Paolo Pachino des YPG : L’ennemi est derrière la porte

0
605
La contributions audio de Paolo Pachino, combattant des YPG qui est récemment retourné pour défendre la révolution du Rojava, parvenue à la soirée de bénéfice tenue le 6 avril dernier au Club Anarchiste Bonometti de Brescia.
 
Le point sur la résistance à Afrin, la situation au Kurdistan syrien, le prochain objectif de la Turquie et la mobilisation conséquente des unités YPG et YPJ, le rôle de l’Etat italien et la complicité du multinationales Leonardo avec le régime oppressif d’Erdogan qui y mène un nettoyage ethnique. Ce sont quelques-uns des sujets abordés par Paolo.
 

« Bonjour à tous et à tous mes amis et compagnons, je m’appelle Paolo Pachino et je suis au Rojava pour la deuxième fois depuis un an et demi.
 
En un an et demi, beaucoup de choses ont certainement changé, surtout dans le domaine militaire.
Si au départ, l’ennemi était Daech, maintenant il a seulement changé de nom et le revers de la médaille a été présenté, c’est la Turquie qui soutient les groupes djihadistes.
 
Comme tout le monde le sait, l’opération contre le canton d’Afrin a débuté le 20 janvier.
 
La Turquie a occupé le canton d’Afrin, mais malgré l’occupation militaire, la résistance des camarades et des compagnons continue.
Les techniques de la guerre des YPG ont changé: il n’y a plus un affrontement direct dans le canton de Afrin, mais une guerre de guérilla, pour essayer de créer la panique et le chaos chez l’ennemi jusqu’à ce qu’il disparaisse.
 
Parmi les groupes de défense de l’invasion turque, ainsi que YPG et YPJ, il y a aussi le Bataillon internationale de la liberté (présent à Afrin et Kurdistan syrien), des groupes internationalistes dans lesquels il y a des formations des partis marxistes et léninistes turcs, et de nombreuses formations de compagnons anarchistes.
 
Il faut dire aussi que cette guerre menée dans le canton de Afrin est non seulement de l’oeuvre de la Turquie et les groupes djihadistes, mais aussi de l’Italie avec Leonardo, qui fabrique et assemble des hélices des hélicoptères qui bombardent chaque jour leurs camarades, armés de la technologie fournie par Microtecnica : usine située dans le centre de Turin et produisant les puces des systèmes d’exploitation.
L’Italie est donc complice et auteur de ce massacre qui se déroule dans le canton d’Afrin.
 
La guerre qui a éclaté à Afrin est l’une des raisons qui m’ont fait revenir, mais cela faisait déjà plusieurs mois que j’y pensais, malheureusement ce n’était pas possible à cause de l’embargo qui avait été imposé au Kurdistan irakien.
 
De nombreux groupes résistent encore et se battent dans le canton d’Afrin en pratiquant des pratiques de guérilla.
Maintenant, ils se préparent à une éventuelle attaque de la Turquie dans la ville de Manbij qui se trouve au-delà de l’Euphrate.
 
La possibilité d’une attaque qui est apparue il y a quelques jours après la rencontre entre l’Iran, la Russie et la Turquie, au cours de laquelle le feu vert a été donné à Erdogan pour attaquer Manbij et tout le Rojava.
 
Ainsi, les camarades sont prêts à résister jusqu’à la fin contre l’armée turque, essayant de ne pas laisser un pouce aux envahisseurs jadistes dirigés par Erdogan.
 
Les camarades défendront jusqu’à la fin de cette révolution qui dure depuis 7 ans et est basée sur les idées du leader kurde, influencés par le communautarisme libertaire de Bookchin.
 
Une révolution dont le principe de base est que la libération des femmes, la lutte contre le sexisme, l’ écologie, l’ égalité entre les peuples que les compañeras et compañeros se défendre contre les envahisseurs qui veulent conquérir ces territoires.
En fait, l’un des principes fondamentaux de cette révolution, même dans les YPG, n’est pas d’attaquer, mais de se défendre, c’est celui de la légitime défense.
 
En plus de la guerre et de la résistance qui se déroulent ici au Rojava, il y a la société civile, qui malgré tout, les problèmes que l’embargo imposé par le Kurdistan irakien et la Turquie tentent de s’auto-organiser et d’autogérer.
 
Comme beaucoup de gens le savent, la société civile est organisée dans de petites municipalités qui constituent l’épine dorsale de la révolution du Rojava.
 
Chaque municipalité a ses propres co-présidents qui sont toujours un homme et une femme.
 
Chaque municipalité a ses propres commissions internes (agriculture, éducation, médecine, alimentation, etc.) qui essaient d’organiser les besoins des familles.
 
Dans chaque canton, il peut y avoir de 2 à 100 municipalités dont chacune gère elle-même ses besoins. La subdivision des biens au Rojava ne se fait pas au même pourcentage, mais divisée selon les besoins de chaque famille.
 
Une famille de 10 membres obtient ce dont elle a besoin en fonction du nombre de ses membres, ainsi que d’une famille de 4 membres fournissant de la nourriture basée sur les besoins de 4 personnes.
 
Puis il y a la réalité des coopératives, née un peu lentement à cause de la fermeture des frontières: dans tout le Rojava, il y en a deux d’agricole et plus de deux des savons qui produisent pour toute la population.
 
Pour ceux qui y travaillent, les besoins sont répartis selon ce qui est nécessaire pour les membres de la famille et le surplus est retourné à la coopérative elle-même pour tenter de l’agrandir, afin que davantage de personnes puissent y travailler.
Ici , dans le discours est Kurdistan syrien du communautarisme et tout est beaucoup plus facile, il y a une entreprise qui se développe sur l’ agriculture et le pastoralisme avec de petits villages qui ont toujours été autogérées et auto-organisée où l’État n’a jamais eu une grande influence, si les camarades de classe et les compagnons ont trouvé un travail plus facile à faire.
Dans les villes, c’est un peu plus difficile, surtout dans les villes nouvellement libérées, où les compagnons de la population civiles créent des conseils opérationnels pour comprendre comment procéder au travail d’organisation.
Nous, les YPG, l’aile armée de cette société civile, n’interagissons pas à l’interne, même pour une question de sécurité.
 
Les YPG et les YPJ sont très rarement dans les villes, en fait, de nombreuses bases sont en dehors de la ville de sorte que si elle est attaquée , nous allons pas la moitié de la population et aussi pour ne pas procéder à une image du militarisme, afin de ne pas percevoir la présence de la guerre dans les municipalités.
 
Mais attention, il faut aussi dire que si un YPG ou un YPJ veut participer à l’entreprise, ou veut aider, vous pouvez retirer l’uniforme et déposer les armes quand vous voulez et faire partie de la société dans les différentes structures qui organisent la vie quotidienne.
 
Au sein des YPG et des YPJ, vous êtes libre de choisir ce que vous voulez faire.
 
J’ai choisi de rester au sein des YPG juste pour me battre en personne sur différents fronts pour la défense de la révolution, mais heureusement j’ai aussi eu des expériences dans la société civile, comme la première fois que je suis venu au Rojava,pour faire partie des unités de défense.
 
Comme dans ce cas, j’ai décidé de revenir à Kurdistan syrien, avec un autre compagnon de Varèse, de faire partie des YPG et aller à Manbij qui le prochain objectif de l’armée turque et que les garçons et les filles sont prêtes à la défendre.
 
Un message que nous pensons lancer ici au Rojava est précisément que la guerre n’est pas seulement menée en Syrie, mais que l’ennemi se trouve dans toutes les parties du monde.
Comme en Italie et en Allemagne, et dans d’autres pays européens, parce que les armes avec lesquelles des centaines de milliers de camarades (et surtout des civils) sont tués sont produites en Europe et aux États-Unis.
 
Comme les avions qui bombardent les camarades et les compagnons sont produits en Italie par Léonard, le message que j’essaie d’envoyer est de s’opposer aux usines d’armement avec les moyens que tout le monde considère plus appropriés et de faire pression sur les gouvernements européens et l’État italien pour empêcher que ces armes ne soient données à la Turquie.
 
Je pense que vous devez vous battre non seulement contre les usines d’armement, pour leur interdiction de vente d’armes à la Turquie, mais aussi pour leur fermeture immédiate (…) pour essayer de faire comprendre aux gens que l’ennemi est derrière la porte et quand nous quittons la maison, dans l’état où nous vivons, c’est immédiatement à côté de nous.
 
Mettre en lumière ces contradictions, en expliquant également à ceux qui y travaillent qu’elles contribuent à tuer des milliers de vies, ne serait-ce qu’en produisant ces armes. (…) »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici