AccueilFemmesIRAN. La journaliste kurde Nazila Maroofian emprisonnée de nouveau

IRAN. La journaliste kurde Nazila Maroofian emprisonnée de nouveau

La journaliste kurde Nazila Maroofian, qui a été libérée de la prison d’Evin à Téhéran a été emprisonnée pour la troisième fois.

La journaliste Nazila Maroofian, qui a interviewé le père de Jîna Mahsa Amini, assassinée par le régime iranien, a été arrêtée pour la troisième fois. Maroofian, qui a été détenue pour la dernière fois à Téhéran le 9 juillet, a été libéré lee 13 août moyennant une caution de 300 millions de rials iraniens après une période de détention de 36 jours. Maroofian a de nouveau été arrêtée dans la soirée et transféré à la prison de Qarchak à Varamin.

On ne sait pas encore le motif de la nouvelle arrestation de Maroofian.

Nazila Maroofian, 23 ans, avait publié une photo d’elle-même sur la plateforme X (anciennement Twitter), la montrant souriante et faisant le signe de la victoire devant la prison lors de sa libération conditionnelle du 13 août après qu’elle ait payé une caution.

Maroofian avait été détenue à la prison d’Evin depuis le début du mois de juillet.

Quelques jours avant son arrestation, des agents des services secrets iraniens avaient perquisitionné son domicile et lui avaient demandé de se présenter au procureur public. Lorsqu’elle a obtempéré à cette demande le 8 juillet, elle a été placée en garde à vue. Pendant longtemps, les accusations portées contre elle sont restées floues. Il est maintenant connu qu’elle doit à nouveau se défendre contre l’accusation de “propagande contre l’État”.

Nazila Maroofian étudie à l’Université Allameh Tabatabai de Téhéran et travaille actuellement pour la plateforme médiatique indépendante Rouydad 24. Nazila est originaire de Saqez (Seqiz) au Kurdistan oriental, ville natale de Jina Mahsa Amini. La mort violente de la jeune femme de 22 ans alors en détention de la police morale iranienne en septembre dernier a déclenché le soulèvement « Jin, Jiyan, Azadî (Femme, Vie, Liberté) » – la plus grande vague de protestations que la République islamique d’Iran ait connue depuis sa fondation en 1979.

Le 19 octobre, Mme Maroofian a publié une interview avec le père d’Amini, Amjad, sur le site web Mostaghel. Dans cette interview, Amjad Amini a rejeté l’information officielle selon laquelle la mort de sa fille était due à une maladie.

Le titre de l’interview, qui a été retiré peu de temps après sa publication, était clair : “Le père de Mahsa Amini : ‘Vous mentez !’” Quelques jours plus tard, Nazila Maroofian a été arrêtée à Téhéran et conduite à la prison d’Evin pour la première fois. Là-bas, elle a été soumise à des menaces lors des interrogatoires et à une torture psychologique. Elle a été placée en cellule d’isolement et a subi deux crises cardiaques légères dès le début de sa détention.

Finalement, fin janvier, Mme Maroofian a été condamnée à deux ans de prison, assortis d’une mise à l’épreuve de cinq ans, pour « propagande contre le régime » et « diffusion de mensonges dans le but de perturber l’opinion publique ».

Le Tribunal révolutionnaire de Téhéran a également imposé une amende et une interdiction de quitter le pays pendant cinq ans. À l’époque, Nazila Maroofian avait déjà été libérée sous caution pour 600 millions de tomans (environ 13000€). En juin, quelques semaines avant d’être de nouveau arrêtée, elle avait été agressée par les  forces de sécurité iraniennes à Téhéran et avait été empêchée d’exercer dans le secteur public pour avoir désobéi au code vestimentaire du régime, en ne portant pas de hijab.

Il y a une semaine, samedi, Nazila Maroofian avait été admise à l’hôpital Taleghani de Téhéran en raison d’essoufflement et de tachycardie. Après quelques heures, elle avait quitté la clinique et avait été ramenée à la section pour femmes de la prison d’Evin.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici