AccueilMoyen-OrientTurquieTURQUIE. Libération d'une personnalité salafiste de premier plan

TURQUIE. Libération d’une personnalité salafiste de premier plan

TURQUIE – Halis Bayancuk, également connu sous le nom d’Abu Hanzala, le chef du groupe salafiste Tavhid et Sunnah, a été libéré hier. Il est le fils de Hacı Bayuncuk, l’une des figures éminentes du Hezbollah turc créé par l’État pour écraser la révolte kurde et qui a perpétré des centaines d’assassinats ciblés dans les années 1990.

Bayancuk avait été condamné à 12 ans et 6 mois de prison pour avoir « créé ou dirigé une organisation terroriste armée ». Lors d’une audience en mai, le tribunal avait décidé de fusionner trois affaires contre lui.

La revue du groupe, Tevhid Magazine, a déclaré sur les réseaux sociaux : « Hodja Halis Bayancuk, qui est connu pour ses centaines d’articles dans Tevhid Magazine et plus d’un millier de séminaires audiovisuels (…). Sa détention en cours a pris fin avec la décision de libération d’aujourd’hui. »

L’affaire

La 16ème cour pénale lourde de Bakırköy avait condamné Bayancuk à 6 ans et 3 mois de prison pour « appartenance à l’organisation terroriste armée al-Qaïda ».

La Cour de cassation a annulé le verdict et renvoyé l’affaire devant la 16e cour pénale de Bakırköy, où le procès s’est poursuivi. Entre-temps, la 2e cour pénale lourde de Sakarya avait condamné Bayancuk à 12 ans et 6 mois de prison pour avoir « créé ou dirigé une organisation terroriste armée », faisant référence à l’Etat islamique.

Le tribunal avait acquitté Halis Bayancuk de « violation de la constitution » faute de preuves suffisantes.

La 2e chambre pénale de la Cour régionale de justice d’Istanbul avait renvoyé l’affaire au motif qu’il pourrait y avoir un lien entre le verdict de la 2e cour pénale lourde de Sakarya et d’autres affaires ouvertes contre Bayancuk pour des crimes similaires devant d’autres tribunaux en Turquie.

Après le retour, lors de l’audience tenue au 2e tribunal pénal de Sakarya, le procureur avait demandé que l’affaire soit fusionnée avec l’affaire en cours devant le 16e tribunal pénal d’Istanbul Bakırköy et que son arrestation soit poursuivie. Le tribunal avait décidé en conséquence.

Au stade du procès, le dossier a été transmis à la 5e chambre pénale de la Cour de cassation pour la fusion des affaires au 2e tribunal pénal de Sakarya et au 16e tribunal pénal de Bakırköy. La chambre avait décidé de fusionner les affaires.

Après la décision de fusion, le 2ème tribunal pénal lourd de Sakarya avait également condamné le prévenu Halis Bayancuk à 12 ans et 6 mois de prison pour « création ou direction d’une organisation terroriste armée » le 18 septembre 2020.

Le 10 novembre 2020, il a été demandé que Bayancuk soit condamné à une peine allant jusqu’à 22 ans et 6 mois de prison pour « création et direction d’une organisation terroriste armée » dans l’affaire où il a été jugé dans le cadre d’Al-Qaïda.

Bayancuk a également été condamné à 12 ans et 6 mois de prison pour « création et direction d’une organisation terroriste armée » dans l’affaire où il a été jugé dans le cadre d’Al-Qaïda le 8 février 20212.

Le dossier dans lequel Halis Bayancuk a été condamné a été infirmé lors de l’audience tenue à la Cour suprême d’appel le 28 décembre 2022.

À propos de Halis Bayancuk

Halis Bayancuk est né à Diyarbakır en 1984. Il est le fils de Hacı Bayuncuk, l’une des figures éminentes du Hezbollah, également connu sous le nom de Hezbollah kurde, un groupe armé qui a perpétré des centaines d’assassinats ciblés dans les années 1990.

Contrairement à la ligne islamique traditionnelle, il considère la relation religion-État comme une question de foi. Il croit que la règle de la charia est obligatoire et qu’elle devrait être sous la direction d’un calife. Toute autre forme officielle de gouvernement est le taghut (celui qui se rebelle contre Dieu), contrairement au tavhid.

Dans sa vidéo publiée en 2014, il a déclaré à propos de l’EI : « L’EI, ce sont nos frères musulmans. Nous considérons chaque attaque contre eux comme une attaque contre nous. Je crois que cette guerre est une guerre de foi. Je suis aux côtés de mes frères. »

Il a été détenu, arrêté puis relâché à plusieurs reprises dans le cadre d’enquêtes sur al-Qaïda et l’Etat islamique.

Le groupe Tavhid et Sunnah, dirigé par Bayancuk basé à Istanbul Bağcılar, a des publications telles que Maison d’éditions Tevhid, les sites internet tevhiddersleri.org, tevhidgundemi.com, magazine Tevhid et la chaîne YouTube Halis Bayancuk Hoca.

Bianet

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici