AccueilJournalismeIl y a 16 ans, le journaliste arménien, Hrant Dink était tué...

Il y a 16 ans, le journaliste arménien, Hrant Dink était tué à Istanbul

TURQUIE – Le rédacteur en chef du journal Agos, Hrant Dink a été assassiné à Istanbul le 19 janvier 2007 par un nationaliste turc. Dink œuvrait pour la reconnaissance du génocide arménien ainsi que pour la réconciliation entre les peuples turc et arménien. Son assassinat a profondément affecté les Kurdes de Turquie persécutés et victimes d’assassinats politiques/racistes.

Au moment de sa mort, il était jugé pour avoir enfreint l’article 301 du code pénal turc et « avoir dénigré la turcité ». Dink a été assassiné à Istanbul alors qu’il rentrait dans les bureaux d’Agos.

Le tueur se serait présenté comme un étudiant de l’Université d’Ankara qui souhaitait rencontrer M. Dink. Lorsque sa demande a été rejetée, il a attendu un moment devant une banque voisine. Selon des témoins oculaires, Dink a été abattu par un homme de 25 à 30 ans, qui a tiré trois coups de feu à la tête de Dink dans le dos à bout portant avant de s’enfuir à pied. Selon la police, l’assassin était un homme de 18 à 19 ans. Deux hommes avaient été placés en garde à vue dans les premières heures de l’enquête policière, mais avaient ensuite été relâchés.

Un jour après l’assassinat, la police a annoncé que le tueur avait été identifié à partir de séquences vidéo de surveillance.

Les agences de presse ont rapporté que le tireur avait été identifié comme étant Ogün Samast, un adolescent né en 1990 et enregistré comme résidant à Trabzon.

Le père de Samast l’a identifié à partir des photos rendues publiques et a alerté les autorités. Six personnes, dont l’ami de Samast, Yasin Hayal, qui avait été impliqué dans l’attentat à la bombe contre un restaurant McDonald à Trabzon en 2004, ont été arrêtées et conduites à Istanbul.

Le 25 juillet 2011, Samast a été reconnu coupable de meurtre et de possession d’armes par le tribunal pénal pour mineurs. Il a été condamné à 22 ans et 10 mois de prison.

Le 16 janvier 2012, le 14e tribunal pénal d’Istanbul a jugé qu’il n’y avait pas de complot derrière l’assassinat et a déclaré que l’exécution de Dink était un meurtre ordinaire. Yasmin Hayal a été reconnue coupable de meurtre et condamnée à la réclusion à perpétuité, tandis que deux autres hommes ont été reconnus coupables de l’avoir aidé et condamnés à 12 ans et 6 mois de prison.

En 2013, un témoin secret a déclaré aux procureurs que le JITEM (le service de renseignements de la gendarmerie turque) et la gendarmerie étaient impliqués dans le meurtre de Dink.

Le 12 janvier 2015, des mandats d’arrêt ont été émis contre deux policiers, faisant d’eux les premiers fonctionnaires arrêtés dans le cadre de l’enquête.

Un homme reconnu coupable d’avoir aidé et encouragé le meurtre du journaliste arménien Hrant Dink a commencé à purger sa peine de prison après des années de cavale. Ahmet Iskender a été reconnu coupable par un tribunal d’Istanbul en 2012 d’avoir aidé l’ultranationaliste Ogün Samast, qui a été reconnu coupable du meurtre du rédacteur en chef du journal arménien Agos, Hrant Dink. Iskender a été condamné à douze ans et demi de prison pour avoir fait disparaitre l’arme du crime, donné de l’argent à l’assassin et lui avoir fourni un téléphone. Cette condamnation a été confirmée par la Cour de cassation turque en 2013. En 2019, il a été condamné à deux ans de prison supplémentaires pour appartenance à une organisation terroriste armée.

Cependant, Ahmet Iskender, arrêté avec l’assassin et trois autres complices quelques jours après le meurtre de Hrant Dink le 24 janvier 2007, s’était déjà enfui à l’étranger peu après sa libération en juillet de la même année. En 2015, il est apparu qu’il séjournait en Belgique. Début mars, le ministère de l’Intérieur kirghize a alors annoncé qu’il avait appréhendé Ahmet Iskender dans la capitale Bichkek le 26 février. L’homme de 38 ans a utilisé une fausse carte d’identité et un faux permis de conduire et a ensuite été arrêté pour possession illégale d’armes, le crime organisé et la falsification de documents.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici