AccueilMoyen-OrientIranLes peuples d'Iran n'ont le choix qu'entre la couronne et le turban...

Les peuples d’Iran n’ont le choix qu’entre la couronne et le turban ?

Alors que les protestations anti-régime déclenchées en septembre 2022 suite au meurtre d’une jeune femme kurde par la police des mœurs pour une affaire de voile non conforme aux normes des mollahs continuent de secouer l’Iran, notamment dans les régions périphériques (Kurdistan, Baloutchistan…), on assiste à une tentative de revanche des royalistes qui mènent une guerre médiatique pour s’accaparer le pouvoir duquel ils ont été éjectés par le peuple il y a plus de 43 ans maintenant !

La colère est immense parmi les forces progressistes, des peuples non-perses et des femmes marginalisés qui sont le moteur de la révolution féministes iranienne. Ils s’opposent fermement aux tentatives des royalistes veulant voler leur révolution.

« L’opposition iranienne s’engage sur une voie inquiétante. La gauche devrait contrer cela avant que le pahlavisme ne devienne le fer de lance du mouvement », écrivent Dastan Jasim, Pedram Zarei, Ammar Goli.

Voici leur article:

Seul le choix entre couronne et turban ?

La vague historique de protestations qui a commencé avec la mort de Jina Mahsa Amini le 16 septembre 2022 a duré plus de 100 jours. Les manifestations ne s’éteignent pas à travers le pays et il ressort très clairement des slogans et des bannières des manifestations qu’un changement total de système, une révolution, est exigé. Pendant ce temps, l’opposition révolutionnaire se regroupe, précisément parce que toute résistance depuis la révolution islamique de 1979 a été criminalisée et contrainte à l’exil. La question se pose d’autant plus maintenant de savoir qui peut diriger cette opposition, comment elle doit être organisée et comment éviter les erreurs du passé. Une déclaration conjointe du Nouvel An par diverses personnalités éminentes de la diaspora iranienne, dont le fils de l’ancien Shah et l’activiste Masih Alinejad, appelle désormais à l’unité entre les acteurs de la diaspora.

Le rôle de l’opposition dans la diaspora

Cependant, l’opposition actuelle dans la diaspora peut également être considérée de manière critique. En aucun cas, [l’ensemble de] la diaspora n’a pas toujours été contre le système, et beaucoup ne veulent pas parler de ce qui s’est passé depuis et avant 1979. En conséquence, la responsabilité historique de nombreux groupes politiques n’est pas le moins du monde abordée. C’est fatal, surtout du point de vue des minorités politiques et ethniques comme les Kurdes, car il est évident que le discours de certaines parties de l’opposition diasporique utilise de nombreux points nationalistes et monarchistes pour éviter [d’évoquer] cela. De nombreuses forces de gauche et progressistes le tolèrent car elles craignent d’une part de détruire l’unité commune et d’autre part de mettre en péril le potentiel de mobilisation de masse de la diaspora. À une époque où les groupes et organisations de gauche sont en crise structurelle, l’espace discursif est constamment façonné par l’opposition de droite. Bien que les couches les plus pauvres de la population soient le pilier des protestations, les luttes qui se déroulent dans les rues d’Iran sont utilisées à des fins nationalistes et néolibérales.

C’est l’unité avec les forces fascisantes et régressives en exil qui a transformé la révolution de 1979 en une révolution de l’autoritarisme et a liquidé les gains d’une année de grèves et de manifestations. Les forces de gauche et progressistes qui prennent au sérieux la transition vers la démocratisation doivent s’attaquer aux racines de l’autoritarisme iranien du Shah au Mollah et détacher systématiquement la structure de cette opposition des fronts uni monarchistes et nationalistes. S’ils ne le font pas, le danger n’est pas seulement l’échec du changement démocratique, mais l’existence de tous ces groupes marginalisés qui défient actuellement l’autoritarisme en Iran.

Critique de l’autoritarisme iranien

Sous-jacente à cette critique se trouve la critique fondamentale de l’autoritarisme iranien. De nombreuses voix d’opposition, par exemple, insistent pour que le régime soit décrit comme islamique plutôt qu’iranien. Plus qu’un stratagème discursif, ce détail rhétorique est le symptôme d’un manque de compréhension de ce qui a défini l’Iran au cours des 100 dernières années et de la manière de résoudre le problème fondamental de l’autoritarisme en Iran. En fait, ce que Khomeini et Khamenei ont construit en 1979 n’est, dans sa forme institutionnelle de base, qu’une continuation du centralisme et de l’autoritarisme existants sous une apparence islamique., ce qui n’est en rien diamétralement opposé à un passé monarchiste supposé progressiste. Ce n’était pas des moindres l’Iran moderne de Reza Shah, qui dès 1925, très semblable à Mustafa Kemal Atatürk de 1923 par exemple, prêcha un nationalisme impitoyable afin de créer une légitimité à la modernité. Ce qui était autrefois une évidence en raison d’une certaine descendance, à savoir la domination totale, devrait maintenant être remplacé par une compréhension nationaliste commune. Semblable à Atatürk, pour Reza Shah, cela signifiait également une modernisation transitoire orientée vers l’Occident et une répression décisive de tout groupe ethnique qui pourrait perturber cette unification centrée sur la Perse avec le nouveau nom « Iran », traduit Terre des Aryens. Ce n’est donc pas un hasard si le premier traité d’amitié bilatéral entre la Turquie d’Atatürk et l’Iran de Reza Shah avait pour objectif central de contrer les soulèvements kurdes des années 1920, qui ont eu lieu dans la zone frontalière turco-iranienne, qui était le cœur de la communauté kurde représente les zones de peuplement. Son fils Mohammed Reza Shah Pahlavi, qui lui a succédé et qui était le père de l’actuelle figure de proue de l’opposition, Reza Pahlavi, ne devait pas avoir d’autre programme. Même Mohammed Mossadegh, considéré par de nombreux gauchistes occidentaux comme une légende socialiste uniquement pour son programme de nationalisation des ressources naturelles du pays, n’avait aucune intention de mettre fin au centralisme et à l’autoritarisme.

Manque de traitement du passé

Compte tenu de ces continuités non résolues, une critique institutionnelle sérieuse et pas seulement idéologique du passé de l’Iran serait si importante. Sinon, le résultat est ce qui se passe actuellement : les Kurdes et les autres minorités sont accusés de séparatisme à chaque tournant par les nationalistes iraniens et les porte-parole des Gardiens de la révolution, même lorsqu’aucun groupe politique n’appelle à la séparation. Seule la critique fondamentale du mode passé de l’État iranien suffit à être considéré comme des « séparatistes » et des « agitateurs », alors que la démocratisation et un véritable changement institutionnel ne sont pas seulement dans l’intérêt des minorités, mais de tout le pays. Surtout dans le contexte d’un pays miné par la mauvaise gestion et la corruption, le contrôle efficace entre les différentes parties de l’appareil d’État, la décentralisation du système politique et de la prise de décision politique, ainsi qu’un examen sérieux de ce que signifie le changement démocratique sont fondamentaux. C’est loin d’être le cas actuellement, de nombreux acteurs kurdes se sentent poussés vers un mode de défense permanent dans le discours nationaliste.

L’absence de remise en question se lit aussi dans l’exemple de l’opposition diasporique plus récente et des transitions parfois fluides entre nationalisme, monarchisme et idéologie de la République islamique. Ces dernières années, alors que les conditions économiques en Iran sont devenues plus difficiles, de nombreuses célébrités iraniennes ont quitté le pays et sont devenues politiquement actives d’une manière ou d’une autre. Ils se sont depuis prononcés sur les problèmes politiques, économiques et même de sécurité de l’Iran et dominent rapidement le discours. Cependant, ces personnes ont délibérément suivi deux approches dans leurs déclarations politiques après avoir quitté l’Iran : soit elles ont soutenu les monarchistes dès le départ, soit elles ont d’abord fait un pas vers la politique des mouvements réformistes en Iran, puis ont commencé à soutenir les groupes monarchistes. De nombreuses personnalités n’ont soutenu que des candidats réformistes lors des dernières et avant-dernières élections et n’ont donc pas usé de leur privilège pour appeler à un changement fondamental mais pour rendre constamment acceptable le moindre mal. C’est justement ces personnes qui ont soudainement découvert le slogan « Femme, Vie, Liberté » du mouvement kurde, mais ils essaient de le détacher complètement de son essence de gauche et kurde et même de souligner ce slogan avec l’ancienne épouse du roi Farah Diba. Des exemples similaires de cette pratique sont le footballeur Ali Karimi, l’acteur Hamid Farrokhnezhad, le cinéaste Borzu Arjmand, mais aussi Masih Alinejad, Reza Veysi ou Kamelia Entekhabifard. Ils ont tous normalisé la république islamique dans le passé, se poussent maintenant à l’avant-garde des révolutionnaires et présentent le monarchisme comme la seule alternative. Ceux qui n’acceptaient pas le statu quo dans les années 80 sont relégués au second plan.

Image déformée des relations de classe en Iran

Ces cercles d’acteurs privilégiés tentent désormais de prendre le relais de l’opposition diasporique. La propriété matérielle donne le ton ici. La communauté autour de Reza Pahlavi fournit non seulement une image cohérente au monde extérieur en raison d’un réseau lié par des liens familiaux et économiques étroits, mais se distingue également en raison de la prétendue liberté d’idéologie propagée, ce qui, par rapport à d’autres groupes d’opposition, ils ne pour de nombreuses personnes de la classe moyenne supérieure plus accessible à l’ouest.

Le milieu universitaire en Allemagne est particulièrement sujet à ce biais. Alors que les habitants des provinces économiquement colonisées comme le Baloutchistan et le Kurdistan ne peuvent même pas aller à l’école et que la majorité des étudiants ont des difficultés à financer des études universitaires, ceux issus de familles aisées en Iran peuvent suivre des cours d’allemand et s’impliquer ensuite en prenant une grosse somme d’argent postuler dans une université allemande. Cette partie socioéconomiquement aisée de la population montre aux universitaires de gauche en Allemagne une image déformée des relations de classe en Iran et des revendications des gens dans la rue. Les idées libérales de liberté sont présentées comme les seuls désirs de tous et des questions telles que l’inégalité socio-économique ou l’oppression ethnique ne sont même pas mentionnées superficiellement.

Le fait que la transition des partisans du régime aux monarchistes soit si fluide est principalement dû au fait qu’un changement dans le statu quo étatique n’est l’objectif ni pour l’un ni pour l’autre. Si l’on regarde de plus près les revendications et les déclarations de l’opposition monarchiste et nationaliste, on se rend vite compte qu’elles veulent aussi établir une autre conception de la révolution. Ils ne se soucient pas de renverser les structures sociales et politiques de pouvoir et de domination, et des objectifs tels que la justice sociale ne sont pas mentionnés. Cela se produit à un moment où l’Iran, grâce à un système capitaliste rentier, est l’un des pays les plus inégaux au monde en termes de richesse et de répartition des revenus.

En outre, les groupes monarchistes dépendent toujours du soutien des armées nationales et étrangères, en d’autres termes, ils n’ont aucun lien organique avec les sections de la population qui organisent les véritables manifestations en Iran et ne font de la publicité qu’à l’aide d’instruments tels que comme l’armée, les médias tels que le radiodiffuseur pro-monarchiste Manoto TV et Iran international et récemment aussi les réseaux sociaux pour eux-mêmes. Dans une récente interview avec Manoto TV, le prince héritier Reza Pahlavi affirme que tous les gardiens de la révolution ne sont pas mauvais – alors que la principale demande des manifestants iraniens est de les mettre sur la liste des terroristes.

La responsabilité de la diaspora

Les tendances actuelles dans les différents rangs de la diaspora sont problématiques car le passé a montré quelle responsabilité fatale elle peut avoir. En 1978, des centaines de grèves ininterrompues, de protestations et de mouvements de résistance ont conduit à la chute éventuelle du régime monarchiste. Les forces de gauche étaient fondamentales ici. L’histoire devait cependant tourner lorsque l’ayatollah Khomeiny a été poussé au premier plan par la gauche pro-soviétique comme le parti Tudeh et perçu comme une opposition pragmatique, et ramené en Iran de son exil. On disait que le clergé de l’époque disposait du meilleur réseau politique national pour mobiliser les masses, et les auteurs occidentaux n’ont pas tardé à adopter l’argument du révolutionnaire religieux pragmatique et soi-disant pacifique. La même dynamique s’observe actuellement chez les monarchistes. Certains opposants iraniens de la diaspora soutiennent que la coopération avec les monarchistes est essentielle et que la critique doit attendre après la révolution. Il s’agit d’une approche réactionnaire, car un bouleversement révolutionnaire dans un tel cas conduirait inévitablement au fait que les asymétries matérielles déjà existantes sont directement transformées en un nouvel ordre et apporteraient davantage de misère à tous les défavorisés.

Seul un mouvement de gauche fort et représentatif avec des revendications progressistes et un collectif honnête traitant des erreurs du passé peut lutter contre les tendances antidémocratiques de l’opposition iranienne diasporique. Tant que la gauche iranienne n’est pas en train de se régénérer et que la voix des minorités est sous-représentée, le renversement du régime est possible, mais cela ne conduira pas à un changement des conditions sociales. La société de classe demeure. La question du genre n’est pas entièrement résolue et la question ethnique est mise de côté. La diaspora porte une grande responsabilité, car son accès disproportionné au public par rapport à la population en Iran comporte le plus grand risque de que 1979 se répète et qu’une caste privilégiée non représentative prive une révolution de sa voix et de son essence. L’Iran mérite plus que le choix entre une couronne et un turban, il mérite une véritable démocratisation.

Dastan Jasim est politologue et doctorante à l’Institut Leibniz d’études mondiales et régionales de Hambourg (GIGA). Elle fait son doctorat à la FAU Erlangen Nuremberg sur la culture politique des Kurdes en Iran, en Irak, en Syrie et en Turquie et travaille également sur les questions de politique de sécurité dans la région.

Pedram Zarei est un traducteur multilingue, journaliste et militant politique du Rojhelat (Kurdistan oriental). Il vit en Allemagne en tant que réfugié politique depuis quatre ans. Ses domaines d’intérêt incluent la question kurde, la psychologie critique et la sociologie culturelle.

Ammar Goli, est journaliste d’investigation. Ses recherches portent principalement sur le domaine des relations entre les groupes mafieux et les gouvernements totalitaires et la question kurde au Moyen-Orient.

La version d’origine (en allemand) de l’article à lire ici: Nur die Wahl zwischen Krone und Turban?

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici