AccueilKurdistanBakurDu HEP au HEDEP : parcours des partis pro-kurdes sur la scène...

Du HEP au HEDEP : parcours des partis pro-kurdes sur la scène politique turque

TURQUIE / KURDISTAN – Le Parti de l’égalité des peuples et de la démocratie (HEDEP), parti d’opposition pro-kurde, apparaît comme le dernier successeur d’une lignée de mouvements politiques kurdes. Mais le pays a une longue histoire d’interdiction des partis pro-kurdes depuis la première apparition du mouvement kurde sur la scène politique dans les années 1990.

Le parti d’opposition pro-kurde, le Parti de la gauche verte, a annoncé le 15 octobre 2023, lors de son 4e Grand Congrès, qu’il poursuivrait son chemin sous le nom de Parti pour l’égalité des peuples et la démocratie (HEDEP). Avec cette entrée sur la scène politique turque le 14 octobre 2023, HEDEP devient le dernier d’une série de partis pro-kurdes qui ont survécu aux pressions politiques et aux menaces de fermeture.

Le Parti démocratique des peuples (HDP), qui fait toujours face à une procédure de clôture à son encontre, avait annoncé que ses candidats se présenteraient aux élections de mai 2023 sur les listes de la Gauche Verte afin de ne pas risquer d’être exclus si le pro- Le parti kurde a été dissous par la Cour constitutionnelle. La direction du HDP a également annoncé qu’elle confierait le travail politique actif à la Gauche Verte (Yesil Sol).

La Cour constitutionnelle n’a pas encore statué sur une affaire en cours contre le HDP, dans laquelle les procureurs exigent la fermeture du parti et l’interdiction de près de 500 membres.

Une affaire de fermeture n’est pas nouvelle pour les partis pro-kurdes, puisque la Turquie, depuis les tout premiers pas du mouvement kurde sur la scène politique du pays dans les années 1990, les interdit depuis longtemps.

HEP et la « crise du serment »

Leyla Zana, portant un bandeau coloré en rouge, vert et jaune, les couleurs nationales kurdes, lors de son serment historique en 1991

Dix ans après le coup d’État militaire des années 1980 qui a interdit tous les partis et groupes politiques, ainsi que l’usage de la langue kurde, le Parti travailliste du peuple (HEP), pro-kurde, a été créé. En 1991, quelque 21 députés du HEP, élus sur la liste du Parti populiste social-démocrate (SHP) pour surmonter la barrière du seuil électoral, sont devenus les premiers représentants parlementaires du mouvement kurde.

Quelques mois avant les élections, le cadavre du président provincial du parti à Diyarbakır (Amed), Vedat Aydın, a été retrouvé deux jours après que des hommes armés se présentant comme des policiers l’ont forcé à monter dans une voiture. Le meurtre d’Aydın n’a pas pu être élucidé à ce jour.

Lorsque Hatip Dicle, l’un des députés du HEP, déclarait avant de prêter serment parlementaire en novembre 1991 : « Mes amis et moi avons lu ce texte sous la pression de la Constitution », les députés des partis de centre-droit de l’époque ont commencé à protester contre cette décision. Députés kurdes.

Mais l’incident qui est resté dans l’histoire du pays sous le nom de « crise du serment » a éclaté lorsque Leyla Zana, la première femme parlementaire kurde à l’Assemblée turque, s’est exprimée en kurde après avoir prêté serment et a déclaré : « Je prends ceci . serment pour la fraternité des peuples turc et kurde. »

L’interdiction officielle de la langue kurde dans la vie publique et privée, conséquence du coup d’État militaire ainsi que l’interdiction d’utiliser les mots « Kurdes » et « Kurdistan », ont été levées en 1991. Cependant, sous l’influence de Depuis presque un siècle, la politique turque contre la langue kurde fait que ceux qui parlent kurde en public sont encore communément qualifiés de « séparatistes ».

Après la « crise du serment » qui a provoqué un tollé au Parlement turc, la Cour de cassation a ouvert une enquête contre le HEP. L’affaire de fermeture a commencé en juillet 1992 et s’est terminée en septembre 1993 avec la décision de fermeture du parti.

DEP : Emprisonnements, meurtres politiques

Orhan Doğan, du DEP, en mars 1994, arrêté par des policiers en civil à la sortie de la Grande Assemblée nationale de Turquie.

Le Parti de la liberté et de la démocratie (ÖZDEP), formé au cours des procès du HEP en octobre 1992, a également été confronté à une affaire de fermeture juste après sa fondation. La Cour constitutionnelle a fermé l’ÖZDEP en raison de « dispositions de son programme contre l’intégrité indivisible de l’État avec son territoire et sa nation ».

L’ÖZDEP a été remplacé par le Parti de la démocratie (DEP). Avant le procès en fermeture contre le DEP en 1993, nombre de ses dirigeants avaient été arrêtés à la suite du 1er congrès ordinaire du parti, notamment Yaşar Kaya, le président du parti.

Le député de Mardin Mehmet Sincar et le président provincial de Batman, Metin Can, ont été assassinés par des [paramilitaires turcs] la même année. Des années plus tard, lors d’un procès en 2001, les accusés poursuivis pour appartenance au Hezbollah ont avoué avoir tué Sincar.

Plus de 60 membres du HEP et du DEP ont été assassinés entre 1991 et 1994. La politologue Nicole F. Watts considère ces meurtres, dont la majorité reste non élucidée, comme le résultat des efforts officiels visant à entraver les activités des partis pro-kurdes.

En mars 1994, l’immunité parlementaire des députés du DEP a été levée et le tribunal a reconnu coupables de trahison les députés du parti et les a envoyés en prison. La Cour constitutionnelle a finalement décidé de fermer le DEP en juin 1994.

HADEP : Gagner les communes grâce à des rafles continues

Novembre 1998, des membres du HADEP dans des véhicules de détention de la police après les perquisitions des bâtiments provinciaux et départementaux du parti

Le Parti de la démocratie populaire (HADEP) a été fondé en mai 1994, alors que l’affaire de fermeture contre le DEP était encore devant les tribunaux. Le HADEP n’a pas pu entrer au parlement lors des élections de 1999 en raison du seuil électoral, malgré ses 1,5 million de voix. Cependant, il a réussi à remporter 37 mairies dans les provinces du sud-est à majorité kurde la même année, y compris la municipalité métropolitaine de Diyarbakır (Amed).

En juin 1996, la police turque a arrêté le président du HADEP et 50 membres au motif que le drapeau turc avait été abaissé lors du 2e congrès ordinaire du parti. La police a également perquisitionné les bâtiments de la province et du district, confisqué les archives du parti et arrêté plus de 3 000 personnes lors de ces perquisitions. Peu après, une interdiction politique a été imposée au président du HADEP et à plusieurs membres du parti.

La Cour constitutionnelle a décidé à l’unanimité de fermer le HADEP en mars 2003.

DEHAP : Deux procès de suite

Congrès des jeunes du DEHAP, 2003

Suite au processus de fermeture du HADEP, les maires des partis sont passés au Parti populaire démocratique (DEHAP). Lors des élections de 2002, lorsque le Parti de la justice et du développement (AKP), toujours au pouvoir en Turquie, est arrivé au pouvoir, le DEHAP n’a pas non plus réussi à dépasser le seuil électoral avec 6,3 % des voix.

La première procédure de fermeture contre le DEHAP a été déposée par le procureur général près la Cour de cassation en mars 2003 au motif que « le DEHAP avait participé aux élections avant que son organisation ne soit achevée ». Après la déclaration du DEHAP sur la solution au conflit kurde et la démocratisation en avril 2003, le procureur général a déposé une deuxième plainte contre le parti, avec un acte d’accusation supplémentaire affirmant que le parti était affilié à une organisation illégale.

En 2005, le DEHAP a décidé de se dissoudre et a ensuite rejoint le Parti de la société démocratique (DTP).

DTP : Dépasser le seuil électoral

Décembre 2009, arrestation de membres du DTP et de maires

Le DTP, fondé en novembre 2005 et se définissant comme une « gauche démocratique, libertaire et égalitaire », a été le premier parti politique en Turquie à mettre en œuvre un système de coprésidence avec un homme et une femme à sa tête. Le DTP, qui s’était présenté aux élections de 2007 avec des candidats indépendants afin de franchir le seuil, a remporté 20 sièges à l’Assemblée nationale turque.

Alors que la procédure de fermeture déposée contre le DTP en novembre 2007 était en cours, le parti a remporté 99 mairies aux élections locales de mars 2009. En avril, plus de 1 000 membres du DTP ont été arrêtés et la Cour constitutionnelle a fermé le parti la même année.

BDP : Efforts pour mettre fin au conflit

Mars 2014, rassemblement du BDP dans la province de Mersin, dans le sud de la Turquie.

Après que les maires et les députés du DTP se soient ralliés au Parti de la paix et de la démocratie (BDP) nouvellement fondé, le parti a formé un groupe au Parlement en 2009.

Comme son prédécesseur le DTP, le BDP a participé aux élections de 2011 avec des candidats indépendants et a remporté 36 sièges au parlement. Le parti a joué un rôle actif dans le processus de paix qui a débuté dans le but de résoudre le conflit entre la Turquie et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le cadre du conflit kurde-turc de longue date.

Le HDP, dernier maillon de la chaîne des partis pro-kurdes de Turquie, a émergé en 2012 lorsque le Congrès démocratique du peuple (HDK), une union de plusieurs partis et groupes de gauche, a décidé de former un parti plus inclusif qui fait appel aux public plus large.

Le BDP a poursuivi son travail d’organisation locale après que ses législateurs aient rejoint le HDP nouvellement formé et remporté 102 municipalités aux élections de 2014. En 2014, le nom du parti a été changé en Parti des régions démocratiques (DBP).

HDP : Face à la répression contre les Kurdes

Des photographies de députés HDP emprisonnés exposées à l’assemblée générale du parlement turc

En 2015, après que les voix du HDP ont atteint 13,1 % lors des élections de juin, le plus élevé de l’histoire des partis pro-kurdes, et que le processus de paix s’est effondré en juillet, le gouvernement turc a commencé une sévère répression contre les politiciens kurdes et a lancé une série d’opérations militaires. .

De nombreuses villes à majorité kurde ont été le théâtre de couvre-feux de 24 heures déclarés par l’AKP entre 2015 et 2017. Durant ces couvre-feux et de violents affrontements, le gouvernement a nommé des maires administrateurs dans 94 municipalités pro-kurdes et a arrêté 95 maires.

Dans l’acte d’accusation de fermeture du parti, accepté en juin 2021 par la Cour constitutionnelle, il est souligné que le HDP est la continuation des autres partis kurdes fermés dans le passé.

Medya News

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici