AccueilEuropeFranceDes militants kurdes dans le Parlement européen à l'anniversaire du complot international...

Des militants kurdes dans le Parlement européen à l’anniversaire du complot international de 15 février 1999

STRASBOURG – Le 15 février 1999, le chef du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Ocalan fut capturé au Kenya par des agents de renseignement turcs en collaboration avec d’autres pays et remis à la Turquie. Les Kurdes qualifient ce jour « Roja Reş » (Jour noir) et mènent des actions à chaque anniversaire du complot international du 15 février, demandant la libération immédiate du chef historique du PKK.

Aujourd’hui, dans le cadres des actions mondiales demandant la libérations d’Ocalan, quelques militants kurdes ont réussi à entrer dans le Parlement européen, perturbant la session de votes de ce midi.

Des militants des mouvements de jeunesse kurdes TCŞ et TekoJIN ont appelé à la libération d’Abdullah Öcalan au Parlement européen. Le groupe a crié des slogans dans la zone d’audience et brandi des photos du chef du PKK qui a été enlevé en Turquie il y a 24 ans aujourd’hui.

Dans une déclaration sur leur action, les jeunes militants ont appelé à un contact immédiat avec Öcalan et ont attiré l’attention sur la responsabilité de l’Europe. Le Comité anti-torture CPT ne fait pas son travail sous la pression politique, le Conseil de l’Europe permet à la Turquie, en tant qu’État membre, d’ignorer les arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme.

Öcalan a été enlevé le 15 février 1999 dans le cadre d’un complot international impliquant plusieurs services secrets de l’ambassade de Grèce au Kenya et extradé vers la Turquie. Depuis près de deux ans, il n’y a plus aucun signe de vie de l’île-prison d’Imrali dans la mer de Marmara, où Öcalan et ses trois codétenus sont détenus.

« Avec cette action, nous, les jeunes kurdes, exigeons que l’Europe renonce à cette sale politique contre Abdullah Öcalan. Jusqu’à ce que nous entendions parler de lui et jusqu’à ce que sa liberté physique soit garantie, nos actions se poursuivront », ont déclaré les militants.

Veillée à Strasbourg : « La liberté d’Öcalan est la liberté de nos peuples »

Cela fait 24 ans que le dirigeant kurde Abdullah Öcalan a été capturé au Kenya par les puissances impérialistes internationales et remis à l’État turc le 15 février 1999.

Au fil des ans, la prison d’Imrali, où Öcalan est détenu depuis, a été transformée en centre de torture. Öcalan a déclaré que l’État turc se voit confier un « rôle de gardien » à Imrali, où le régime et la loi de Gladio sont mis en œuvre.

Un isolement aggravé a été imposé à Öcalan depuis l’arrivée au pouvoir de l’alliance fasciste AKP-MHP.

L’isolement au mépris de la Convention européenne des droits de l’homme a également été reconnu par les institutions européennes.

Entre-temps, les actions du peuple kurde et de ses amis se sont poursuivies contre le complot international dirigé contre l’avenir des peuples du Moyen-Orient, en particulier le peuple kurde.

En Turquie et au Kurdistan, ainsi qu’en Europe, les Kurdes et leurs amis ont organisé de nombreuses actions, rassemblements et marches pour mettre fin à l’isolement d’Öcalan et assurer sa liberté.

L’une de ces actions a été lancée à Strasbourg, le 2 juin 2011. La Veillée de la liberté, lancée par le peuple kurde et ses amis où se trouvent les institutions européennes, se poursuit sous la forme d’une veillée hebdomadaire depuis 11 ans.

La veillée, qui se déroule tous les jours de la semaine entre 07h30 et 16h30, expose les politiques hypocrites des États européens et révèle la volonté du peuple kurde et de ses amis insistant sur le fait qu’ils ne renonceront pas à leur lutte.

Zülfü Bingöl du Comité d’organisation de la veillée de la liberté a souligné que la principale raison pour laquelle cette loi Gladio est appliquée à Öcalan est son idéologie basée sur le confédéralisme démocratique, qui offre une solution pour les femmes et les opprimés, en particulier les peuples du Moyen-Orient.

« Les puissances souveraines internationales veulent éliminer cette idéologie », a déclaré Bingöl et a souligné que le capitalisme continue d’être un énorme problème pour l’humanité. « Le peuple, les femmes, les opprimés, les écologistes et la lutte internationaliste se rassemblent autour de la proposition de solution de notre leader. Cela met les puissances souveraines internationales mal à l’aise. »

Bingöl a ajouté : « Il est possible de voir la volonté et la discipline dans la lutte de notre leader dans cette action. Cette veillée démontre qu’une vie sans notre chef est impensable pour nous.

Notre lutte ne s’arrêtera pas tant que notre chef ne sera pas libéré. La liberté de nos peuples est liée à la liberté de notre leader », a déclaré Bingöl et a conclu que le comité d’organisation saluait tous ceux qui avaient rejoint la manifestation jusqu’à présent et appelait à un soutien continu et croissant.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici