AccueilMoyen-OrientTurquieTURQUIE. La justice censure un site d'info à la demande de SADAT,...

TURQUIE. La justice censure un site d’info à la demande de SADAT, le « Wagner » turc

TURQUIE – La société paramilitaire proche du pouvoir islamiste et surnommée le « Wagner » turc, SADAT a fait censurer un article du site d’info Bianet traitant de la présence militaire turque en Syrie ainsi que l’avenir des forces kurdes ciblées par la Turquie et des mercenaires syriens sous commandement turc. SADAT a fait valoir que son nom avait été cité dans l’article en « violation des droits personnels » de SADAT.

L’article publié le 5 janvier est un entretien avec Zafer Yörük, professeur agrégé de sciences politiques. Le nom de SADAT n’est mentionné qu’une seule fois dans l’article dans lequel Yörük dit qu’il est très probable que la Turquie va prendre le contrôle des militants djihadistes actuellement en Syrie et les intégrer à la SADAT ou à des structures paramilitaires similaires.

Le 9e tribunal pénal de paix d’Istanbul a imposé le 11 janvier une interdiction d’accès à notre rapport intitulé « L’opposition ne peut s’opposer aux dépenses militaires même si elles aggravent la pauvreté », au motif d’une « violation des droits personnels » de SADAT.

Yörük dit dans cette interview : « Hulusi Akar, le ministre de la Défense a déclaré qu’ils pourraient mener des opérations conjointes dans sa déclaration à la suite des pourparlers [des ministres de la Défense de la Russie, de la Syrie et de la Turquie en Russie le 28 décembre] (…).

« Je ne crois pas que la Syrie mènera une opération contre les Kurdes conjointement avec la Turquie. Ils diront : « Nous empêcherons complètement les activités des Forces démocratiques syriennes, nous prendrons la région frontalière entièrement sous notre contrôle et en retour, vous devriez abandonner les islamistes ou les prendre et les nourrir dans votre pays.

Et il est fort probable que la Turquie s’empare des militants djihadistes. Erdoğan va les prendre et en faire son propre personnel, les intégrer dans SADAT ou des structures paramilitaires similaires, et les utiliser comme sa milice. Il ne semble pas y avoir d’autre solution alternative. Ils peuvent être utilisés avant les élections, et cela a même commencé. C’est très clair avec la poseuse de bombe de Taksim. Ils seront utilisés dans de tels événements. »

Qu’est-ce que SADAT ?

SADAT Inc. est une société de conseil militaire basée en Turquie. Il a été fondé le 28 février 2012 par Adnan Tanrıverdi, un colonel à la retraite.

La mission déclarée par la société est « d’établir une collaboration de défense et une coopération de l’industrie de la défense entre les pays islamiques pour aider le monde islamique à prendre la place qu’il mérite parmi les superpuissances en fournissant des services de conseil stratégique, de formation et d’approvisionnement en défense et sécurité aux forces armées et à la sécurité intérieure des forces des pays islamiques. »

Formations proposées par SADAT

La société déclare qu’elle fournit des services tels que la formation militaire et interne, le conseil en matière de défense et l’achat de munitions sur la scène internationale.

Parmi les formations proposées par la compagnie, « contre guérilla » et « tir d’élite » attirent l’attention. Il existe des programmes d’entraînement tels que « Opérations terrestres », « Tir d’élite », « Protection », « Démolition », « Guerre non conventionnelle », « Combat avancé d’un seul homme », « Surveillance avancée d’artillerie et de mortier », « Chasse aux chars / véhicules blindés ».

Les services de la société comprennent le conseil, la formation, la formation militaire conventionnelle, la formation militaire non conventionnelle, la formation des forces spéciales et l’équipement de l’armée, indique son site Web.

SADAT Inc. a une organisation sœur appelée ASSAM, qui a une orientation plus politique et a également été fondée par Tanrıverdi. L’ASSAM exploite un « centre de recherche stratégique ».

Accusations ciblant SADAT

La présidente du parti İYİ (bon) Meral Akşener a déclaré début 2018 qu’elle avait entendu parler de la création de camps d’entraînement armés à Konya et Tokat et a demandé une enquête.

Il a été précédemment affirmé que 2 800 personnes avaient reçu une formation de « guerre non conventionnelle » ou une « formation de guérilla » dans les camps d’entraînement ouverts par SADAT à divers endroits, ce qu’Akşener a souligné et a exigé que des mesures soient prises.

SADAT était également à l’ordre du jour avec les allégations selon lesquelles elle avait aidé l’Armée syrienne libre lors de l’opération d’invasion d’Afrin en 2018 et que ses membres avaient affronté les soldats lors de la tentative de coup d’État en 2016. On parle également d’un décret statutaire (KHK) publié pour SADAT, qui confèrerait l’immunité judiciaire aux civils.

Tanrıverdi a expliqué pourquoi ils avaient fondé SADAT; « TSK fournit des services de formation, de conseil et d’équipement à 22 pays turcs et musulmans. Mais il n’est pas possible pour 60 pays islamiques de répondre à tous leurs besoins dans le domaine de la défense. Ils prévoient qu’ils répondront à ce besoin, et nous le faisons. avec l’appui de 64 officiers et sous-officiers, dans le respect des sensibilités religieuses des pays islamiques. »

« Forces spéciales du peuple »

Le nom de SADAT a également été mentionné avec les Forces spéciales du peuple (HÖH), une association fondée par des mercenaires ayant pris part à la guerre civile syrienne.

« Nous n’avons aucun lien de facto avec le MİT »

Tanrıverdi a assisté à la réunion tenue le 23 janvier sous la présidence du président Tayyip Erdoğan, lors de l’opération des forces armées turques à Afrin, en Syrie, aux côtés du chef du Service national de renseignement (MİT), Hakan Fidan. Tanrıverdi, interrogé sur la raison de sa participation à cette réunion, avait répondu; « J’assiste au ‘Sommet sur la sécurité’ en tant que conseiller principal de notre président sur les ‘politiques de sécurité. J’ai également assisté au sommet sur Afrin sous ce titre. Nous n’avons aucun lien réel avec (…) le MİT. »

Affiliation présumée avec l’Armée Syrienne Libre (ASL/FSA)

Tanriverdi avait répondu aux allégations selon lesquelles ils entraînaient les membres de l’ASL ; « Pendant la phase de fondation de l’Armée syrienne libre, nous avons entendu dire qu’il y avait une personne du nom de colonel Riyad Assad, le premier fondateur de l’Armée syrienne libre [ASL ou FSA en abréviation anglaise], dans le camp de réfugiés au sud de Hatay, et nous y sommes allés. Puis, c’était une période où l’opposition a décidé de ne pas utiliser d’armes en Syrie. En d’autres termes, ils ont résisté à l’oppression du régime dans une opposition non armée pendant environ un an. Nous avons préparé un rapport. Nous avons envoyé ce rapport à notre État. (…)
Cependant, dans les conditions de ce jour-là, cette question n’a pas pu être mise en action. Et ce travail a été laissé de côté. SADAT n’avait aucune relation de facto avec l’Armée syrienne libre.
(…) »

Système de garde de quartier et SADAT

Le chercheur-historien Ayhan Işık a écrit sur SADAT dans son article intitulé « La para-militarisation de l’État et de la société » publié sur Bianet le 20 novembre 2020 déclarant; « Le système de Garde (Bekçi) de quartier, qui a également été promulgué en légiférant, souligne qu’un nouveau concept de sécurité a été mis en œuvre, dans lequel les sections nationalistes et islamistes de la société sont incluses et paramilitaires, avec les affirmations de Meral Akşener selon lesquelles « SADAT fournit des armes la formation des civils en établissant des camps d’entraînement dans diverses régions du pays. 
(…) »

« Les mercenaires sont institutionnalisés »

« D’une part, alors que de nouvelles formes paramilitaires se créent, d’autre part, le système mercenaire s’institutionnalise sous le nom de conseil en sécurité par SADAT.

Mais le contact de ce mercenaire avec le paramilitarisme est lié à sa forte motivation idéologique. En d’autres termes, le paramilitarisme se déroule dans un champ idéologique, tandis que les mercenaires se déroulent dans un champ purement économique.

Les groupes que la Turquie envoie à l’étranger se situent entre les deux, mais plus près du para-militarisme. Par conséquent, la para-militarisation de l’État et de la société après 2015 est la modernisation d’une vieille tradition, la légitimation et la publicisation d’une politique adoptée officieusement. »

(…)

Bianet

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici