Les habitants d’Hasankef ont nulle part où aller

0
707
Image via ANF https://anfturkce.net/toplum-ekolojI/tarihi-kent-hasankeyf-te-son-durum-104373
TURQUIE, BATMAN – Le barrage d’Ilısu, qui sera bientôt achevé dans la région kurde de la Turquie, viendra bientôt chasser les habitants d’Hasankeyf, une ancienne colonie, mais nombre d’entre eux ne pourront être relogés et n’auront nulle part où aller, a déclaré mardi la Deutsche Welle.

 
Décrivant Hasankeyf comme « des grottes néolithiques bordant les falaises environnantes, au sommet desquelles une citadelle romaine s’élève sur les premiers minarets ottomans, » DW a écrit qu’à quelques kilomètres en aval, la construction du barrage d’Ilısu est presque terminée et cette partie de la vallée du Tigre, inondant Hasankeyf dans le processus. Le projet a duré des décennies, et malgré les protestations locales et internationales – dans lesquelles les banques européennes ont retiré leur financement – les développements récents suggèrent que les niveaux d’eau commenceront à augmenter cet été, bien qu’une date précise n’ait pas encore été annoncée.
 
DW a rapporté que la dernière turbine sera installée dans le barrage de 1 200 mégawatts ce printemps. « En préparation, la Direction Générale des Travaux Hydrauliques d’Etat (DSİ) a envoyé des avis d’expulsion aux commerçants d’Hasankeyf en février, leur ordonnant de fermer boutique et passer à la nouvelle Hasankeyf étant construit à travers la rivière sur les hauteurs. « 
 
« L’avis a été accueilli avec des protestations. Les commerçants se sont plaints que la nouvelle ville n’était pas encore terminée et qu’ils seraient incapables de faire des affaires loin des sites historiques où ils ont longtemps gagné leur vie en vendant des souvenirs aux touristes de passage », a rapporté le DW.
 
Selon le rapport, le gouvernement a construit 710 logements dans le nouveau Hasankeyf et ne les alloue qu’aux familles enregistrées comme résidents d’Hasankeyf. Bien que Tekin est né et a grandi à Hasankeyf, il est célibataire, donc il n’est pas éligible pour acheter ni un logement ni une propriété commerciale dans la nouvelle ville. Les commerçants qui louent des magasins à Hasankeyf mais qui vivent dans des villes voisines se verront également refuser des biens et une aide de l’État.
 
« Le projet imminent a incité les habitants d’Hasankeyf à déménager au fil des décennies a fait baisser la population de la ville de 10.000 à environ 2.000 résidents toute l’année », a écrit le DW. Citant John Crofoot, un Américain qui vit à Hasankeyf depuis six ans et qui est le co-fondateur d' »Hasankeyf Matters », qui tente de sensibiliser le hameau, l’agence allemande a déclaré que les premières propositions pour le barrage d’Ilısu ont été introduites dans les années 1950. Depuis lors, la perspective d’un réservoir inondant la région a détourné les investissements d’Hasankeyf.
 
Selon le rapport, au fil des ans, Crofoot a documenté les développements dans Hasankeyf. Il a dit que les derniers mois ont été les plus difficiles pour les résidents locaux. Des équipes de travail creusent des falaises de calcaire parsemées de grottes vieilles de 10 000 ans pour remplir des vallées autrefois exploitées comme attractions touristiques afin de débarrasser la zone des rochers meubles potentiellement dangereux qui pourraient s’effondrer lorsque les niveaux d’eau augmenteraient.
 
L’Etat turc prétend que la dynamite n’est pas utilisée dans le processus, mais les résidents ont dit à DW qu’ils entendaient souvent des explosions venant des zones de travail. De grands projets de terrassement sont également en cours à Hasankeyf, dont l’un est destiné à renforcer une falaise surmontée d’une citadelle romaine, car elle restera au-dessus de la ligne d’eau projetée du réservoir.
 
Les résidents d’Hasankeyf interrogés par DW ont déclaré que les plans de démolition n’avaient jamais été partagés publiquement et qu’aucune étude d’impact environnemental indépendante n’avait été réalisée. De telles revendications ont été réfutées par Alexander Schwab, vice-président d’Andritz Hydro, la société basée à Vienne qui supervise la construction du barrage d’Ilısu. Schwab a indiqué que chaque maison de la région a été suivie par surveillance aérienne et a ensuite été visitée par des consultants qui ont informé les habitants des plans de construction.
 
Selon DW, Ulrich Eichelmann, PDG de Riverwatch à Vienne, n’est pas d’accord. « Si vous détruisez tout cela, vous n’êtes en rien meilleur que les Talibans à Bamiyam, où ils ont détruit les statues de Bouddha il y a quelques années », a déclaré Eichelmann. « C’est un acte similaire d’idiotie. C’est fou. »
 
La vie civilisée dans la ville antique de Hasankeyf remonte au 8ème siècle avant notre ère et les dessins à l’intérieur des cavernes dispersées autour de la ville ont éclairé différentes périodes, cultures et architectures de l’humanité. Il abrite des évidences sur les racines de l’espèce humaine, le début de l’agriculture et le début de la civilisation. Les près de 6.000 grottes autour de la ville antique sont l’un des premiers sites de peuplement humain.
 
Avec son histoire et sa nature, Hasankeyf remplit 9 des 10 critères de l’UNESCO à protéger en tant que patrimoine de l’humanité. Hasankeyf possède également l’un des trésors les plus riches des monuments islamiques. Située sur les rives du Tigre, la ville antique est l’un des sites architecturaux et archéologiques les plus importants du monde, riche d’une riche biodiversité et de 12 000 ans d’histoire humaine. Les chefs-d’œuvre de l’architecture islamique, datant des XIIe et XVe siècles de notre ère, font de la ville l’un des témoins les mieux conservés de la culture urbaine seldjoukide, en particulier des dynasties artukides et ayyoubides.
 
Une petite ville avec un grand patrimoine, Hasankeyf attire déjà environ 500 000 visiteurs chaque année, un nombre qui devrait augmenter. Compte tenu de son importance historique, architecturale et économique pour la région, l’opinion publique soutient sa préservation. La zone a été déclarée site archéologique de premier degré par le Conseil suprême des monuments de Turquie en 1978 et est sous la protection de la Direction générale des antiquités et des musées du ministère de la Culture depuis 1981.
 
Il y a plus de 300 sites archéologiques sur une superficie de 7 000 hectares où la ville s’est installée. 83 de ces sites sont directement affectés par le barrage, et les autres sont sensibles à l’effet d’érosion du barrage.
Article d’origine : https://stockholmcf.org/report-to-be-displaced-residents-of-hasankeyf-turkeys-ancient-settlement-have-nowhere-to-go/

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici