AccueilEuropeFranceCoiffeur poignardé à Roubaix: "Son seul motif était sa haine des Kurdes"

Coiffeur poignardé à Roubaix: « Son seul motif était sa haine des Kurdes »

LILLE – Le coiffeur Zîkrî Elî Avşîn a été grièvement blessé par un fasciste turc à Roubaix, au prétexte qu’il écoutait de la musique kurde. « Il voulait me tuer parce qu’il déteste les Kurdes. Je pense que je ne pourrais plus vivre ici. La probabilité que je sois à nouveau attaqué est trop grande. Le tueur de Paris est également sorti de prison et a attaqué des Kurdes. Personne ne peut garantir que cette personne ne refera pas la même chose », raconte Zikrî sur son lit d’hôpital.

Avşin Zikrî est né à Hewlêr (Erbil) au Kurdistan du Sud et vit à Lille depuis 2017. Il est maintenant hors de danger, mais les médecins disent qu’il aura besoin de soins de longue durée à cause des cinq coups de couteau reçus, dont un au cœur.

À l’hôpital de Lille, Avşin Zikrî a décrit l’agression dont il a été victime de la manière suivante : « Pendant que je travaillais, l’agresseur est arrivé vers 14 heures, il y avait de la musique kurde. Sans saluer, il a dit directement : « Pourquoi joue-t-on de la musique kurde ici, éteignez-la ou changez de chaîne.  » J’ai répondu : ‘Pourquoi la musique kurde te dérange-t-elle, que te fait-elle de mal? On joue de la musique kurde, française, anglaise, arabe et autre.’ Après cela, il a continué à se faire couper les cheveux. Quand il s’est levé, il m’a poussé. Et il a frappé un autre client kurde. »

Pour ne pas que la situation s’envenime davantage, il est sorti avec son ami client. La victime poursuit: « Il avait une paire de ciseaux à la main. Je suis sorti avec mon client kurde. Au bout de cinq à dix minutes, je l’ai entendu parler au téléphone en turc. Comme je pensais qu’il appelait ses amis, nous avons voulu partir. Mon ami (le client kurde attaqué par l’agresseur) est monté dans la voiture et j’étais sur le point de monter quand je l’ai vu arriver avec des ciseaux à la main. »

« L’agresseur voulait me tuer »

Avşin Zikrî dit qu’il n’a pas eu le temp de réagir : « Il m’a poignardé avec les ciseaux. Au début, je ne sentais presque rien, mais ensuite il a touché près du cœur. Il y avait beaucoup de sang. Je voulais appeler une ambulance. Les personnes présentes m’ont allongé par terre et il m’a encore attaqué. Il n’est parti que lorsque la police est arrivée. Son but était de me tuer. Après l’arrivée de la police et de l’ambulance, j’ai perdu connaissance à cause de la perte de sang (…). Je ne sais pas ce qui s’est passé ensuite. »

L’agresseur était clairement anti-kurde, dit Zikrî. « Je pense que je ne pourrais plus vivre ici. La probabilité que je sois à nouveau attaqué est trop grande. Le tueur de Paris est également sorti de prison et a attaqué des Kurdes. Personne ne peut garantir que cette personne ne refera pas la même chose », déclare Avşin Zikrî. Il demande à la justice française une peine maximale pour l’auteur.

« La seule raison était sa haine des Kurdes »

L’amie de Zikrî, Zana Selimi, a ajouté : « Les Turcs attaquent les Kurdes partout. Il sont nourri par le racisme. Ils sont anti-kurdes. Cette attaque n’était pas la première. Même si les Turcs assassinent tous les Kurdes, ils ne seront pas soulagés tant leur haine est grande. Avşin est une personne qui vit et travaille juste pour gagner sa vie. Le seul motif de l’agresseur était sa haine des Kurdes. Il voulait le tuer. Ce qui s’est passé ici est la continuation de l’attentat de Paris. L’agresseur est désormais en prison, mais s’il est libéré, le scénario parisien se répétera. Ces gens sont haineux. Même après dix ans, sa mentalité ne changera pas. »

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici