reconstruit leurs maisons. Selon eux, la vie au village est meilleure que dans la ville, malgré toutes les difficultés. Les familles d’éleveurs racontent leur vie dans le village au bord des montagnes du Cûdî, où il n’y a pas d’électricité.

Emine Bilik et sa famille ont dû fuir à Cizîr (Cizre) lorsque le village a été dépeuplé. Elle est retournée dans son village il y a 11 ans. La vie qu’elle trouve « belle et tranquille » au village. Dans la ville c’était très difficile, alors ils sont revenus.« Ici, nous sommes mieux, notre seul problème est qu’il n’y a pas d’électricité, tous nos revenus proviennent du bétail, nous avons aussi des figuiers et un jardin, nous pouvons nous accommoder de ce que nous plantons, la ville manquait de tout. Tout sauf l’électricité. »

Sadika Sanir est revenue de la capitale provinciale Şirnex au village. Elle note également que la vie en ville est trop chère. « Les gens vivent dans le village », dit-elle. « Dans la ville, il faut acheter du yaourt, du lait et des œufs, mais ici nous produisons tout nous-mêmes: les gens sont solidaires les uns des autres et se traitent avec respect, nous nous levons tôt le matin et prenons soin de nos animaux. faire du yaourt, du fromage ou tout ce dont nous avons besoin. »

Bien que le manque d’électricité soit un gros problème, elle ne quittera plus le village, dit au revoir Sadika Sanir.

Nous rencontrons Gule Kalin qui fait cuire du pain avec sa fille. Elle parle du dur travail que les femmes doivent faire dans le village. « La vie dans un village est aussi belle que difficile, nous prenons soin de nos animaux et des champs, nous sommes ici depuis 15 ans et, en plus de ce village, il n’y a pas d’endroit où aller. »

source : https://anfenglish.com/kurdistan/Sirnak-from-the-city-back-to-the-village-26132

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici