Les « rebelles » évacués de la Ghouta orientale éventuellement envoyés pour combattre les Kurdes

0
541

SYRIE – Les « rebelles » de la Ghouta orientale, qui tenaient la banlieue bombardée à l’extérieur de Damas, ont succombé aux forces d’Assad la semaine dernière et les deux principales factions « rebelles » contrôlant l’enclave ont accepté d’être transportées par le gouvernement central à Idlib et Alep. Le 1er avril, l’Associated Press a rapporté que les rebelles Faylaq al-Rahman seraient rendus à Idlib, tandis que les combattants de l’Armée de l’Islam évacueraient vers Jarablus, une ville sous le contrôle de l’Opération Bouclier de l’Euphrate en Turquie, qui avait commencé pour creuser un fossé entre les territoires tenus par les Kurdes.

Les responsables kurdes qui étaient auparavant membres de l’administration à Afrin, avant que l’enclave du nord-ouest en Syrie ne soit occupée par la Turquie, croient que ces rebelles ont été amenés en Turquie afin de lutter contre les bastions tenus par les Kurdes.

Le 27 mars, ANHA Hawar a rapporté que Fawza Youssef, un haut responsable kurde, a insisté sur le fait que Faylaq al-Rahman était en train d’être transporté par autobus pour combattre les Kurdes.

« Déplacer Faylaq al-Rahman de la Ghouta orientale à Afrin indique qu’Afrin est exposée à un génocide ethnique, notre peuple doit donc se révolter partout contre la guerre d’extermination. »

Les informations publiées depuis semblent impliquer un accord entre la Turquie et l’Armée de l’Islam, qui verra également cette dernière officiellement engagée dans l’Opération Bouclier de l’Euphrate. Les jihadistes de l’armée syriennes libre (ASL), alliés de la Turquie, affirment avoir rassemblé 10.000 combattants pour attaquer Manbij, qui est tenue par les forces kurdes et où est posté du personnel militaire américain.

L’emprise sur la Ghouta orientale a été divisée entre le groupe rebelle Failaq al-Rahman et l’Armée de l’Islam – qui détenait le point de contrôle cruciale Wafideen, une frontière mutuellement convenue entre le gouvernement syrien et les rebelles. Les deux groupes étaient d’anciens alliés et devinrent d’ardents rivaux en 2015 après que l’armée de l’Islam aurait tenté d’assassiner un responsable de Failaq Al-Rahman.

L’Armée de l’Islam, qui sera évacuée à Jarablus selon les médias d’Etat syriens, était autrefois financièrement soutenue par la Turquie. Sous la direction d’Alloush, salafiste libéré des prisons d’Assad lors d’une amnistie présidentielle en 2012, l’armée de l’Islam a été accusée d’avoir tiré sur des manifestants non armés, d’avoir exécuté des militants de l’opposition laïques et d’avoir un monopole sur les itinéraires de contrebande. L’armée de l’Islam a également travaillé avec un homme d’affaires affilié au gouvernement syrien qui détenait le monopole de la contrebande, des ressources lourdement gonflées du territoire détenu par Assad.

En mai 2015, Alloush, aujourd’hui décédé, a visité la Turquie en pleine crise financière, où il a rencontré de hauts responsables.

Failaq Al-Rahman, qui a également été accusé d’avoir tué des manifestants non armés, a conclu une alliance avec Hayat Tahrir Al Sham, la filiale syrienne d’Al-Qaïda, pour lutter contre l’Armée de l’Islam après leur chute.

Les deux seront envoyés dans des zones d’influence significative de la Turquie. Le bastion djihadiste d’Idlib – qui est administré comme une «zone de désescalade» conjointe par l’Iran, la Turquie et la Russie – a été le point de départ des rebelles qui ont aidé la Turquie à occuper Afrin. Jarablus, qui se trouve sur le territoire du Bouclier de l’Euphrate, permettra également à la Turquie d’essayer d’expulser les Kurdes des zones situées à sa frontière avec la Syrie.

Un jour après avoir occupé Afrin, Erdogan a déclaré aux juges et aux procureurs à Ankara qu’il avait l’intention d’occuper tout le territoire tenu par les Kurdes en Syrie.

« Après cela, nous allons continuer à Manbij, Ayn al-Arab (Kobané), Tel Abyad, Ras al-Ain et Qamishli jusqu’à ce que ce couloir soit complètement enlevé », a-t-il dit.

Source : http://theregion.org/article/13203-rebels-evacuated-from-eastern-ghouta-sent-to-possibly-fight-kurds

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici